Servette attend Wohlen pour évacuer sa frustration

Football Après la cruelle défaite à Neuchâtel, les Grenat doivent faire un match plein. Sans trou d’air en fin de partie.

Willie va tenter de se faire pardonner ses multiples occasions gâchées mercredi contre Xamax.

Willie va tenter de se faire pardonner ses multiples occasions gâchées mercredi contre Xamax. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Passer de la domination quasi jubilatoire à l’affliction la plus profonde n’est jamais chose aisée à digérer. Au lendemain de l’épilogue douloureux vécu à Neuchâtel (défaite 3-2 à la 92e), les Servettiens ont fait corps pour tourner la page, pour éviter de trop ruminer, pour s’épargner le reflux amer de ces frustrations légitimes. Oui, durant près d’une heure, les Grenat ont largement dominé les débats, suscitant même des «oh» admiratifs chez le supporter neuchâtelois lambda. Mais oui aussi, durant une affreuse dernière demi-heure, toutes les assurances affichées jusqu’alors ont volé en éclats, jusqu’à ce but dans les arrêts de jeu, punition ultime d’un trou d’air si coupable.

Des messages positifs

Servette a perdu en groupe, quand le collectif a reculé, ne sachant pas gérer les assauts de Xamax autrement que dans la fébrilité. Alors le lendemain, c’est aussi en groupe que tout le contingent a fait le point. Meho Kodro a parlé aux joueurs. Pour souligner le positif, qui existe bien sûr. Mais les dirigeants aussi ont fait le déplacement pour relever avec force l’idée d’une union sacrée. Au-delà de la défaite, qui ne dit rien de définitif.

«C’était le but, oui, explique Lionel Pizzinat. Des messages positifs, l’idée de comprendre ce qui s’est passé, d’en parler et surtout de continuer le travail.» Il est vrai que malgré la défaite, Servette avait tout en main, à Neuchâtel, pour s’imposer. Le tout sans Alphonse (blessé), sans Wüthrich (entré en cours de match et diminué par une pubalgie) et sans Malonga, qui manque encore de rythme. Cela rappelle la profondeur et la qualité du banc grenat. Si les Genevois avaient fait preuve de concentration, Tréand n’aurait pas égalisé quelques secondes après le 0-1; si Willie n’avait concrétisé que la moitié des occasions qu’il a eues (caviars de Miroslav Stevanovic, Wüthrich ou Sarr notamment), c’est Servette qui aurait jubilé à la fin; si, sans remuer le couteau dans la plaie, Jean-Pierre Nsamé était encore là, dans l’équipe actuelle…, ou si les Grenat disposaient d’un vrai buteur en forme (Malonga est attendu); si le vent de panique n’avait pas décoiffé les hommes de Kodro (ou alors si des changements plus judicieux avaient fait mouche…), c’est un contingent gonflé de certitudes qui attendrait Wohlen.

Pour aller de l’avant

Tout ce qui s’est bâti jusque-là ne s’est pas évanoui d’un coup. Servette s’appuie toujours sur des assurances sérieuses, ce qui s’est passé avant la 60e à la Maladière en atteste. Simplement, il va falloir en faire à nouveau la démonstration, face à Wohlen cette fois. Face à des Argoviens qui viennent d’abandonner la lanterne rouge avec une victoire sur Vaduz, jeudi!

De cette fâcheuse tendance à reculer en cours de seconde période, les Grenat ont bien sûr discuté. «Nous étions dans une position dominante, nous aurions dû la conserver sans reculer, dans l’idéal. Mais cela peut arriver. Servette doit pouvoir reculer un peu pendant un match. Mais alors il faut vraiment l’assumer. Ne pas trembler comme on l’a fait et bien défendre dans nos trente derniers mètres. Il faut y être prêt, il faut même, le cas échéant, que cela soit décidé s’il le faut. Mais pas comme à Neuchâtel, où mentalement il y a peut-être eu un peu de peur de gagner, avec ce recul imperceptible et inconscient en fait.»

Pour Pizzinat, c’est donc surtout dans la tête que certaines choses se sont jouées. Pas de souci physique. «Les données relevées ne nous indiquent aucun problème physique», assure-t-il.

Servette en est là. Au-delà de la défaite, il a fait preuve d’un très gros potentiel. C’est tout ce qu’il faudra confirmer contre Wohlen dimanche. Pour aller de l’avant.

(TDG)

Créé: 23.09.2017, 10h10

En direct du vestiaire

Le match Servette - Wohlen, dimanche au Stade de Genève, coup d’envoi à 16 heures.

L’effectif Alphonse (mollet) et Wüthrich (pubalgie) sont incertains à Servette. Une décision sera prise lors de la mise en place, ce samedi. Pacar et Sadrijaj sont blessés pour Wohlen. Kuzmanovic, Foschini et Pasquarelli sont incertains.

Un coup de froid Au lendemain de la cruelle défaite à Neuchâtel, les Grenat ont goûté à une séance de cryothérapie. Un coup de froid pour effacer les frustrations – et les toxines bien sûr – de la défaite.

Le contexte Wohlen vient de quitter la queue du classement après sa victoire contre Vaduz. Servette a manqué le coche à Neuchâtel et grillé un joker contre un concurrent direct à la promotion. Réaction attendue. D.V.

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...