Servette fait du Servette et se tire une nouvelle balle dans le pied

FootballLes Grenat rentrent de Rapperswil avec un troisième nul 1-1 de suite. Là encore, ils menaient au score avant de reculer et craquer.

Servette manque de percussion en attaque, à l’image d’ Alex Schalk (à g.), qui bute sur Simani.

Servette manque de percussion en attaque, à l’image d’ Alex Schalk (à g.), qui bute sur Simani. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une mareyeuse de Marseille vendrait ce Servette-là comme du poisson frais, «vé comme il est beau», qu’elle dirait. Au fond, elle n’aurait pas tort. À la pêche aux bonnes intentions, les Grenat ne sont pas du menu fretin, ils veulent s’inscrire en prédateurs. Sauf que sur l’étal, les Servettiens sont moins requins que rascasse. De retour de Rapperswil, ils servent toujours la même bouillabaisse: une promesse de goût qui s’estompe avant cette aigreur qui reste en bouche. Une question d’ingrédients ou de dosage? La nécessité de laisser encore un peu la soupe mijoter?

Avec une défaite (contre le LS) et trois nuls (à Schaffhouse, contre Kriens et à Rapperswil, donc) pour terminer la première des quatre phases du championnat, Servette est très loin du compte. On veut bien lui prêter toutes les vertus, comme ce potentiel qui se dessine à chaque rencontre. Lors des trois derniers matches, Servette a ouvert le score, aurait dû se mettre à l’abri, avant de se crisper, de reculer et de concéder l’égalisation, inexorablement. Une obscure force le tire vers ses plus bas instincts et fige cette équipe dans le ventre mou du classement. Avec les trois victoires qui avaient pris forme avant de s’évanouir, les Grenat auraient six points de plus. Avec des «si»… Reste qu’au festival des occasions manquées, le carnet de bal est déjà plein.

Le Rapperswil-Servette de samedi soir en a été l’illustration parfaite. Un Servette d’abord dominateur, qui ouvre logiquement le score (Alphonse sur un centre de Séverin); une incapacité à doubler la mise, Schalk se montrant maladroit, l’excellent Cognat dévissant au mauvais moment, Routis jouant de malchance (haut de la latte); et enfin le recul, qui fait place au scénario du pire, un pire qui arrive inéluctablement avec une égalisation. À Rapperswil, après le but de Turkes (88e), Servette a même évité de justesse la défaite, sur un ultime essai de Shabani à la 95e.

On voit bien qu’un vrai buteur fait toujours défaut: Schalk retrouve seulement le rythme, Chagas n’est pas là où il faut et Koro Kone est interdit de jouer (permis de travail). Mais samedi, si Servette a commencé en 4-2-3-1, il est passé en 4-4-2 peu après l’heure de jeu, terminant les derniers instants 5-4-1 sans éviter le 1-1 saint-gallois. Le 4-4-2, c’est bien pour contrer, c’était sans doute le plan de Geiger. Mais en sortant Wüthrich, il se privait d’un élément de contrôle sur le ballon. Et peut-être bien que le message subliminal aura annoncé malgré lui une forme de résignation à subir.

Dans tous les cas, une foultitude de détails, qui n’en sont pas, a pour conséquence un rendement insuffisant. Heureusement que cette Challenge League n’a pas de dominateur incontesté. Mais si Servette veut refaire surface et s’extirper du marasme qui est le sien, il doit corriger tout ça, vite, très vite.


Plus de fausses excuses

Trois victoires, trois matches nuls, trois défaites: c’est un Servette fade qui boucle sa première partie de saison. Geiger cherche des solutions, titularise Kiassumbua à Rapperswil, multiplie les orientations tactiques, mais pour l’instant, la mayonnaise ne prend pas. Ou alors seulement par moments, avant de retomber.

«Le chemin est encore long, je ne veux pas me chercher d’excuse, au niveau comptable, on n’y est pas, sur ce plan c’est indéfendable», soupirait l’entraîneur samedi soir. Il est vrai que Servette n’a pas été très chanceux, entre la latte de Routis et le poteau de Schalk. Mais on sait que la chance se provoque et que les Grenat ne sont pas encore assez forts mentalement pour y parvenir.

C’est à Alain Geiger de leur donner les armes tactiques, sur le terrain par ses choix, et psychologiques aussi. C’est aux joueurs de prendre leurs responsabilités. Parce que le temps des fausses excuses est déjà passé. D.V.

(TDG)

Créé: 30.09.2018, 17h28

Rapperswil - Servette 1-1 (0-1)

Grünfeld,
1465 spectateurs.
Arbitre:
Mme Staubli.
Buts:
43e Alphonse 0-1; 88e Turkes 1-1.
Rapperswil:
Guatelli; Güntensperger (85e Zenuni), Kllokoqi, Simani, Elmer; Hadzi (71e Boumedine), Ciccone (71e Pasquarelli), Rohrbach, Shabani; Festic (57e Kubli); Turkes.
Servette:
Kiassumbua; Sauthier, Routis (78e Mfuyi), Rouiller, Séverin; Maccoppi, Cognat; Stevanovic, Wüthrich (63e Imeri), Alphonse (86e Busset); Schalk (89e Chagas).
Avertissements:
17e Sauthier (jeu dur), 94e Busset (jeu dur).

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...