Servette revient d’Aarau avec le sentiment d’avoir été volé

FootballLes Grenat étaient menés 2-0, ils allaient gagner 2-3, quand l’arbitre a donné un deuxième penalty aux Argoviens: 3-3...

Alors que Servette était mené, Rouiller a réduit le score d’un joli coup de tête.

Alors que Servette était mené, Rouiller a réduit le score d’un joli coup de tête. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On peut tordre la réalité dans tous les sens, elle reprend ses formes douloureuses pour Servette. Pas pour la performance présentée, mais pour la frustration qui transpire d’un match fou. Aarau qui mène au score 2-0 à la mi-temps sur deux buts bêtes, Servette qui réagit, qui égalise, qui profite d’une immense bourde du portier Nikolic pour mener au score à la 82e. Mais Servette qui voit le succès promis lui échapper quand Alain Bieri, directeur de jeu toujours inspiré pour punir les Romands, siffle un penalty à la 90e pour le 3-3 final.

L’arbitre avait déjà sévi à la 44e, pour sanctionner une touchette de Sauthier sur Maierhofer, le géant autrichien (202 cm) s’écroulant dans une chute théâtrale. Forcément, juger de ce 3-3 à l’aune du 2-0 pour Aarau à la pause, c’est rappeler que Servette revient de loin. Il est vrai qu’avant d’être sonnés, presque comptés pour K.-O., les Grenat avaient reçu une leçon d’agressivité d’Aarau. Le jeu ultravertical des hommes de Rahmen faisait peser une grosse pression sur l’arrière-garde genevoise et c’est justement après une tête ratée de Rouiller et l’oubli de Maierhofer à sept mètres de la cage servettienne (Routis) que l’Autrichien avait pu ouvrir le score, en deux temps qui plus est. Alphonse avait raté l’immanquable sur un centre parfait de Wüthrich, Cespedes sur un service de Stevanovic, mais Aarau, les babines retroussées, faisait plier un Servette qui n’en menait pas large sur les actions de rupture adverses.

C’est à l’heure du thé que Geiger a réveillé les siens. En revoyant un système qui n’avait pas vraiment fonctionné, ce 4-4-1-1 avec lequel les Grenat n’arrivaient pas à poser le pied durablement sur le ballon. Après la pause, avec l’entrée de Chagas pour Cespedes dès la 51e minute, Servette était passé en 4-1-3-2. Surtout, les Genevois avaient enfilé le masque de la hargne, celui qu’Aarau portait jusque-là. C’est sur un corner parfaitement travaillé de Wüthrich que Rouiller a pu décroiser sa tête pour le 1-2. C’est sur un centre-tir heureux de Iapichino que Chagas posait la sienne pour le 2-2: 56e, 65e, Servette avait effacé son retard. De quoi démontrer le potentiel grenat, dos au mur.

Second penalty

Le reste est une histoire de cadeaux, aux saveurs bien différentes pour les hommes de Geiger. Celui, sucré, de Nikolic. Le portier argovien, ratant son contrôle, offrait la balle à Stevanovic à la 82e. Un crochet plus tard, le meilleur joueur de Challenge League poussait la balle au fond des filets.

Contenant les assauts désordonnés d’Aarau, Servette filait vers une sacrée victoire. Sauf que le deuxième cadeau a soudain eu l’amertume de la frustration. Alain Bieri, celui-là même qui avait enterré Sion contre Bâle il y a dix jours en offrant un penalty inexistant aux Rhénans, a de nouveau frappé. Il a inventé ou presque une faute de Iapichino sur l’inévitable Maierhofer, plus prompt à s’étaler de tout son long qu’à marquer de vrais buts. Second penalty contre Servette, but de Misic. Des contacts, il y en a dans tous les seize mètres, lors de tous les matches. Si Bieri veut tous les siffler, très bien. Mais alors il pourrait les siffler des deux côtés, parce que là, cela commence à se voir…

Philosophe, Alain Geiger restait calme: «Disons que l’arbitre les a un peu aidés, soufflait-il. Bieri et les Romands, on sait ce qui se passe souvent. Mais je suis content de la réaction de mes joueurs après la pause et de ce point aussi. Surtout si l’on se rappelle qu’il y avait 2-0 pour Aarau à la pause.» C’est vrai. Mais la force de caractère dont a fait preuve Servette méritait mieux que cet épilogue en forme de douche froide décidée par Alain Bieri.

Aarau - Servette 3-3 (2-0)

Brügglifeld, 2934 spectateurs.

Arbitre: M. Bieri.

Buts: Maierhofer 1-0; 44e Neumayr pen. 2-0; 56e Rouiller 1-2; 65e Chagas 2-2; 82e Stevanovic 2-3; 91e Misic pen. 3-3.

Aarau: Nikolic; Giger, Thaler, Bürgy, Obexer; Jäckle, Zverotic (85e Misic); Tasar, Neumayr (88e Frontino), Schneuwly; Maierhofer.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Iapichino; Stevanovic, Cespedes (51e Chagas), Maccoppi (94e Imeri), Cognat; Wüthrich (78e Follonier); Alphonse.

Avertissements: 27e Schneuwly (jeu dur), 69e Chagas (jeu dur), 84e Maierhofer (jeu dur), 90e Cognat (antijeu).

Notes: Servette sans Séverin, Schalk, Kone, Busset et Lang, blessés. (nxp)

Créé: 01.03.2019, 23h32

Une licence, deux budgets

Servette prépare l’avenir. Il l’espère en Super League au terme de cette saison. En coulisses aussi, on s’active. La demande de licence a été envoyée vendredi à la SFL. Depuis que le club a été sauvé d’une nouvelle faillite par la Fondation 1890 en 2015, le Servette FC a toujours reçu sa licence en première instance. Les dirigeants sont sereins, à l’image du directeur général, Constantin Georges: «Tout a été fait», assure-t-il. Les Grenat ont de nouveau formulé une double demande. La première pour une licence qui les autorise à jouer en Challenge League. Ce n’est bien sûr pas ce qui est souhaité. Et une autre pour la Super League. Il y a aussi deux budgets, logique. Un premier si Servette n’est pas promu. Un second, plus important, en cas de retour en Super League.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le président du Kazakhstan part, la capitale prend son prénom
Plus...