Par-delà le classement, Servette doit être un leader sur le terrain

FootballLes Grenat étaient chasseurs, ils sont désormais chassés. À eux d’assumer leur première place, dès dimanche contre Schaffhouse.

Steve Rouiller: patron de la meilleur défense de la ligue, le leader attendu.

Steve Rouiller: patron de la meilleur défense de la ligue, le leader attendu. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bien sûr, l’assise est fragile. Avec quatre équipes à 21 points en tête de la Challenge League, le trône de leader est forcément instable. Il fait néanmoins le bonheur de Servette, la meilleure équipe de ces dernières semaines, fût-ce au prix d’un petit miracle à Kriens, dans les arrêts de jeu. Cette victoire inespérée raconte aussi une volonté commune, une solidarité, l’idée d’un groupe qui se consolide autour de son ambition de promotion.

Justement: pour monter il faut afficher un leadership sur le terrain, par-delà le classement. Être en tête, c’est bien, se comporter en leader, quel que soit le match, c’est encore mieux. Et c’est bien ce chemin-là que Servette doit emprunter maintenant. C’est dans cette optique que le groupe a été constitué cette saison et Alain Geiger, un leader naturel, insiste sur ce point. «Dans notre projet, la réflexion a porté sur cette nécessité d’apporter des leaders dans chaque ligne, pour dégager une sorte de colonne vertébrale. C’est Rouiller et Routis derrière, c’est quelqu’un comme Maccoppi au milieu, voire un Schalk qui a de l’expérience devant. C’est Koro Kone, quand il pourra rejouer.» Ajoutez encore un Stevanovic, un Alphonse ou un Sauthier qui étaient déjà là et en termes de patrons, Servette n’est pas mal doté.

Kriens comme un déclic?

En revanche, il est toujours sujet à l’inconstance, dans le contenu d’un même match. Steve Rouiller ne le nie pas. «Nous devons être plus constants, c’est vrai, admet-il. Nous devons savoir traverser les moments difficiles sans concéder de buts. Je ne sais pas si le match de Kriens peut opérer comme un déclic. Mais il peut favoriser une prise de conscience: avant, même en jouant bien, nous avons perdu des points. Cette fois, en jouant mal, nous avons gagné. C’est bon à savoir. Nous sommes concentrés sur notre objectif. Servette a une belle histoire, mais elle a été vécue par d’autres que nous. Nous voulons à notre tour écrire nos propres pages dans le livre grenat.»

Des paroles de leader, c’est sûr. Qui font écho au discours d’Alain Geiger. On peut toujours s’interroger sur les changements tactiques, les options prises, les choix, le Valaisan n’a jamais varié d’un iota son message. «Quand il y a plusieurs nouveaux dans une équipe, cela demande six mois pour valider le processus d’adaptation. Regardez où en est Aarau, malgré la qualité de ses nombreuses nouvelles recrues. Notre évolution est logique, nous avons effacé le retard que nous avions à un moment, tout se met en place. Personne n’a jamais été promu à Noël.»

Encore faut-il ne pas accuser un retard conséquent à la pause, comme l’année dernière. Cette saison, Servette semble mieux armé et surtout mieux équilibré pour au moins rester en course, voire pour prendre le large, dans l’idéal évidemment.

De la qualité partout

Il a deux gardiens de qualité; peut-être le meilleur arrière central de la ligue (Rouiller), les Grenat ont d’ailleurs la meilleure défense du championnat avec 10 buts encaissés jusque-là; un petit génie sur la droite, son poste de prédilection, avec Stevanovic; une révélation avec Cognat; de l’expérience avec Maccoppi; de la fougue et la jeunesse avec Imeri; une clairvoyance avec Wüthrich; des solutions multiples devant avec Schalk, Chagas, le polyvalent et intelligent Alphonse, ainsi que le très attendu Kone, toujours en mal de permis de travail (si l’OCIRT, via le Tribunal de première instance, pouvait faire un geste, Servette a compris la leçon…).

Bref, sur le papier, mis à part les soucis sur le flanc gauche de la défense, Servette possède de solides arguments, en tout cas un potentiel pour toucher son rêve de promotion du bout des doigts.

Il va lui falloir apprendre à gérer maintenant ce statut-là: être un leader et se comporter comme tel. Dès dimanche. (nxp)

Créé: 03.11.2018, 17h01

En direct du vestiaire

Le match Servette-Schaffhouse, Stade de Genève dimanche, coup d’envoi à 16 heures.

Les absents Servette doit composer sans Lang, Souare, Busset et Mfuyi, blessés. Et sans Kone, toujours en attente de son permis de travail. Schaffhouse est privé de Sessolo et Nikci, blessés, tandis que Gonçalves est suspendu.

Le contexte Servette, au prix d’un finish ébouriffant contre Kriens (victoire arrachée avec deux buts à la 91e et 94e pour passer de 2-1 à 2-3), est le nouveau leader de la Challenge League. À la différence de buts face à Lausanne, Winterthour et Wil, qui ont aussi 21 points, mais en tête. Les Grenat viennent d’aligner trois succès consécutifs, ils veulent poursuivre cette belle série. Schaffhouse reste sur une défaite et un nul. Mais la dernière fois que les Schaffhousois sont passés par la Praille (19 avril 2018), ils se sont imposés 4-1.

Le mot de Geiger «Personne n’a jamais été promu parce qu’il était en tête du classement avant la fin de la saison. Être leader, c’est très bien, mais on est passé de la quatrième place à la première en quatre minutes à Kriens. Alors restons modestes et humbles. Il ne faut pas se focaliser sur le classement, mais sur ce match qui nous attend.» D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maintien de Maudet: le PLR convoque une assemblée extraordinaire
Plus...