Sans s’affoler, Servette se refait la cerise

FootballEn battant Kriens, les Grenat ont repris six points d’avance sur Lausanne. Ils passeront l’épreuve du feu vendredi à Aarau.

Un but, un assist, des qualités techniques supérieures, de la vitesse: Timothé Cognat a été l’homme du match.

Un but, un assist, des qualités techniques supérieures, de la vitesse: Timothé Cognat a été l’homme du match. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À tout considérer, il n’y a là rien de remarquable. Voilà Servette, leader, qui bat Kriens, néo-promu. Fût-ce sur le petit terrain synthétique lucernois, il n’y avait pas de raison que les Grenat tombent dans le piège. Entre celui qui veut retrouver la Super League et celui qui s’accroche pour éviter la relégation, un monde de différence doit exister.

Durant cette seconde période qui a assis le succès grenat, cette seule réalité s’est installée comme une évidence: quand Servette s’affranchit de ses propres craintes, il se libère. Autrement dit: que les Grenat possèdent de très loin le meilleur fond de jeu du championnat et tous les arguments individuels pour l’animer est posé, tout comme le fait qu’ils sont les favoris à la promotion aujourd’hui; qu’ils ne parviennent pas toujours à imposer cette supériorité naturelle et à toujours assumer sur la pelouse cette ambition légitime est pareillement un fait existant. Avers et revers d’une même médaille: posséder le potentiel de dominer la compétition de la tête et des épaules, mais s’égarer parfois au moment d’en faire la démonstration, chaque semaine, puisque l’excellence n’est pas un dû.

À Kriens, la crise de conscience a duré une mi-temps. Le temps d’endosser le costume, de se souvenir des erreurs commises à Chiasso (défaite 2-1), ou des torpeurs qui avaient fini par gagner tout le groupe une semaine plutôt contre Wil (0-0). Et de les oublier. Servette n’est jamais aussi fort que quand il ne se pose plus de questions pour jouer.

Nouvelles orientations

La réflexion a eu lieu avant. Depuis la reprise, attendus au tournant, les Grenat sont confrontés à des équipes qui tentent de fermer les espaces sur les côtés. Sur la droite principalement, avec le duo Sauthier-Stevanovic. Sur la gauche aussi, où Cognat a fait le bonheur genevois durant l’automne. Les 5-3-2 ou les variantes à défenses élargies de Vaduz, Chiasso et Wil n’ont sans doute pas interdit à Servette de centrer. Mais à renforcer les oppositions sur les côtés, les adversaires des Servettiens les obligeaient à centrer dans l’urgence.

La réponse de Geiger et de son staff s’est inscrite à Kriens: recentrage de Cognat dans l’axe au côté de Maccoppi, le Français retrouvait là sa place de prédilection, l’endroit où il apporte percussion, vitesse et technique, il a été brillant et décisif, offensivement et défensivement; nouvelles options sur les flancs, avec Stevanovic qui repique au centre bien plus souvent, idem à gauche avec Iapichino (à l’origine au milieu avant de reculer pour prendre la place de Séverin, blessé dès la 5e minute) ou Follonier.

Cognat indispensable

C’est Stevanovic qui cesse son débordement pour prendre l’axe, transmettre à Maccoppi qui prolonge vers Iapichino à la 45e: frappe magistrale. C’est Cognat qui fait le surnombre dans l’axe aux seize mètres pour contrôler un ballon venu de la droite et décaler Schalk: frappe chirurgicale. C’est Cognat encore qui prend toujours l’axe vertical, offensivement, pour recevoir un centre parfait de Stevanovic: plat du pied intelligent. Le retour au 4-4-1-1, une tactique très intéressante à l’extérieur avec ces choix-là (Cognat est essentiel dans l’axe), ouvrait de nouvelles perspectives.

Servette a bien raison de multiplier les zones de danger (deux buts sur des tirs plein axe), pour éviter les stéréotypes, les combinaisons entre Sauthier et Stevanovic étant éventées à moins d’êtres parfaites. En leader, sans s’affoler, les Grenat ont su réagir pour reprendre six points d’avance sur Lausanne (nul à Wil vendredi).

Ils doivent maintenant confirmer cet élan retrouvé à Aarau, vendredi soir. Une autre paire de manches. Un test à la hauteur du potentiel et des ambitions genevoises. (Tribune de Genève)

Créé: 25.02.2019, 08h42

Articles en relation

Servette ne rate pas le coche à Kriens

Football Après une défaite à Chiasso et un nul contre Wil au Stade de Genève, Servette a parfaitement réagi en Suisse centrale (0-3). Plus...

La mémoire d’un épilogue fou comme exemple pour Servette

Football Les Grenat sont à Kriens ce samedi. Là où, quatre mois plus tôt, un déclic collectif s’était produit. Et s’ils s’en souvenaient? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le président du Kazakhstan part, la capitale prend son prénom
Plus...