Servette peut compter sur Daniel Follonier

FootballAvant le choc à Aarau de ce vendredi soir (20h), le Valaisan est dans les starting-blocks, prêt à animer le flanc gauche si Geiger le lui demande. Rencontre.

Daniel Follonier échappant au défenseur argovien Linus Obexer: c'était le 21 juillet dernier, en ouverture de championnat. Rebelote ce vendredi soir au Brügglifeld?

Daniel Follonier échappant au défenseur argovien Linus Obexer: c'était le 21 juillet dernier, en ouverture de championnat. Rebelote ce vendredi soir au Brügglifeld? Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À 25 ans, il ronge son frein depuis le début de la saison. Arrivé à Genève l’été dernier, prêté par Lucerne après les promesses déjà aperçues à Sion, Daniel Follonier ne s’est pas imposé sur le flanc gauche des Grenat, là où Alain Geiger projetait de le faire jouer.

Des imprécisions dans le jeu et les choix, un travail défensif à améliorer, une confiance à retrouver: le Valaisan a travaillé consciencieusement à l’entraînement. Quand Séverin s’est blessé à Kriens après cinq minutes la semaine passée, c’est immédiatement vers lui que l’entraîneur s’est tourné pour le lancer, reculant Iapichino d’un cran.

«À moi d’enchaîner»

Est-ce à dire qu’en l’absence du Français ce soir à Aarau, «Follo» sera à nouveau sur le flanc gauche? C’est bien possible, puisqu’avec la blessure de Schalk et la convalescence de Kone, l’attaque servettienne sera probablement composée d’une seule pointe (Chagas ou Alphonse). Les Grenat devraient s’articuler dans un 4-4-1-1 à géométrie variable, avec les deux couloirs prêts à monter d’un cran lors des phases de possession du ballon.

«Je suis là pour ça, je suis prêt, assure le joueur. Je n’ai jamais compté sur la blessure d’un coéquipier pour avoir ma chance, mais si Alain Geiger fait appel à moi comme cela a été le cas à Kriens dès le début, c’est que je le mérite, que ce qu’il voit de moi à l’entraînement l’incite à me faire confiance. À moi d’enchaîner alors…»

Il est vrai que le pedigree de Follonier le présente comme un joueur de Super League, lui qui a connu Sion et Lucerne. Mais il n’est pourtant utilisé qu’en joker avec Servette. Les places sont chères et lors de ses apparitions en championnat, le milieu offensif, trop brouillon dans ses options, n’a pas encore vraiment convaincu. Il avait plus souvent connu le flanc droit que le gauche dans sa carrière, il a aussi dû s’adapter.

«Des allures de match de Super League»

«Et puis à un moment, avec la série de victoires que réalisait l’équipe en automne, il y avait une dynamique de groupe qui s’était créée, qu’il était difficile de remettre en question, relève-t-il. C’est le plus important en vue des ambitions du club, la promotion, je l’accepte bien sûr. Mais je sais ce que je peux apporter à cette équipe.»

Servette aura besoin de toutes les bonnes volontés dans ce gros test à Aarau. «Il y aura sans doute un peu de monde au Brügglifeld, une belle ambiance, un Aarau redoutable, cela donnera des allures de match de Super League à cette rencontre, lance Follonier. A nous de faire en sorte que cela devienne notre match référence. Nous devrons être concentrés de la première à la dernière seconde. Si nous imposons notre jeu, il n’y a pas de raison que cela se passe mal.» (nxp)

Créé: 01.03.2019, 10h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...