La pelouse de la Praille est un terrain de spores. Malaise...

FootballRongé par des champignons, le gazon du Stade de Genève va très mal. D’autant plus qu’il a été copieusement utilisé mercredi!

Le triste état de la pelouse, où l’on tente de sabler et de ressemer pour limiter les dégâts dus au vilain champignon. L’utilisation du terrain, qui n’était pas prévue, n’a pas aidé.

Le triste état de la pelouse, où l’on tente de sabler et de ressemer pour limiter les dégâts dus au vilain champignon. L’utilisation du terrain, qui n’était pas prévue, n’a pas aidé. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Pyricularia grisea.» C’est le nom du vilain champignon qui fait les malheurs des pelouses suisses depuis un peu plus d’un mois. Le Parc Saint-Jacques a été rongé: le FC Bâle a dû totalement changer sa pelouse pour un coût avoisinant les 300 000 francs. Le Stade de Genève est lui aussi sérieusement touché, les clubs de Lucerne et Lugano ont également signalé une attaque sur leurs gazons. La situation est alarmante.

Jamais présent jusque-là en Suisse, le champignon a surpris tout le monde. A commencer par les entreprises en charge de l’entretien des terrains. Avant, c’était le «Pythium» qui s’installait occasionnellement, un champignon connu et pour lequel une barre de traitement dispersant des fongicides suffisait. Avec «Pyricularia grisea», c’est autre chose. Pierre-Yves Bovigny, responsable à l’ASF du contrôle des pelouses, en sait quelque chose. Il a rapidement tiré la sonnette d’alarme.

La maladie du riz

«Ce champignon a finalement été identifié le week-end passé, explique-t-il, c’est confirmé par des analyses de laboratoire. On l’appelle aussi la maladie des taches grises, ou la maladie du riz. Il peut s’attaquer aux feuilles, mais aller aussi sur la tige et les racines. Le risque de propagation est grand: quand on marche dessus, on a des mycéliums et des spores sur ses chaussures. Nous avons averti mercredi tous les clubs de SFL du danger existant. Bâle a perdu sa pelouse parce qu’on ne savait pas encore à quoi nous étions exposés. Depuis, nous avons des traitements.»

Et aussi des mesures de sécurité avec l’installation de pédiluves de désinfection pour éviter la propagation. Les Genevois ont déjà pu s’apercevoir des dégâts causés par le maudit champignon. Servette a accueilli Aarau sur une pelouse sclérosée par de vilaines touches de gazon jauni. Mais depuis, la situation s’est encore détériorée à la Praille.

Le mercredi qui fait mal…

Mercredi, alors que le traitement à base de fongicides avait déjà commencé depuis deux jours, des dizaines et des dizaines de personnes ont foulé la pelouse de la Praille. La banque Pictet, qui avait réservé l’enceinte pour une manifestation privée (matches enfants et adultes), n’y est pour rien. Mais, déjà fragilisée par les champignons, puis par le traitement intensif pour les éradiquer, la pelouse de la Praille a subi les conséquences de son utilisation intensive, du matin jusqu’à près de minuit mercredi.

Mais il y a pire: ce vendredi soir, le trophée des champions est prévu, qui doit opposer le Servette Rugby Club au Nyon RC. On sait donc depuis plusieurs jours que la pelouse du stade est gravement malade, mais deux manifestations demeurent programmées. Etait-il possible d’anticiper et de trouver des solutions de repli ou de reporter le tout à des dates ultérieures? Dans l’absolu, c’est après concertation entre Pierre-Yves Bovigny, le spécialiste mandaté par la Fondation du Stade, et la société en charge de l’entretien de la pelouse (Pottu et Seitz), qu’une décision d’urgence peut-être prise. Alors pourquoi, alors que l’on sait depuis la semaine passée déjà qu’un champignon agressif et nouveau en Suisse attaque le gazon, n’a-t-on pas tenté d’annuler ces manifestations ou au moins de les reporter?

«Parce que pas plus la société Pottu et Seitz que moi n’étions au courant que le tournoi de la banque Pictet et le Trophée des champions devaient avoir lieu cette semaine sur le terrain de la Praille, assure Bovigny. Pour la bonne raison qu’aucune de ces manifestations n’étaient officiellement inscrites dans le calendrier.»

Difficile de protéger un terrain en interdisant l’accès si l’on ne sait pas qu’il sera utilisé. Et pour le Trophée des champions, c’est donc la veille ou presque que tout cela surgit. Est-il sérieusement possible d’envisager une annulation ou un report 24 heures avant, alors que tout a été commandé et installé? Non. Les deux clubs de rugby n’y sont pour rien eux non plus.

C’est plutôt le grave dysfonctionnement dans la communication, au sein de la Fondation du Stade, qui pose problème. Et le résultat est là: toute la pelouse transpire d’un jaune maladif.

Mea culpa de la Fondation

Après avoir pris connaissance du souci, Frédéric Renevey, membre du conseil de fondation, n’élude pas le problème. «Visiblement, il s’agit d’options de réservations qui n’auraient pas été confirmées, explique-t-il. C’est une erreur de notre part, à la Fondation. Nous avons justement une réunion et nous allons tout mettre à plat pour que cela ne se reproduise pas. J’espère vraiment que nous pourrons sauver la pelouse!»

Ce serait bien, il en va sans doute de près d’un demi-million de francs en cas de remplacement nécessaire. Cela fait suite aux problèmes déjà survenus juste après la pause du gazon il y a un an (pas de chaufferie, pas assez de machines d’entretien, ni assez de luminothérapie). On se demande ce qu’en pense la Fondation Hans Wilsdorf, qui a généreusement financé pour plus de quatre millions ce revêtement hybride, qui était indispensable pour qui veut jouer au même endroit au football et au rugby. On imagine aussi le sentiment du Servette FC et RC...

Ce devait être la Rolls-Royce des pelouses. Ce n’est plus qu’un terrain de spores. (TDG)

Créé: 31.08.2017, 17h52

Articles en relation

Solide et efficace face à Aarau, Servette tient son match référence

Football Les Grenat ont sans doute profité d’un adversaire fébrile (3-0) mais ils ont contrôlé la rencontre de bout en bout. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Merkel échoue à former une coalition
Plus...