Winterthour est de retour au premier plan, Servette ferait bien de s’en méfier

FootballLe choc au sommet de Challenge League, c’est ce vendredi soir à la Schützenwiese. Gros plan sur le renouveau zurichois

Winterthour, qui s’était incliné 2-0 le 24 août à Genève, avec notamment en but de Kone (en arrière-plan), pointe désormais en tête de la Challenge League avec Servette. Hajrovic et le solide gardien Spiegel attendent les Grenat de pied ferme.

Winterthour, qui s’était incliné 2-0 le 24 août à Genève, avec notamment en but de Kone (en arrière-plan), pointe désormais en tête de la Challenge League avec Servette. Hajrovic et le solide gardien Spiegel attendent les Grenat de pied ferme. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un chiffre, nu, froid, dit tout de Winterthour, de sa métamorphose: 7. Sept, c’est le nombre de victoires déjà engrangées cette année par les Zurichois, comme Servette, avec qui il partage la tête du classement. Treize journées pour que «Winti» aligne déjà sept succès au compteur, là où il aura fallu toute la saison passée pour arriver péniblement à autant de matches gagnés, sept donc. C’est peu dire que le Winterthour d’hier et celui d’aujourd’hui n’ont rien en commun, sinon le capital sympathie que ce club suscite auprès des siens et à l’extérieur. Servette ferait bien de se méfier ce vendredi soir, ce nouvel élan qui souffle sur la Schützenwiese a la fraîcheur d’une bourrasque qui emporte tout sur son passage.

Quels sont les secrets de ce miracle, autrement dit qui sont ces Zurichois qui renaissent à l’ambition? Gros plan sur une belle histoire.

1. Le retour de Davide Callà

La clé du succès, c’est la campagne de transferts. Après l’horrible saison dernière (sept succès au total…), «Winti» a pris le temps de la réflexion. L’équipe a toujours été joueuse, mais il lui manquait des leaders. Alors le nouveau directeur sportif, Oliver Kaiser, pour sa deuxième année en poste, a cherché les éléments qui manquaient. Ils sont trois à redonner corps aux Zurichois. Davide Callà: le retour au bercail de celui qui avait quitté Winterthour à 18 ans et qui était notamment passé par Servette a été décisif. À 34 ans, Callà apporte son expérience de la Super League et c’est un vrai leader, ambitieux. Sead Hajrovic: lui aussi est de retour (il avait déjà joué à Winterthour), il n’est pas étranger à une assurance défensive retrouvée. Granit Lekaj: idem pour cet autre défenseur, qui revient lui aussi à la maison. Trois ex-joueurs du club qui reviennent et qui ont fédéré le groupe existant autour d’eux.

2. La forme de Doumbia

On peut encore rajouter le gardien Spiegel, solide, et surtout un certain Ousmane Doumbia, ex-Servettien qui a retrouvé tous ses moyens après une longue blessure. Hansjörg Schifferli, le journaliste qui suit tous les matches de Winterthour, est catégorique: «Callà a apporté la mentalité qui manquait, explique-t-il. Il est le capitaine attendu. Mais dans cette nouvelle constellation, il y a Doumbia, que Servette connaît bien. Franchement, maintenant que ses soucis physiques sont derrière lui, il est exceptionnel au milieu. Je ne crois pas qu’il y ait un meilleur No 6 dans la ligue.»

3. Une stabilité décidée

Depuis 2014, Winterthour a vu se succéder au poste d’entraîneur Seeberger, Christ, Romano et Bordoli. Lors des trois dernières saisons, à chaque fois le club s’est séparé durant la pause hivernale de son entraîneur. Cette année, l’Allemand Ralf Loose est en place et il va y rester. Avec les résultats actuels, pas de problème. Sauf que la direction avait décidé, en amont, de cesser avec la valse des limogeages pour travailler dans la continuité. «Il n’est pas spectaculaire dans ses déclarations, il est concentré sur son boulot, sans faire de vagues, il choisit les meilleurs joueurs et a vite trouvé une sorte d’équipe type, ainsi que le système qui va avec, le 4-2-3-1 dont il ne s’éloigne pas», explique Hansjörg Schifferli. Simple.

4. Aucune pression jusque-là

Reste la question taboue: et si Winterthour tenait bon, malgré son budget (3,5 millions) près de deux fois inférieur à celui de Servette? Est-il prêt à assumer une possible promotion? «Ce sont des questions que le club ne veut pas se poser, sourit Schifferli. Pas encore. Mais il faudra bien le faire le cas échéant, en tout cas en parler durant la pause. Cela dit, tout est tellement serré dans cette ligue que tout peut aller vite, dans un sens comme dans l’autre. Vous savez, l’ambition de Winterthour, au début de cette saison, c’était juste de ne plus lutter contre la relégation.» En attendant Servette, les Zurichois ont le moral au beau fixe: cela fait depuis 2003 qu’ils n’avaient pas été aussi bien classés. Les Grenat sont avertis. (nxp)

Créé: 08.11.2018, 19h47

En direct du vestiaire

Le match Winterthour-Servette, ce vendredi soir à la Schützenwiese, coup d’envoi à 20 h.

Les absents Servette est privé de Lang, Mfuyi, Maccoppi, Souare et Busset, blessés. Ainsi que de Koro Kone, toujours dans l’attente de son permis de travail. Winterthour est privé de Gele, Roth et Schmid, blessés. Et de Seferi, le buteur suspendu.

Le contexte Servette en est désormais à quatre victoires consécutives, dont la dernière très solide contre Schaffhouse (3-0). Évidemment, les Grenat veulent poursuivre leur série pour se retrouver seuls en tête du classement. Winterthour a remporté trois de ses quatre derniers matches, concédant le nul à Schaffhouse il y a deux semaines. C’est aussi le choc entre les deux formations en forme du moment.

Gazzetta veut sa revanche Lors du Servette-Winterthour de la Praille, Servette s’était imposé 2-0, facilement. Avec deux buts de Kone (sans permis de travail, mais pas sans permis de marquer). Karim Gazzetta, le Servettien de «Winti», s’en souvient. «Il nous avait fait mal, souffle-t-il. Mais il n’est plus là désormais… Ce match à la Praille, je l’ai encore en travers de la gorge. Ce vendredi, ce sera autre chose. On les attend, les Grenat!»

Le mot de Geiger «Un match au sommet? Moi, je ne vois qu’une rencontre avec trois points en jeu. Et on les veut. Je crois qu’il faudra être vigilant, spécialement au début, quand les Zurichois vont essayer de nous mettre sous pression. Après, des espaces s’ouvriront sans doute, il faudra les utiliser dans leurs temps faibles. Winterthour sait marquer des buts, 22 déjà inscrits, comme nous, la meilleure attaque. Mais il a encaissé six buts de plus que nous. En osant aller vers l’avant, il faudra aussi s’en rappeler et en profiter peut-être.» D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...