De retour à Servette, Routis est prêt à s’imposer

FootballLe défenseur français est le seul joueur de l’effectif du SFC à avoir déjà connu une promotion avec le club grenat.

À 28 ans, Christopher Routis veut s’affirmer comme l’un des cadres du vestiaire grenat.

À 28 ans, Christopher Routis veut s’affirmer comme l’un des cadres du vestiaire grenat. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a des souvenirs qui restent. Le 31 mai 2011, Christopher Routis perd ses appuis et manque son interception. Mauro Lustrinelli peut aller tromper David Gonzalez. Servette ne mène plus que 3-1 contre Bellinzone, à vingt minutes de la fin. L’histoire est connue: les Grenat tiennent bon et sont promus en Super League. Lors de la fête qui suit, on voit Christopher Routis s’amuser allégrement de sa boulette. Il avait 21 ans et se réjouissait de pouvoir connaître la Super League. «C’est vrai qu’on en avait rigolé après coup, mais on avait tellement souffert en attendant la fin», se remémore-t-il aujourd’hui.

Sept ans plus tard, et quatre saisons après avoir quitté le club, Routis est de retour à Genève avec la même ambition, mais du bagage en plus. Entre-temps, c’est l’air britannique qu’il a humé, avec Bradford (D3 anglaise) et Ross County (D1 écossaise). «J’étais parti là-bas comme on s’engage dans un nouveau challenge, se remémore le Français. C’était un moyen d’apprendre une nouvelle langue et de voir autre chose. Les débuts étaient compliqués, j’ai dû cravacher. Mais j’y ai découvert une approche différente: on y accepte le manque de talent mais pas le déficit d’envie.»

Leader attendu

À force d’affronter des acharnés des duels, son jeu a aussi évolué: «J’ai progressé dans ce secteur bien sûr, mais j’étais aussi un joueur parfois nonchalant. Avec le rythme des matches, j’ai dû gommer cet aspect-là.»

Dans ce nouveau Servette, il n’est plus le petit jeune de Libourne qu’il était à son arrivée en 2009. Le Girondin est attendu. Alain Geiger en fait même un leader. «À vingt-huit ans, c’est à mon tour de rendre ce que j’ai appris, assume Routis. Les responsabilités ne me font pas peur, je connais ce championnat, je sais ce qu’il faut faire pour remplir les objectifs.»

Car Christopher Routis a une histoire avec Servette. Il était tout juste majeur lorsqu’il a débarqué dans le coin. Il a éclos sous João Alves, comme beaucoup d’autres. Il a joué ensuite deux saisons en Super League, avant la relégation. Après une saison difficile en Challenge League, il s’est finalement envolé. Pour mieux revenir: «Servette, c’est un de mes deux clubs de cœur avec Libourne. C’est ici que j’ai été lancé, je suis un peu chez moi. Si je joue contre Aarau, cela va me faire du bien de porter à nouveau ce maillot.» ­

Il a convaincu Schalk

A-t-il vu des changements depuis son retour? «Le club me paraît plus solide, répond le défenseur. Il y a une stabilité. Rien que le fait que la licence soit acquise si facilement, c’est quelque chose que je n’ai pas connu avant. L’organisation est plus claire.»

Et il a fait des émules, puisqu’il est parvenu à convaincre Alex Schalk, son ex-coéquipier à Ross County, de le rejoindre. «Je lui parlais beaucoup de Servette. C’est un joueur rapide, bagarreur. Un profil différent de ce qu’on a déjà devant.»

Cette arrivée n’est pas innocente. Schalk est appelé à marquer des buts. Routis sait qu’avoir un buteur dans ses rangs est un élément prépondérant pour accéder à la promotion. «Je suis le seul joueur à l’avoir vécu, alors je répète aux autres qu’il faudra travailler quatre fois plus pour jouer quelque chose et avoir une fois 20 000 personnes au stade. La montée n’est pas un objectif absolu. Mais je la souhaite. Je dis à mes coéquipiers que l’émotion qu’elle procure est un véritable cadeau.» Sera-t-il écouté? (nxp)

Créé: 22.07.2018, 22h27

En direct des vestiaires

Le match Aarau-Servette, coup d’envoi ce samedi à 20 h au Brügglifeld.

L’effectif La tâche n’a pas été facile, mais Servette va réussir à partir à Aarau avec dix-huit joueurs. Miroslav Stevanovic, Sally Sarr et Alexandre Alphonse sont convalescents, alors que Cespedes et Antunes sont blessés. Willie, dont l’avenir est incertain, n’est pas convoqué.

Avec quelle équipe? En préparation, Servette a alterné les systèmes à 4 ou 5 défenseurs. Geiger a une préférence pour la première option, mais le manque de certitudes pourrait l’inciter à choisir la seconde. En l’absence de Stevanovic, le jeune Timothé Cognat pourrait jouer côté droit. Une décision doit encore être prise sur une titularisation ou non d’Alex Schalk.

La nouveauté Avec les entraîneurs précédents, c’était une constante. La veille du match, l’entraînement avait lieu le matin. Alain Geiger a changé les habitudes: désormais, la dernière mise en place a lieu en fin d’après-midi. «Je trouve que s’entraîner la dernière fois un jour et demi avant de jouer constitue un laps de temps trop long, explique le coach. C’est mieux physiologiquement et mentalement de s’entraîner plus tard.»
Gare à Aarau Les Argoviens ont beaucoup bougé cet été. Ils ont engagé Patrick Rahmen comme entraîneur (ex-Bienne et Lucerne). Ce dernier a des ambitions dans le jeu. Rayons joueurs, signalons les arrivées de Zverotic et Schneuwly (Sion) et du Genevois Martin Liechti (prêté par Bâle). Leur campagne de préparation a été fructueuse, avec notamment une victoire 4-1 en amical contre un Bâle très remodelé.

Le mot de Geiger «J’attends de mon équipe de la concentration et de l’engagement, de travailler sur les bases demandées. Cela signifie du jeu, avec une bonne circulation du ballon. Avec ça, on peut espérer ramener un bon résultat.» V.S.

Articles en relation

Le Servette de Geiger aborde la saison avec très peu de certitudes

Les Grenat reprennent en Challenge League samedi, à Aarau, après une préparation compliquée. Plus...

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.