Un Servette à deux vitesses fait le boulot à Échallens

FootballLes Genevois, vainqueurs (0-6) à Échallens en 32es de finale de la Coupe de Suisse, ont peiné avant de dérouler. Place à la suite!

Intenable pour la défense challensoise, Chagas a marqué trois buts et des points aux yeux de son entraîneur Alain Geiger.

Intenable pour la défense challensoise, Chagas a marqué trois buts et des points aux yeux de son entraîneur Alain Geiger. Image: ÉRIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand l’entraîneur d’une équipe qui vient de s’imposer 6-0 parle d’«un premier tour compliqué», cela peut prêter à sourire. Alain Geiger, en l’occurrence, n’avait pas tout tort. Son Servette a certes facilement eu raison d’Échallens (1re ligue) dès qu’il a appuyé sur le champignon, en seconde période (quatre buts entre les 47e et 69e minutes). Mais il a mis une longue mi-temps à se mettre dedans au stade des Trois-Sapins, autrement dit à s’en sortir. «Après avoir un peu douté, on s’est libéré», résumera le coach valaisan des Genevois, qui aimerait bien faire de cette Coupe de Suisse une cerise sur le gâteau (lire ci-dessous).

Pas de la tarte

Ça n’a pas toujours été de la tarte, samedi en fin d’après-midi face à de vaillants Vaudois, à la fois déterminés dans le repli et prompts à l’offensive. À part la précieuse ouverture du score de Mychell Chagas (22e), entachée d’une main d’Alex Schalk au départ de l’action, Servette n’a rien produit de très bon. «Le Geiger, il a dû te leur mettre une secouée, mon pauvre ami», pouvait-on entendre à la pause, dans la bouche d’un commentateur local au pied de la tribune principale. Démenti serein de l’intéressé, un peu plus tard: «Je n’ai pas eu besoin de hausser le ton, les joueurs avaient compris tout seuls qu’il fallait mettre plus de percussion et de vitesse.»

Échallens, par manque de tranchant ultime et de réalisme, avait laissé passer son heure – ce qui n’empêchait pas l’entraîneur John Dragani d’être «très fier» de ses gars battus par plus fort après avoir tout donné. Servette, prenant conscience qu’«il fallait se mettre à l’abri» (dixit le capitaine Anthony Sauthier), est alors redevenu l’équipe séduisante de ce début de saison, à l’image d’un Varol Tasar virevoltant et double buteur (57e et 69e). Le tout en procédant à une habile revue d’effectif, destinée à faire souffler les uns et apaiser la frustration des autres.

«Ça fait du bien de prendre des minutes de jeu, même si ce n’est pas facile de retrouver le rythme», déclarait Christopher Routis. Aligné en défense centrale à la place d’un Steve Rouiller ménagé (douleur musculaire), le Français a été un peu dépassé en première mi-temps (perte de balle classée rouge à la 33e) puis joli buteur de la tête à la 63e. En l’absence de Koro Kone, malade et lui aussi légèrement touché à une cuisse, Mychell Chagas a croqué dans sa première titularisation de la saison et inscrit un triplé.

Imeri attend son heure

Dans les buts, Joël Kiassimbua, habituel remplaçant de Jérémy Frick, a bien fait le peu qu’il a eu à effectuer (bel arrêt devant Daniel Fernandes Ribeiro à la 40e, quelques sorties propres). Alex Schalk, suppléant numérique – dans une version plus offensive – d’un Timothée Cognat resté sur le banc, n’a pas spécialement marqué de points. Kastriot Imeri, certes entré à la 59e pour Sébastien Wüthrich, n’a en revanche pas connu les joies d’un premier match plein cette saison. «Je respecte les choix de l’entraîneur et je continue à travailler pour essayer de saisir ma chance quand elle viendra, déclare le jeune milieu de terrain. Je suis à un stade où il faut que je progresse.»

Voilà exactement l’état d’esprit cultivé par le Servette d’Alain Geiger. Avancer, s’améliorer, «se montrer» comme le répète régulièrement le coach. Leur qualification pour les 16es de finale de la Coupe de Suisse en poche, les Genevois peuvent se replonger dans un championnat qui les mènera dimanche à Thoune.


Le début d’une aventure?

Un néo-promu en Super League doit avoir le maintien comme premier objectif logique. Mais Servette a peut-être semé les graines d’un autre destin, samedi à Échallens. Et si les Genevois venaient à s’inventer un joli parcours en Coupe de Suisse, eux qui n’ont plus atteint les quarts de finale de l’épreuve depuis la saison 2005-2006? «La Coupe, c’est toujours un peu le dessert, le piment dans une saison, la compétition qui peut rendre les choses plus belles, salivait prudemment Alain Geiger à la sortie des vestiaires. On sait qu’en gagnant cinq matches (ndlr: quatre désormais), on a l’occasion de jouer une finale qui, même en la perdant, peut ouvrir les portes de la Coupe d’Europe.»

Le Valaisan, qui a remporté le trophée avec Sion (1980 et 1991) et Servette (1984), aimerait filer le virus à ses joueurs. Gentiment: «Nous sommes déjà contents d’être dans le chapeau suivant, on ne va pas commencer à claironner qu’on veut jouer la finale et la gagner, tempère le capitaine Anthony Sauthier. Mais avec un tirage correct, au fil des tours si on les passe, pourquoi ne pas en faire un objectif? Il y a longtemps que Servette court après un titre…»

La dernière fois, c’était en 2001 sous Lucien Favre, en finale de Coupe de Suisse contre Yverdon. Des souvenirs qui auront de quoi donner un relief supplémentaire au rendez-vous de la mi-septembre au Letzigrund contre Grasshopper, en 16es de finale.

S.M.

Créé: 18.08.2019, 22h39

Échallens - Servette 0-6 (0-1)

Stade des Trois-Sapins, 2562 spectateurs.

Arbitre: M. Horisberger.

Buts: 22e et 47e Chagas 0-2, 57e Tasar 0-3, 63e Routis 0-4, 69e Tasar 0-5, 93e Chagas 0-6.

Échallens: Zwahlen; Lekiqi,
Kamé Ekué, Fungilo (75e Chevalley), Shehu; Galokho (cap.) (71e Bozic); Ianigro, Kadima, Roder, Fernandes Ribeiro
(68e Tavares); Kok.

Servette: Kiassumbua; Sauthier (cap.), Routis, Sasso, Severin (66e Gonçalves); Cespedes; Stevanovic, Wüthrich (59e Imeri), Tasar; Chagas, Schalk (75e Antunes).

Avertissements: 25e Severin, 35e Kadima.

Coups de coin: 5-8 (2-5).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...