Passer au contenu principal

«Transformer le stade en terrain d’entraînement, c’est une absurdité»

Ancien président de la Fondation du Stade de Genève, Laurent Moutinot s’insurge contre le passage à une surface synthétique à la Praille. Il n'hésite pas à dézinguer.

Le passage à une pelouse synthétique aura pour conséquence la fin des matches de l’équipe de Suisse à la Praille.
Le passage à une pelouse synthétique aura pour conséquence la fin des matches de l’équipe de Suisse à la Praille.
Salvatore di Nolfi, Keystone

À Genève, le choix du Servette FC d’évoluer, dès la saison 2020-2021, sur un terrain synthétique, validé par le Conseil d’État, fait grincer des dents. Dont celles de Laurent Moutinot. «C’est désolant, une immense bêtise…» L’ancien magistrat socialiste et président de la Fondation du Stade de Genève (entre 2014 et 2018) n’a pas de mots assez forts pour regretter ce changement de politique. «Quand je pense aux efforts que l’on a déployés pour faire revivre ce stade et notamment faire revenir l’équipe de Suisse à Genève, explique notre interlocuteur, on se retrouve devant un phénoménal gaspillage d’argent, d’énergie et d’image de marque pour le canton. Transformer un stade qui a coûté plus de 100millions de francs en terrain d’entraînement en y mettant du plastique, c’est une totale absurdité, une imbécillité pure!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.