Merci à Servette pour cette ballade des gens heureux

FootballLes Grenat balaient Zurich 4-1 et peuvent viser la troisième place de Bâle. Un merci général.

Koro Kone a marqué trois buts après être entré à la 65e. Belle réponse d’un buteur en mal de réussite.

Koro Kone a marqué trois buts après être entré à la 65e. Belle réponse d’un buteur en mal de réussite. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bercé d’un refrain qu’il chantonne en boucle, une «ballade des gens heureux», Servette s’abandonne à son bonheur déconcertant, le regarde grandir, s’en abreuve dans une joyeuse insouciance. Les Grenat ne veulent pas savoir de quoi leur avenir sera vraiment fait, au fond cela ne sert à rien. Ils cueillent le jour, fidèles à cette sorte de «carpe diem» qui les guide. C’est beau à voir.

Contre Zurich, balayé 4-1, toute une aventure a été visitée pendant les 90 minutes de cette nouvelle victoire. Il faudra peut-être se dire bientôt, pour de bon, que les espérances ont enflé vers le haut, vers ce Bâle troisième à trois points, le futur adversaire des Grenat dimanche prochain au Parc Saint-Jacques. Les Servettiens s’y prêteront dans un murmure peut-être, avec cette pudeur qui ne doit pas bousculer les équilibres glorieux.

Mais c’est à se demander de quoi est vraiment capable cette équipe. Le meilleur, bien sûr. Le pire? Il se gomme. Dans les travées du Stade de Genève, il y a des sourires en guise de merci. Merci pour qui, pour quoi? Inventaire.

Merci à Alain Geiger L’entraîneur jongle entre les systèmes en regardant toujours devant, en insistant davantage sur les animations et les équilibres que sur les positions fixes. Il compose désormais sans Wüthrich? Il s’adapte avec un jeu plus vertical et plus rapide encore. Contre ce Zurich qui ne perdait plus à l’extérieur depuis septembre, il a placé un 4-4-2 réfléchi. Avec un Cognat, excellent, décalé sur la gauche (comme en Challenge League), avec Tasar devant pour exploiter la profondeur, avec Kyei titulaire pour le concerner totalement. C’est lui qui ouvrira le score.

Merci à «Micha» Stevanovic Mille fois au moins. Le milieu-ailier-passeur-inspirateur, bref le génial «Micha» est le catalyseur de toutes les orientations servettiennes. Se souvenir d’un mauvais choix effectué par le milieu bosnien relève du défi perdu d’avance. Oh, bien sûr, il lui arrive de manquer le dernier geste (comme à Saint-Gall ou même ce dimanche). Jamais une dernière passe. Contre Zurich, c’est trois assists, dont un véritable «caviar» offert à Kone, c’est au moins trois autres passes qui méritaient pareillement un but avec plus de précision chez leurs bénéficiaires.

Merci à Koro Kone Bien sûr qu’il peut rater des montagnes. Il n’a pas voulu en parler avant cette rencontre. Il n’a pas plus désiré s’exprimer après avoir été l’autre homme du match avec Stevanovic. L’Ivoirien est entré en jeu à la 65e juste après l’égalisation de Zurich, au moment où Servette payait cash une pléiade d’occasions manquées. Pas simple? Il lui a fallu deux minutes pour redonner l’avantage aux siens. Avant de claquer encore le 3-1 et le 4-1. Trois buts en moins d’une demi-heure, autant que depuis le début de la saison. «Je ne sais pas si c’est une réaction aux interrogations dont il a fait l’objet, souriait Geiger, mais cela fait plaisir pour lui.» Tant mieux si cela le libère, il est peut-être comme ce Servette qui ne doute de rien. À raison, donc.

Merci à la défense Les Grenat ont toujours la meilleure défense de la ligue (21 buts encaissés en 22 journées). Là où beaucoup se cherchent des certitudes (Sion en tête), Servette affiche sa stabilité. Le capitaine Sauthier, qui a écœuré Kololli, le duo Rouiller-Sasso dans l’axe, si précieux. Et Iapichino sur la gauche, qui a redonné vie à ce flanc, pour plus d’équilibre.

Merci à Jérémy Frick Le portier grenat est peut-être bien le meilleur de Suisse, actuellement, il se dispute cet honneur avec le Bâlois Omlin et il a même rallié les plus sceptiques quant à ses aptitudes. Dimanche, il a fait les arrêts décisifs qu’il fallait dans les moments clés. C’est devenu une habitude et il n’est pas étranger à la rigueur défensive des Grenat.

Merci à tout le groupe Ce Servette qui respire la santé, financière aussi (merci aux dirigeants pour ce sérieux depuis 2015, si rare dans les années précédentes), vit un renouveau délicieux. Fragile aussi. Tutoyer le podium à la 22e journée pour son retour en Super League, cela relève de l’exploit. Il en faudra d’autres dans la continuité des futures saisons pour inscrire durablement cet élan. Il faudra se confronter à Bâle, bête blessée qui vendra chèrement sa peau dans son antre.

Personne ne sait vraiment quel sera le classement de Servette dans quelques semaines, quand le championnat s’achèvera. Européen ou pas? Sur le podium, juste après ou un peu plus loin. Le fait est que les Grenat ne se posent pas cette question eux-mêmes. Jusqu’à présent au moins Et que c’est peut-être leur force. Cueille le jour… Merci, oui. «Et pour le reste, on verra bien où tout cela nous mène», s’amuse Geiger.

Créé: 17.02.2020, 08h51

Servette - Zurich 4-1 (1-0)

Stade de Genève, 7052 spectateurs.

Arbitre: M. Dudic.

Buts: 23e Kyei 1-0; 63e Tosin 1-1; 67e Kone 2-1; 79e Kone 3-1; 94e Kone 4-1.

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso, Iapichino; Stevanovic, Cespedes, Ondoua, Cognat (82e Imeri); Tasar (90e Alves), Kyei (65e Kone).

Zurich: Brecher; Ruegg, Omeragic, M. Kryeziu, Pa Modou; Domgjoni, Sohm (55e H. Kryeziu); Tosin, Marchesano, Kololli (82e Winter); Mahi (69e Kramer).

Avertissements: 31e Pa Modou (jeu dangereux), 41e Domgjoni (antijeu), 77e Omeragic (jeu dur), 93e Imeri (antijeu).

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...