«Servette n’a rien à faire dans cette ligue»

FootballSamedi, Sébastien Fournier retrouvera le Stade de Genève. A la tête, par intérim, des M21 de Sion.

Sébastien Fournier, directeur technique du centre de formation du FC Sion, affrontera Servette samedi (dès 19h) avec les M21 sédunois.

Sébastien Fournier, directeur technique du centre de formation du FC Sion, affrontera Servette samedi (dès 19h) avec les M21 sédunois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Petit village de carte postale, Saillon, accroché sur le flanc de la montagne: baigné de soleil, le Valais est fidèle à sa légende. C’est le quotidien de Sébastien Fournier. Le plus grenat des Valaisans goûte à ce plaisir retrouvé. «La montagne, un autre rythme de vie, une ambiance, je me sens bien.» Non pas qu’il fût malheureux à Genève, où il a passé de nombreuses années de joueur et d’entraîneur. Simplement, ses racines sont là et cela se ressent.

Fournier a quitté Servette à la fin de l’été 2013, limogé de son poste d’entraîneur. Il travaille, depuis juillet 2014, au centre de formation du FC Sion, dont il a été nommé directeur technique en mars. Ce sont les circonstances qui se jouent de l’histoire: samedi (19h), il sera à la tête des M21 de Sion, opposés à Servette en Promotion League. De belles retrouvailles passagères: «Admir Smajic ayant quitté son poste il y a un mois, il faut trouver des solutions, je donne un coup de main en attendant, assure Fournier. Nous avons demandé à l’ASF de pouvoir terminer les trois derniers matches comme cela, avant de dégager une vraie solution.»

Il va donc retrouver sur son chemin un club qu’il connaît si bien. «Servette n’a rien à faire dans cette ligue, souffle-t-il immédiatement. Je suis persuadé que les Grenat vont retrouver la Challenge League et c’est tant mieux. Parce que pour la première fois, je vois des gens en place avec une vraie réflexion et de solides soutiens pour un projet d’avenir. Les bases sont solides et les jeunes sont là. C’est plus compliqué à ce niveau ici, en Valais.»

Compliqué? «Il faut se rendre compte d’une chose: avoir Sion en Super League, qui dispute l’Europa League contre Bordeaux ou Liverpool, qui gagne une treizième Coupe, c’est un miracle, assène-t-il. Et ce miracle a un nom: Christian Constantin. C’est son investissement financier qui permet cela. Imaginer aujourd’hui le Sion des années 80, voire début 90, avec beaucoup de Valaisans sur le terrain n’est plus possible. Avant, nous pouvions vivre de la formation, avant que les meilleurs ne partent, Servette en sait quelque chose… Mais avec la professionnalisation de ce secteur, Servette, Bâle ou Zurich forment leurs propres joueurs, en qualité et en quantité. Ce n’est pas simple pour les jeunes en Valais. Mais c’est ce qui m’intéresse dans ce défi.»

Tiens: Servette se cherche justement un entraîneur… «Oui, mais non, tranche Fournier. Personne ne m’a approché, je le précise. Mais j’aurais le sentiment de trahir Sion et les jeunes si je devais partir maintenant, à Servette ou ailleurs. Je suis là pour créer une dynamique cantonale. Ce n’est pas évident. Mais je veux mener ce projet, je me suis engagé pour quatre ans. Après on verra…»

En attendant, c’est en entraîneur intérimaire qu’il va revenir au Stade de Genève, à la tête des M21 Sédunois. «Je suis curieux de voir comment nos jeunes vont se comporter face à Servette, dit-il. Mais ce sera difficile, je le sais déjà. Parce qu’entre mes blessés, ceux de la première de Sion et les M21 qui sont donc montés faire le nombre avec les pros, je n’ai que 14 joueurs à l’entraînement. Dont un gardien. Mais c’est ainsi et nous allons nous battre.» On peut lui faire confiance… (TDG)

Créé: 05.11.2015, 20h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...