Ce Servette qui a la cote doit aussi garder le cap

FootballLes Grenat accueillent ce dimanche Zurich, le poursuivant direct. Il faudra se montrer plus précis qu’à Saint-Gall.

Gaël Ondoua, suspendu à Saint-Gall, est de retour au milieu pour affronter Zurich.

Gaël Ondoua, suspendu à Saint-Gall, est de retour au milieu pour affronter Zurich. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur les sites de paris en ligne, Servette a la cote. La victoire prévue des Grenat contre Zurich, ce dimanche à la Praille, ne rapporte donc qu’entre 1,53 et 1,64 fois la mise. Pour un match nul, presque considéré comme une surprise, la cote oscille autour des 3,5. Pour une victoire zurichoise, on grimpe parfois à 4,4 selon les opérateurs. Le petit néo-promu n’en est plus un – en a-t-il seulement eu le masque un jour? -, il est quatrième au classement et au moment d’accueillir le cinquième, ce FCZ aux moyens financiers deux fois supérieurs, il est donné vainqueur pour les bookmakers.

Au moins autant que les performances sur le terrain, cela raconte le crédit pris par les Grenat pour leur retour en Super League. Et cela s’accompagne d’une responsabilité qui dépasse évidemment le cadre du seul objectif du début de saison, le maintien. Personne ne peut jouer les prophètes, tout peut aller très vite et les vérités du jour ne sont pas celles du lendemain. Mais certains s’y sont essayés.

Sur la base des résultats obtenus jusque-là, un site d’analyses a ainsi osé un classement final. Young Boys serait champion devant Bâle et Saint-Gall. Servette conserverait sa quatrième place actuelle avec 54 points, six de plus que Zurich qui demeurerait cinquième. Voilà pour les prévisions, qui n’engagent que ceux qui veulent y croire.

La réalité du terrain

Dimanche, c’est de la pelouse du Stade de Genève que la vérité, une première partie tout du moins, surgira. Il y a déjà eu deux face-à-face. Le premier le 29 septembre, quand les Zurichois s’en étaient venus battre les Genevois à domicile (0-1). Le deuxième le 8 décembre, quand les Grenat avaient pris une cinglante revanche au Letzigrund, écrasant le FCZ 0-5.

Deux matches, deux ambiances. Le Servette de septembre cherchait des certitudes, avait fini battu à dix (expulsion sévère de Stevanovic). Le Zurich de l’époque ne savait pas encore qu’il entamait sa série d’invincibilité à l’extérieur: avec ce 29 septembre victorieux à Genève (9e journée), les Zurichois en sont à quatre succès (dont un à Saint-Gall) et deux nuls. C’est à domicile qu’ils ont des soucis, de gros soucis parfois et Servette en a fait la démonstration. «Oui, mais ils ne perdent plus à l’extérieur, rappelle aussitôt Alain Geiger. Alors ce sera compliqué. On peut dire ce qu’on veut, sur qui est favori ou pas, ce sera un match compliqué.»

C’est un peu l’affrontement de «ceux-qui-luttent-derrière-le-trio-de-tête». Ici, rien de honteux. Servette aurait peut-être pu s’accrocher un moment ou plus à ce wagon avec beaucoup de si, avec moins de maladresses dimanche passé chez les Brodeurs. «Mais ces équipes approchent gentiment les 50 buts marqués, on en est loin avec nos 32 réussites, tempère Geiger. C’est bien d’avoir la meilleure défense, mais avec la victoire à trois points, il faut marquer des buts et gagner.»

Deux défenses opposées

La défense, c’est justement un sujet tabou pour Zurich. C’est simple, après le cancre de la classe – Thoune, 45 buts encaissés –, c’est le FCZ qui est le plus mauvais dans ce domaine: 40 buts encaissés. Il est vrai que les hommes de Ludovic Magnin ont la fâcheuse habitude de concéder des cartons quand ils s’inclinent. Mais le problème persiste et ouvre un élément de réflexion pour les Servettiens. Contre Zurich, si une équipe a le bonheur d’ouvrir le score, elle bénéficie derrière d’espaces pour saler l’addition. Sauf que cela vaut plus pour un Zurich qui joue à domicile que pour celui qui évolue à l’extérieur, plus compact, plus bas, plus agressif dans les contres et sur les phases de transitions avant de tenir son os.

Bref, dans un monde idéal, Servette devrait commencer pied au plancher et se montrer efficace le plus tôt possible pour prendre l’avantage. Deux exercices dans lesquels les Grenat ne sont pas toujours performants. Une motivation de plus?


Magnin: «Les Grenat sont favoris, c’est clair!»

Ludovic Magnin, avec trois matches et un seul point, on ne peut pas dire que cela rigole pour votre équipe en 2020. Pourquoi?

Les petits détails qui tournaient en notre faveur cet automne ne nous sourient plus. C’est comme au début de la saison, nous n’arrivons pas tout de suite à nous mettre dans le coup. C’est comme si nous étions encore en hibernation.

Il y a aussi cette tendance à prendre des cartons à domicile, comme contre Bâle samedi passé (0-4)?

Nous prenons trop de buts, c’est évident. À la maison, quand nous sommes menés au score, nous voulons réagir tout de suite, en ouvrant des espaces. Mais nous savons aussi rendre une belle copie vierge derrière, c’est déjà arrivé à sept reprises, il n’y a que Servette qui fait mieux (8 fois).

Vos joueurs nourrissent-ils un sentiment de revanche après le 0-5 du 8 décembre au Letzigrund?

Nous avons ce score dans la tête, c’est certain. Mais plus qu’un sentiment de revanche, il faut de la remise en question de notre côté en ce début d’année. Il faut d’abord se concentrer pour mieux jouer.

Et Servette? À quoi vous attendez-vous?

Mais les Grenat sont favoris, c’est clair! Servette est devant nous au classement, sort d’une belle prestation à Saint-Gall, malgré la défaite. Il n’y a pas photo actuellement!

D.V.

Créé: 14.02.2020, 17h30

En direct du vestiaire

Le match Servette-Zurich, dimanche, Stade de Genève, coup d'envoi à 16 heures.

Les absents Servette composera sans Schalk et Park, blessés. Le Coréen devrait observer une pause de deux semaines au moins, le Néerlandais pourrait faire son retour contre Lugano le 1er mars. A Zurich, Schönbächler et Nathan sont suspendus.

Le contexte Servette sort d’une défaite frustrante à Saint-Gall, où il a raté des montagnes. Park étant blessé, Tasar devrait retrouver le flanc gauche. Et sans doute Cespedes le poste de neuf et demi, Ondoua étant de retour de suspension. Zurich a mal recommencé en 2020 et il vient d’être fessé 4-0 à domicile par Bâle. Mais le FCZ est imbattable depuis septembre à l’extérieur.

Le mot de Geiger «Il faudra bien rentrer dans le match pour ne pas revivre notre première confrontation à la Praille (victoire de Zurich 1-0). Je me méfie de cette équipe si performante à l’extérieur.

D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...