Wüthrich: «Ce match contre le FC Aarau s’annonce déjà décisif»

Football Entretien avec le milieu de terrain du Servette FC avant la partie de ce vendredi soir au Stade de Genève.

Pour Sébastien Wüthrich, Servette doit l’emporter pour accrocher le bon wagon.

Pour Sébastien Wüthrich, Servette doit l’emporter pour accrocher le bon wagon. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Servette reçoit Aarau ce vendredi au Stade de Genève. L’occasion pour Sébastien Wüthrich d’en découdre avec ses anciens coéquipiers. Le milieu de terrain neuchâtelois de 27 ans, passé par Montpellier et qui a évolué six mois en Argovie avant de rallier Genève, s’attend à rencontrer «une équipe dans le dur, avec passablement de blessés». Le Grenat, qui a pu donner «deux, trois informations sur le contingent adverse» à son coach Meho Kodro avant cette partie, revient sur son début de saison avec Servette, son passé en Ligue 1 et le futur du club. En Super League?

Sébastien Wüthrich, comment analysez-vous le début de saison de Servette?

Nous sommes satisfaits avec ces onze points après cinq matches. Mais nous visons la promotion! Donc évidemment que nous aurions préféré faire le plein…

Vous estimez-vous bien payé après un début de saison un brin poussif (deux matches nuls et une victoire 0-1 face au néo-promu Rapperswil)?

Tout à fait. Nous méritons notre 3e place même si la première rencontre face à Chiasso (2-2) a été compliquée. Nous sommes toujours en rodage et, selon moi, le match contre Aarau ce vendredi s’annonce décisif.

C’est-à-dire?

Cette rencontre nous dira déjà si, cette saison, nous jouerons le haut ou le milieu de tableau.

D’autant plus que, lors de la dernière journée, vous gagnez sur le fil en fin de match face à Winterthour, la lanterne rouge. Contre d’autres équipes, vous risquez d’en payer le prix fort…

C’est clair que nous avons des absences. Contre Wil (1-0), nous nous créons énormément d’occasions. Tout comme face à Winterthour. Si nous en concrétisions cinq, il n’y aurait rien à redire. Alors oui, tout n’est pas encore parfait au niveau du jeu et Meho Kodro nous le répète souvent: nous ne sommes qu’à 30% de nos capacités. Puis, marquer en toute fin de partie, c’est très bon pour la confiance. Au lieu de reculer comme nous le faisons souvent, cela nous a poussés à aller de l’avant.

Qu’est-ce qui fait la différence entre maintenant et le début de saison?

La défense. Elle est désormais bien en place, solide, ce qui n’était pas le cas face à Chiasso et Vaduz.

Vous avez suivi le cas Nsame à distance. Selon vous, Servette doit-il encore recruter un attaquant afin de pallier son départ?

Comme le coach nous l’a très bien dit, l’année passée, il dépendait d’un seul homme. Cette saison, il attend que plusieurs joueurs se mettent en avant. Il attend désormais de ses milieux qu’ils marquent dix buts par saison. Si c’est le cas, et malgré tout ce qu’il a apporté, Nsame, bien que formidable, sera oublié. Nous privilégions la cohésion de groupe à l’individualité.

Depuis votre arrivée dans le groupe cet été, comment se passe votre intégration?

Excellente. Je connaissais beaucoup de joueurs, même des potes tels que Sauthier, Lang ou encore Gonzalez.

Vous étiez la priorité de Kodro durant ce mercato. Comment vous a-t-il convaincu?

Il a été très clair en me disant qu’il comptait absolument sur moi pour mener à bien son projet. Il n’a pas eu à en dire plus. Je veux monter en Super League avec ce coach. Il a joué et entraîné en Espagne. Et je rêve un jour d’y évoluer! Donc c’est le technicien qu’il me fallait pour espérer y parvenir dans le futur. J’ai même eu une proposition venant de l’élite, de Lugano, mais je n’ai pas hésité.

Revenons un instant sur votre passage à Montpellier…

C’était compliqué parce qu’au final, j’ai eu très peu de temps de jeu (ndlr: un match et demi avec la première équipe). Je ne regrette pas mon choix, parce qu’il était juste. Comme ici à Servette, le coach d’alors, Rolland Courbis, me voulait et j’avais l’occasion d’évoluer dans un club de Ligue 1. Avec plus de 200 matches de Super League dans les jambes au moment de rejoindre Montpellier en 2015, c’était le bon moment pour moi de partir à l’étranger.

Qu’est-ce qui s’est mal passé?

Quand je suis arrivé, Courbis voulait que je signe avec un agent… son fils (ndlr: Stéphane). C’est à partir de là que ça a foutu le bordel entre nous. J’avais déjà un agent depuis plus de seize ans, je n’allais pas le quitter juste parce que M. Courbis le souhaitait. Suite à cela j’ai été boycotté, mobbé. J’ai reçu des menaces, c’était un calvaire. De plus, je passais pour le «petit Suisse» qui venait d’un championnat de m…, pas reconnu.

Les mots du feu président Loulou Nicollin («Wüthrich, c’est une grosse crêpe»), vous avaient-ils blessé à l’époque?

Oui. D’autant plus que je ne l’avais rencontré que deux fois et il ne m’avait pas adressé la parole. Ce sont des mots qui venaient de la bouche de Rolland Courbis et il ne faisait que les répéter. Ils ont donné une mauvaise image de moi sans jamais m’avoir donné ma chance. C’était frustrant, pour avoir aidé l’équipe de CFA2 à remonter en CFA. Et à l’entraînement, vous pouvez demander à n’importe quel joueur de l’équipe de l’époque, ils ne comprenaient pas pourquoi j’étais mis à l’écart.

(TDG)

Créé: 24.08.2017, 19h35

En direct des vestiaires

Le match Servette, 3e, accueille Aarau, 9e, ce vendredi soir au Stade de Genève. Coup d’envoi à 20 h.

L’effectif Dalibor Stevanovic et Hasanovic sont toujours blessés. Ils ont néanmoins repris progressivement l’entraînement à l’écart du groupe.

Les transferts Meho Kodro est satisfait avec son contingent. Mais l’entraîneur des Grenat ne cache pas qu’il pourrait signer prochainement un attaquant et un défenseur – un gaucher – capable de jouer au centre et dans les couloirs.

Le mot de Kodro «Je suis très content des dernières sorties de mon équipe. Nous sommes sur une trajectoire ascendante avec une solidité défensive qui est au rendez-vous.»

B.BE.

Challenge League

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Liliane Bettencourt
Plus...