Nathan: «Je veux grandir. Sur le terrain et en dehors»

Servette-Xamax J-2Le défenseur grenat est un pion essentiel pour le derby de lundi soir contre Xamax. Son duel avec Nuzzolo sera décisif.

Nathan, une des révélations de la saison, a rapidement su s’imposer dans la défense centrale servettienne.

Nathan, une des révélations de la saison, a rapidement su s’imposer dans la défense centrale servettienne. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est la neige. La neige!»

Émerveillement dans les yeux de Nathan, cette semaine à l’entraînement. Les quelques flocons qui sont tombés sur Genève ont suffi à son bonheur. À 22 ans, c’est la première fois qu’il voit de la neige. Le Brésilien ne boude pas son plaisir: s’il est venu en Europe, c’est pour goûter à toutes les expériences, météorologiques comprises.

Justement, quel temps fait-il dans sa tête à deux jours du derby contre Xamax? On sait de lui ce qu’il montre sur le terrain: un sacré défenseur, assurément, déjà, une des révélations de la saison. Mais comment vit-il tout cela de l’intérieur, lui qui sait déjà s’exprimer en français pour dire l’essentiel? Lui qui, dès qu’il est arrivé à Genève, outre les leçons de grammaire et de vocabulaire, à aussitôt switché son téléphone portable sur le menu écrit en français?

«Ici? Je me sens comme à la maison, sourit-il. C’est comme si j’étais là depuis longtemps. Oui, je prends des cours pour parler le français. C’est important. Je veux grandir. Sur le terrain et en dehors.»

De grandes qualités

Ses qualités l’ont immédiatement installé en défenseur central essentiel pour les Grenat. On parle de son sens du placement, de ses qualités athlétiques au duel, de son jeu de tête (si précieux à Chiasso en fin de match, par exemple…) ou des ouvertures longue distance qu’il est capable de distiller des deux pieds. Impressionnant déjà pour un jeune joueur de 22 ans qui vit sa première expérience à l’étranger.

«Venir en Europe, cela a toujours été un rêve. Je n’ai jamais eu peur de quitter mon Brésil natal. Parce que je veux évoluer, m’améliorer. Tout ça, c’est bien plus de joie que de peur. Et puis c’est toujours du football, à onze contre onze. À Palmeiras, il y avait peut-être plus de pression qu’ici. Là-bas, quand tu gagnes, tu es le meilleur. Quand tu perds, les gens t’insultent. Sur ce plan, c’est plus calme à Genève. Le jeu n’est pas plus physique. Je dirais qu’il est plus réfléchi en Europe.»

Alors Nathan prend l’air pensif. Et il songe forcément un peu à ce match de lundi contre Xamax, ce choc au sommet que Servette se doit de gagner. «Parce que ce match peut définir bien des choses», lance-t-il, avec peut-être l’idée d’une revanche après ce match aller où il avait été l’auteur malheureux d’un autobut.

Une foi inébranlable

«Cela sera différent lundi, promet-il. Si Dieu le veut.» Comme tout Brésilien, il a la foi chevillée au corps. «Je ne peux pas lui en vouloir pour cet autobut, si je regarde, tout ce que j’ai souhaité, je l’ai obtenu: devenir joueur professionnel, venir en Europe. Cela ne fait que depuis 2014 que je marche vraiment avec Dieu. Avant, je croyais, mais sans avoir une foi aussi forte qu’aujourd’hui. Elle me guide, comme c’est le cas pour beaucoup de Brésiliens…»

Dans ses prières, Nathan glisse des victoires, du bonheur et sûrement un succès lundi soir contre Xamax. «Je sais qu’il y a Nuzzolo dont il faut se méfier, avance le Brésilien. Mais il y a beaucoup d’autres joueurs de qualité à Xamax. Il faudra être doublement concentré. Dans un match comme celui-ci, ce sont les détails qui font la différence. C’est l’équipe qui commettra le moins d’erreurs qui s’imposera.»

Nathan est sûr que Servette sera prêt pour ce choc. Il y a en lui toujours cet enfant qui allait voir jouer Palmeiras. Et qui, plus tard, a rejoint ce club. «Notamment aux côtés de Lucio, que j’avais vu brandir la Coupe du monde en 2002 et avec qui j’ai évolué en 2014. Ou Zé Roberto. C’est beau d’avoir vécu ça.»

Prêt à rester à Genève

Il est aujourd’hui au Servette FC, prêté par Palmeiras, les Grenat ayant une option d’achat au printemps prochain. «Moi je me sens bien ici, bien sûr que j’aimerais que Servette lève l’option.»

Musique d’avenir. Place au derby d’abord. (TDG)

Créé: 01.12.2017, 19h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...