Des rapaces pour protéger la pelouse du Stade de Genève!

Football La pelouse du Stade de Genève sera sauvée. Aux soins intensifs pendant dix-huit jours, elle sera même surveillée par des rapaces…

Des rapaces vont élire domicile à la Praille: les pigeons dévoreurs de graines sont avertis.

Des rapaces vont élire domicile à la Praille: les pigeons dévoreurs de graines sont avertis. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Aux grands maux, les grands remèdes. Rongée par un vilain champignon qui a causé bien des tourments en Suisse, la pelouse du Stade de Genève a frôlé la mort et ne sera définitivement sauvée qu’au prix de soins intensifs. C’est une bonne nouvelle, mais cela suppose un travail au quotidien pendant les dix-huit jours qui viennent, jusqu’au prochain match: le Servette-Vaduz du 13 octobre.

D’ici là, terrain fermé, circulez, il n’y a rien à jouer. Seules les entreprises en charge de l’entretien de l’aire de jeu seront présentes, pour dispenser des soins. Le match de rugby entre le Servette RC et l’AS Succieu Terres Froides du 1er octobre a ainsi été reporté à plus tard pour la bonne cause.

Champignon éradiqué

D’abord, rappelons que ce champignon agressif, inconnu en Suisse jusqu’alors, a nécessité un traitement spécial. «Il est désormais éradiqué, assure Alain Richner, de Pottu & Seitz. Nous pouvons nous concentrer sur le reste.»

Le reste, c’est redonner du volume à une pelouse hybride qui a vu son vrai gazon rongé, laissant apparaître ces affreuses taches jaunes. Et le corollaire qui va avec: faute d’un enracinement sain, tout ayant été attaqué, la pelouse n’offrait plus tous les gages de stabilité. Demandez à Wüthrich et à sa pubalgie…

Une grosse dose de sursemis a donc été nécessaire. «Oui, pour une bonne repousse, explique Alain Richner. Il faut aussi du repos pour que la régénération et l’enracinement se passent bien.»

Cela demande du temps. Et d’autres mesures d’urgence qui accompagneront ce premier point. «C’est la luminothérapie, poursuit Richner. Les rails lumineux vont fonctionner jour et nuit, en quadrillant tout le terrain.»

Et en étant déplacés régulièrement pour ne pas brûler les jeunes pousses qui doivent prendre racine et dépasser le gazon artificiel.

Ouf. Tout va à nouveau au mieux dans le meilleur des mondes. Presque. En réalité, après le méchant champignon, il y a une autre menace qui plane sur la pelouse de la Praille. Le sursemis, c’est bien, c’est des graines à foison qui sont semées sur le terrain et qui doivent germer. Or la germination prend une dizaine de jours. Et jusqu’à ce moment, cette semence fait le régal des oiseaux (pigeons et autres), qui ne se font pas prier pour s’inviter au festin. Bref: sans protection, une très grande partie de ces graines est mangée avant d’avoir germé.

Une mission de haut vol

Alors? Alors au Stade de Genève, on pense sérieusement à héberger des rapaces dans l’enceinte durant cette période critique. A priori, l’affaire est entendue. Un recours aux buses et autres faucons avait déjà vu le jour avant l’Euro 2008, pour les mêmes raisons. Rebelote cette fois? «Oui, c’est déjà en discussion, précise Alain Richner. C’est certain que cela aide.» Effrayés par la présence d’un prédateur, les oiseaux ne se posent alors plus sur la pelouse comme s’ils étaient à table. Autant dire que pour les faucons et autres buses, c’est là une mission de haut vol.

Il faudra se montrer patient pour que le terrain retrouve toutes ses couleurs. Mais cela semble sur la bonne voie. En attendant, la Fondation du Stade de Genève a fait le nécessaire. Il faut encore espérer que les quatre matches qui s’enchaîneront dès le 13 octobre – Servette FC vendredi 13, Coupe d’Europe de rugby le samedi 14, Servette RC le dimanche 15 avec deux rencontres – seront sans conséquence sérieuse. «C’est très intensif comme programme, oui, admet Alain Richner. Mais il y aura encore une période sans rien, juste après, pour poursuivre les soins.»

(TDG)

Créé: 25.09.2017, 18h44

Articles en relation

Sauvetage de la pelouse de la Praille: c’est compliqué…

Football Alors que le terrain est rongé par un champignon, les manifestations de la semaine passée ont fait des dégâts. Quel avenir? Plus...

La pelouse de la Praille est un terrain de spores. Malaise...

Football Rongé par des champignons, le gazon du Stade de Genève va très mal. D’autant plus qu’il a été copieusement utilisé mercredi! Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Challenge League

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...