Xamax a déjà son bonheur. Servette, as-tu du cœur?

FootballLes Neuchâtelois arrivent à la Praille ce lundi en étant déjà promus. Renvoyant l’image de tout ce qui a manqué aux Grenat.

Le 4 décembre au Stade de Genève, les Neuchâtelois Nuzzolo (ci-dessus) puis Corbaz avaient crucifié Servette en toute fin de match. Une défaite (1-2) qui avait fait très mal aux Grenat. Ce lundi soir, Xamax sera de retour à la Praille dans la peau du promu.

Le 4 décembre au Stade de Genève, les Neuchâtelois Nuzzolo (ci-dessus) puis Corbaz avaient crucifié Servette en toute fin de match. Une défaite (1-2) qui avait fait très mal aux Grenat. Ce lundi soir, Xamax sera de retour à la Praille dans la peau du promu. Image: Éric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’image tord les traits, amplifie les imperfections, mais à la manière d’un miroir déformant, elle renvoie le reflet des illusions déçues, perdues, puis piétinées depuis quelques semaines maintenant. Ce lundi soir (20 heures), un Servette abîmé, noyé dans ses balbutiements, fera face à tout ce qu’il avait rêvé d’être cette saison. Impitoyable, le bonheur de ce Xamax officiellement promu en Super League (Schaffhouse a perdu dimanche) cristallise en creux toutes les promesses grenat, effondrées sous leur propre poids.

Ce n’est pas tant l’échec qui interpelle: après tout, quand deux candidats se fixent le même objectif, il y en a toujours un pour le manquer. Encore faut-il voir comment. Et sur ce plan, le théâtre pathétique d’un Servette où plus personne ne joue les premiers rôles, pas plus en coulisses que sur le terrain, en dit long sur ce qui aura séparé les Genevois des Neuchâtelois.

L’analyse lucide de Tréand

Xamax était justement à la place de Servette durant toute la saison passée: à chasser un Zurich qui enfilait les points sans fléchir. Les Neuchâtelois ont-ils à un moment baissé les bras, eu des états d’âme, une crise de motivation voyant que la première place leur resterait interdite? Jamais. Ils ont au contraire terminé à la deuxième place, à 12 points du FCZ sans doute, mais surtout avec 11 points d’avance sur Servette, déjà…

Il n’était pas encore de retour à la Maladière, mais pour connaître la maison, Geoffrey Tréand énonce une vérité: «Oui, Xamax a fini deuxième et même assez largement devant Servette, rappelle-t-il. Cela a permis de jeter les bases de la saison que nous vivons maintenant. Cette confiance, elle s’est aussi construite durant ces moments-là, avant de faire notre force aujourd’hui. Idem pour l’identité, qui s’est forgée le printemps passé, autour de ce que voulait faire Xamax sur le terrain pour viser la promotion cette saison. J’ajouterai aussi que nous avons une forme d’équilibre, que Servette n’a pas, qui s’est bâtie dans la continuité, avec des cadres qui sont là depuis un moment. Qui savent réagir aux difficultés passagères d’un match. Et puis il y a également un entraîneur qui connaît parfaitement les caractéristiques du championnat suisse et de la Challenge League en particulier. Servette possède des excellents joueurs, mais il n’y a pas cette notion d’équilibre comme à Xamax.»

Le message subliminal

Geoffrey Tréand a tout dit. Il pointe le doigt sur les errements actuels de ces Grenat, pantins désarticulés depuis quelques matches, qui font tout sauf préparer l’avenir. En filigrane, il évoque les choix qui ont présidé à la constitution du groupe genevois et aux pleins pouvoirs ou presque donnés à un entraîneur (Kodro) qui avait si peu d’expérience, qui ne connaissait rien des exigences de la Suisse et de la Challenge League, qui ne parlait pas français et dont la gestion humaine du groupe, sur la fin, a précipité une forme de crise.

Si l’entraîneur licencié a sa part de responsabilité, grande sans doute, dans l’échec, les dirigeants qui l’ont choisi et qui lui ont donné les coudées franches pour former l’équipe, on parle là de la gestion sportive de la première équipe, sont aussi concernés. A priori, un nouveau directeur sportif connaissant son sujet sur le bout des doigts devrait être nommé en mai, avec pour charge de porter une philosophie de club. On serait tenté de penser: un an de perdu, voire deux… Mais on est toujours plus intelligent après, c’est vrai.

L’orgueil grenat attendu

Servette en est donc là aujourd’hui, ce lundi d’avril. Face à l’image idéale de ses ambitions déchues – Xamax –, boursouflé de doutes, indigne de ses aspirations depuis plusieurs journées.

Il y a pourtant ce derby romand. Avec neuf blessés chez les Grenat, là où les Neuchâtelois affichent une santé insolente. Mais au-delà des noms, qui s’évanouissent sur le terrain depuis trois rencontres, il y a surtout une question qui reste pour cette fin de saison: Servette, as-tu du cœur?

Jeremy Frick, portier qui vient d’encaisser huit buts en trois matches, l’assure. «On doit montrer de l’orgueil, réagir, battre Xamax une fois cette saison, montrer qu’on peut le faire.»

On ne demande qu’à voir.

Créé: 23.04.2018, 08h48

En direct du vestiaire

Le match

Servette - Xamax, au Stade de Genève ce lundi soir, coup d’envoi à 20 heures.

Les absents

Servette affiche une infirmerie presque complète: Chagas, Sauthier, Mfuyi, Nathan, De Ceglie, Hasanovic, Alphonse et Cespedes sont blessés. De plus, Le Pogam, légèrement touché mais surtout futur Xamaxien, ne veut pas prendre de risques. À Neuchâtel, seul Corbaz est suspendu.

Plus d’attaquant

Blessé au coude droit, Mychell Chagas souffre d’une déchirure des ligaments. Il en a encore pour deux ou trois semaines avant d’éventuellement faire son retour. Servette aura donc joué presque toute la saison sans aucun avant-centre. La première phase sans avoir jamais remplacé l’été passé un Nsame dont le départ était connu depuis le début du printemps 2017. Et ensuite avec le seul Chagas, enrôlé cet hiver, qui n’aura pu jouer qu’une douzaine de rencontres jusqu’à présent, avant de se blesser à Rapperswil le 7 avril.

Chapeau à Xamax

Neuchâtel est mathématiquement champion de Challenge League et donc promu dans l’élite, avant même d’affronter Servette ce lundi, puisque Schaffhouse n’a pas réussi à battre Rapperswil dimanche. Il reste six journées aux Schaffhousois (deuxièmes), qui pointent à 20 points d’un Xamax donc intouchable.

Bravo aux Neuchâtelois pour cette promotion entièrement méritée.
D.V.

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...