Une semaine de vérité pour Servette

FootballWinterthour ce vendredi soir à la Praille, avant le déplacement à Lausanne mercredi: moment charnière pour les Grenat

Le groupe grenat peut s’appuyer sur des valeurs construites durant la saison.

Le groupe grenat peut s’appuyer sur des valeurs construites durant la saison. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le moment curieux d’un printemps qui veut se promettre glorieux sans que rien n’assoie encore vraiment cette sensation diffuse. Grand favori à la promotion directe en Super League, leader du championnat avec huit points d’avance au classement, Servette vit un moment clé de sa saison. Toutes les semaines sont sans doute décisives, mais certaines le sont peut-être un peu plus que d’autres. La venue de Winterthour (3e), un déplacement à Lausanne (2e): les Grenat font face à une semaine de vérité qui se terminera avec un voyage à Wil. Cette semaine est sans doute anglaise, mais elle est avant tout capitale pour les Servettiens.

C’est le lot d’un contingent que d’écrire sa propre histoire au cours de la saison. Avec des jalons qui, rétrospectivement, marquent des instants clés. Servette en a déjà connu plusieurs dans la saison. À la veille de cette semaine particulière, qui constitue à elle seule un moment de vérité, il n’est pas inutile de voir les acquis des Grenat jusque-là. Autrement dit, ces matches dont le souvenir est précieux avant des échéances capitales.

31 août: naissance d’un groupe

C’est le premier derby, à la Praille, face à Lausanne. Servette est largement dominé en première période et mené au score dès la 9e. Puis les Grenat perdent en même temps Alphonse et Mfuyi, tous deux expulsés bêtement à la 55e minute. Servette aurait dû s’effondrer. C’est le contraire qui se produit. Avec huit joueurs de champ et un esprit de corps inouï, les Grenat dominent un Lausanne en panique. Un groupe est né ce jour-là, dans l’adversité, malgré une défaite imméritée. Il y aura ensuite 13 matches sans défaite, dont neuf victoires.

27 octobre: un mental est là

Les masques tombent dans la difficulté. Au Kleinfeld, face à Kriens, Servette n’y est pas. Il est mené 2-1 à la 90e et va perdre. Le groupe a beau être solidaire, il vivait mal ce jour-là. Sauf que tout va basculer. Servette se découvre d’un coup, grâce à Chagas qui marque deux buts dans les arrêts de jeu, une force mentale supérieure. C’est grâce à ce premier renversement de situation que celui à Rapperswil est devenu possible il y a deux semaines (passer d’une défaite 1-0 à un succès 1-2 dans les arrêts de jeu, encore grâce à Chagas notamment). «J’ai rapidement senti que ce groupe pouvait avoir une grosse force mentale, explique Koro Kone. Que cela se vérifie dans la difficulté ne m’étonne pas.»

9 novembre: certitudes de jeu

Déplacement à Winterthour. Danger face aux Zurichois. Servette encaisse un but dès la 6e minute, tout se complique, de quoi perdre la tête dans ce match au sommet. Rien de tout cela ne se passe: les Grenat restent calmes et sûrs d’eux. Ils imposent une jouerie pour ce qui est peut-être leur prestation la plus aboutie. Forts de leurs assurances, ils inscrivent trois buts pour une victoire qui les conforte définitivement dans leurs schémas: deux attaquants, un jeu offensif, tout ce qui fait la marque de fabrique voulue par Alain Geiger.

1er mars: une maturité

Ce jour-là, Servette aurait dû stopper net Aarau. Il devra se contenter d’un nul 3-3, avec deux penalties sifflés par Alain Bieri en faveur des Argoviens, le premier étant grotesque. Menés 2-0 à la pause, les Grenat changent leurs plans: la maturité, c’est de savoir varier en s’adaptant aux circonstances. En inscrivant trois buts après la pause, les Servettiens auraient dû gagner. N’était le deuxième penalty sifflé contre eux dans les arrêts de jeu. Il n’empêche: à Aarau, Servette a encore grandi.

Bien sûr, tout n’est pas systématiquement parfait. Il y a l’affreuse défaite à Chiasso en février, ou ce nul misérable contre Wil à domicile. Mais au moment où Servette commence sa semaine de vérité, il a des acquis sur lesquelles il peut s’appuyer: un groupe, un collectif, un mental, une philosophie de jeu, une forme de maturité dans l’adversité. Ce sont toutes ces énergies que les Grenat doivent mobiliser dès ce vendredi soir.

Créé: 28.03.2019, 17h41

En direct du vestiaire

Le match Servette - Winterthour, ce vendredi soir au Stade de Genève, coup d’envoi à 20 h.

Le contingent Servette est privé d’Alphonse (vilaine entorse à Rapperswil), Lang, Busset et Antunes, blessés. À Winterthour, Lepik, Roth et Schättin sont blessés. Le buteur Seferi est suspendu.

Le contexte Le championnat reprend ses droits après la pause internationale. Servette reste sur une victoire à Rapperswil, arrachée dans les arrêts de jeu. Winterthour, lui, sort de deux défaites consécutives. Véritable coup d’arrêt pour les Zurichois après les deux nuls qui précédaient.

Le mot de Geiger «On parle de ces deux matches à venir, ou de ces trois matches de cette semaine anglaise? Moi, je ne fonctionne pas comme cela. Je ne veux pas que l’on joue déjà le match à Lausanne qui n’aura lieu que mercredi. Pour bien préparer ce derby, il faut d’abord battre Winterthour. Après seulement nous penserons au déplacement à la Pontaise. Je prends les choses dans l’ordre. Parce que Winterthour ne va pas nous faciliter la tâche.» D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...