Passer au contenu principal

Servette et ces questions autour de ses buteurs

Koro Kone n’en est qu’à trois réussites. Cela n’empêche pas les Grenat de marquer, mais ça complique les choses.

Le blues du buteur en mal de réussite? Koro Kone n'en est qu'à trois buts inscrits jusque-là.
Le blues du buteur en mal de réussite? Koro Kone n'en est qu'à trois buts inscrits jusque-là.
Eric Lafargue

Un bonheur et un drame pour un même vertige: s’offrir des chances de marquer en se créant des occasions; les rater, même les plus simples, surtout les plus simples. Le buteur est parfois enfermé dans un tropisme vicieux et au Servette FC, il en est un qui vit le moment comme une douleur.

On aurait tort de pointer du doigt Koro Kone comme seul responsable des soucis de finition grenat. L’affaire est collective, beaucoup l’ont accompagné dans la maladresse à Saint-Gall. On aurait tort aussi de croire que Servette est imprécis depuis le début de la saison. En réalité, les statistiques démontrent le contraire: les Grenat convertissent plus de buts qu’ils ne le devraient (en termes de pourcentages de chances d’inscrire un but) et les ratés de dimanche passé ne devraient alors être considérés que comme un retour à l’équilibre. En fait, c’est comme si Servette inscrivait souvent des buts compliqués et manquait les plus évidents. Pourquoi pas? Sauf que cela n’aide ni Koro Kone, l’attaquant titulaire des Servettiens, ni Grejohn Kyei, son remplaçant actuel, ni Alex Schalk, qui bataille pour revenir de blessure.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.