Servette et Kone prient pour un épilogue rapide

FootballLes Grenat ont rendez-vous à Kriens ce samedi. Sans leur buteur, qui patiente.

Koro Kone bientôt de retour sur le terrain? Ce serait une bonne nouvelle pour Servette, qui composera une nouvelle fois sans son buteur à Kriens, ce samedi.

Koro Kone bientôt de retour sur le terrain? Ce serait une bonne nouvelle pour Servette, qui composera une nouvelle fois sans son buteur à Kriens, ce samedi. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un peu le théâtre de l’absurde qui se joue en deux actes, sans que l’on en connaisse l’épilogue. Samuel Beckett n’est pas loin, cette fois c’est «En attendant Koro», et comme dans la célèbre pièce de l’Irlandais, tout le monde attend. Surtout Servette. À la veille du match à Kriens, ce samedi, les Grenat sont toujours privés de leur buteur ivoirien, Koro Kone, qui n’a pas encore de permis de travail.

Son cas doit être jugé par le Tribunal administratif de première instance (TAPI), puisque le club a fait recours contre la décision négative de l’Ocirt (Office cantonal de l’inspection et des relations du travail).

On rappellera que le Servette FC avait décidé de braver par deux fois la loi en alignant Kone contre Winterthour et Lausanne sans permis de travail (24 et 31 août), alors même qu’il avait entre deux été rappelé à l’ordre par l’Ocirt. On précisera aussi que tous les clubs ne sont pas égaux devant la procédure, puisque dans certains cantons, les démarches sont facilitées et surtout accélérées en ce qui concerne le préavis favorable que doivent donner les autorités cantonales pour les extracommunautaires, avant que Berne ne valide définitivement le permis de travail.

Il n’en demeure pas moins que depuis le 31 août, il y a à Genève un joueur professionnel qui ne peut plus exercer son métier. Son employeur, le Servette FC, s’est pris lui-même les pieds dans le TAPI, sans doute, mais cela fait bientôt deux mois que le prometteur Ivoirien ronge son frein.

Combien de temps cela peut-il encore durer? Le pouvoir judiciaire détient des statistiques. Dans le domaine de la police des étrangers, quand le TAPI est saisi, la procédure dure en moyenne 153 jours. Soit cinq mois. Attendu que Servette a déposé un recours le 18 septembre, Kone peut espérer être en règle, avec un permis de travail, à la fin de février. Bien sûr, seulement dans le cas où le TAPI estimerait qu’il peut obtenir l’indispensable sésame. Aïe!

Selon nos informations, il se pourrait pourtant que le cas soit jugé bien plus rapidement. Dès la semaine prochaine? Les Servettiens croisent les doigts, en priant surtout pour que la situation se débloque indépendamment des fautes d’appréciation commises par le club ou des tensions existantes avec l’Ocirt.

Servette déjà puni

Il en va d’un joueur qui est privé de compétition depuis près de deux mois, alors qu’il avait pourtant le feu vert de la SFL dès le début pour évoluer en Challenge League: l’ombre de Beckett plane encore… Ici, pas de passe-droit, juste du bon sens: un professionnel dont le boulot est de jouer au football, qui se voit interdit de match, ce qui ne peut que lui porter préjudice alors qu’il n’y est pour rien. Là, un club qui a voulu entamer un bras de fer, qui l’a perdu et qui aura retenu la leçon. Pas besoin d’en faire un exemple. On veut croire que l’intérêt de Kone primera, Servette ayant déjà été puni en ayant dû composer sans son buteur durant deux mois. (nxp)

Créé: 27.10.2018, 12h57

en direct du vestiaire

Le match Kriens-Servette, Kleinfeld, coup d’envoi à 17 h 30.

Les absents Servette fera sans Lang, Souare, Sauthier. Ce dernier souffre d’un mollet, cela devrait prendre dix jours au capitaine grenat pour être rétabli. Alphonse est incertain (coquard en fin de partie contre Aarau).

Le contexte Servette sort de deux victoires consécutives et entend bien poursuivre sur sa lancée. Les Grenat ont pour eux la meilleure défense de la ligue.

Le système Servette a beaucoup tâtonné depuis le début de la saison, en variant les schémas. «Je n’aurai pas Sauthier, peut-être pas Alphonse pour la gauche: il faut savoir varier, même si certaines idées se dégagent en fonction des particularités individuelles», explique Alain Geiger. Côté Kriens? Attention à Siegrist.

Wüthrich en forme Depuis deux matches, il joue en vrai No 10 et il se régale. Jusqu’au moment où il doit sortir. «Je crois que je n’ai pas encore joué 90 minutes cette saison, souffle-t-il. Je suis en forme, je peux terminer une rencontre, je l’ai dit au coach.» D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...