Servette pourrait s'intéresser à Ursea

FootballLes Grenat attendent toujours un coach et sans doute un directeur sportif. Des bruits circulent, intéressés ou intéressants.

Adrian Ursea a déjà entraîné le Servette FC. C’était peu avant la faillite provoquée par Marc Roger en 2005.

Adrian Ursea a déjà entraîné le Servette FC. C’était peu avant la faillite provoquée par Marc Roger en 2005. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La décision flotte encore dans l’air, comme si le Servette FC vivait entre deux états, déjà penché vers l’avenir mais encore englué dans son présent. Depuis l’éviction de Meho Kodro, le club se cherche un entraîneur et aussi un directeur sportif. Deux postes clés pour deux hommes appelés à porter ensemble la philosophie du club. Plus de droit à l’erreur, Didier Fischer mesure bien l’importance des choix et le président s’est donné jusqu’au mois de mai pour dévoiler le verdict d’un processus de réflexions enclenché il y a un moment déjà.

Comme toujours, plusieurs bruits accompagnent le mouvement. On sait par exemple que Johann Vogel (déjà approché à l’époque par le SFC) est intéressé. Ciriaco Sforza aussi. D’autres noms sont sur le marché, comme Urs Fischer, Uli Forte, et plus récemment, Murat Yakin ou Fabio Celestini.

C’est sans doute le portrait-robot idéal du futur entraîneur grenat qui dessinera son réel visage. Il se murmure ainsi, qu’entre autres noms, celui d’Adrian Ursea pourrait intéresser les dirigeants genevois. Ursea, c’est l’actuel adjoint de Lucien Favre à l’OGC Nice. Mais le Roumain connaît le championnat suisse sur le bout des doigts. Il y a joué et entraîné. D’ailleurs, après avoir été l’assistant de Schällibaum, il lui avait succédé dans la tourmente de la faillite qu’allait provoquer Marc Roger.

Surtout: il a été le directeur technique du centre de formation de Xamax de 2007 à 2016, et à l’origine de la Fondation Gilbert Facchinetti (l’académie du club qui a permis d’éviter le pire après la faillite de 2012 de Chagaev). C’est peu dire que le président Christian Binggeli ou Michel Decastel lui doivent beaucoup du succès actuel des Neuchâtelois. Outre cette qualité de formateur et ses visions pour une première équipe qui doit fonctionner avec ses meilleurs jeunes formés au club, il est de plus à la meilleure des écoles avec Lucien Favre depuis deux ans. De là à dire qu’il rassemble plusieurs critères décisifs pour séduire les dirigeants genevois, il n’y a qu’un pas. Qui n’est pas franchi pour l’heure. Et puis cela dépend peut-être de l’avenir de Favre. À Nice, où Ursea comme le Vaudois ont encore un an de contrat, ou ailleurs…

Ollé-Nicolle attentif

Mais d’autres candidats intéressent Servette. Ou alors sont eux-mêmes intéressés. Quelqu’un comme Didier Ollé-Nicolle par exemple. Il connaît la Suisse pour avoir entraîné Xamax et osé tenir tête à Chagaev. Cet originaire d’Annecy, actuellement à la tête de l’US Orléans, sait bien que Servette est à la recherche d’un entraîneur. «Oui, on me l’a dit, lance-t-il. Mais je le savais déjà, pour suivre le championnat de Suisse, de Super League et de Challenge League. Je n’ai pas eu de contact avec les dirigeants genevois. Mais Servette, c’est un nom. S’il y a un vrai projet, une réelle ambition, alors cela pourrait m’intéresser.»

Beaucoup sont prêts à relever le défi, comme lui. Idem pour le poste de directeur sportif. Aux dirigeants d’opérer les bons choix. (nxp)

Créé: 27.04.2018, 16h58

En direct du vestiaire

Le match Aarau - Servette, au Brügglifeld, ce samedi, coup d’envoi à 19 heures.

L’effectif Servette doit faire face à une hécatombe de blessés: Sauthier, De Ceglie, Mfuyi, Busset, Hasanovic, Alphonse et Cespedes. Auquel il faut ajouter l’absence de Le Pogam (pas convoqué, il est prévu avec les M21) et de Willie, suspendu. Enfin, Chagas et Imeri sont incertains. Bref, il n’y a que quatre défenseurs de formation qui seront du voyage: Nathan (de retour de blessure), Sarr, Souare et Ribeiro. Pas simple pour Dimic.

Le contexte Servette, quatrième depuis deux journées, veut bien terminer la saison et pour ce faire vise la deuxième place du classement qu’il a perdue. Cela passe par des victoires. La dernière, la seule depuis que Dimic est à la barre, remonte au 24 mars, contre le «déjà relégué» Wohlen. Il serait bien, après le nul 0-0 contre Xamax, que les Grenat retrouvent des couleurs. D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.