Servette a quelques jours pour s’inventer un destin

FootballLundi, les Grenat ont rendez-vous à Neuchâtel. Un seul plan: la «gagne».

Le retour de Chagas fera du bien au Servette FC.

Le retour de Chagas fera du bien au Servette FC. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un match n’est jamais qu’un match, mais pas celui-là. Pas ce Xamax-Servette de lundi prochain. Il n’y aura sans doute que trois points en jeu, comme toujours, mais ce choc au sommet a déjà tout d’une ordalie, une forme de jugement suprême qui doit dire qui peut encore être dans le vrai ou pas.

Avec encore onze points de retard et même s’il a un match à rattraper contre un Wohlen démobilisé, Servette mesure bien le caractère sans appel de l’affrontement. Les Grenat se sont offerts dans douleur et dans la froideur schaffhousoise le droit d’y croire encore, avec un succès arraché à quelques minutes du terme. Mais le temps n’est plus aux calculs d’apothicaires: sans succès à la Maladière, les espoirs de promotion seront plus ténus encore. Parce que si Servette se montre à nouveau incapable de battre Xamax, alors les hommes de Decastel, gonflés d’une confiance déjà haute, auront le champ libre pour filer en Super League. Comment Servette doit-il s’y prendre? Que doit-il éviter, que faut-il affirmer? Le point.

D’abord, Servette ne peut se permettre de jouer comme lors de la première période à Schaffhouse. Une seule occasion, c’est insuffisant. Bien sûr, Chagas, suspendu, manquait à l’appel, tout comme Willie. Avec Wüthrich et Micha Stevanovic, Kodro a bricolé un système qui se rapprochait d’un 4-4-2, voire d’un 4-3-3 après la pause, pour traquer la bonne solution.

Mais il a longtemps manqué ce grain de folie devant. Il est apparu un peu quand Fabry a reculé en défense centrale (De Ceglie sortant), preuve que le duo médian Dalibor Stevanovic - Fabry n’apporte pas ce qu’il faut offensivement. Il est vrai que Servette doit jouer plus haut. Mais aussi avec un profil de joueur, sur ces deux postes-là, capable de porter le soutien. Et c’est justement avec l’excellent Imeri en No 8 central que Servette avait archi-dominé Xamax le 20 septembre dernier durant 70 minutes, avant de s’effondrer sur la fin.

Ce syndrome de l’effondrement, c’est exactement ce que Servette doit éradiquer. Par deux fois les Grenat ont été rejoints dans le dernier quart d’heure par Xamax puis terrassés ensuite dans les arrêts de jeu.

On peut toujours parler de malchance, de l’insolente réussite neuchâteloise. Mais si Xamax multiplie ces exploits-là, c’est qu’il entretient un supplément d’âme qui fait défaut aux Genevois.

Dans tous les cas, le message doit être clair dès le coup d’envoi à Neuchâtel, lundi soir. Pas brouillé comme à Schaffhouse, avec un Lang sur la touche, un Imeri contre nature sur le flanc droit et l’immuable duo médian qui demeure sans impulsions. Servette doit bien sûr faire attention, mais il doit surtout afficher haut (dans le terrain) et fort (dans les intentions) ses ambitions.

Ce match se jouera dans la tête. Aux Servettiens de démontrer qu’ils n’ont rien à envier aux Neuchâtelois sur ce plan, s’ils veulent continuer à rêver de promotion. (nxp)

Créé: 13.02.2018, 16h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...