Tout Genève a fêté le retour de Servette en Super League

FootballLes Grenat écrasent Lausanne 3-1 pour officialiser leur retour dans l’élite, le tout devant plus de 20 000 spectateurs. Fou, beau et mérité.

Plus de 20'000 spectateurs ont communié avec ce groupe là, dans une liesse folle après ce succès sans appel sur Lausanne. Les Grenat portaient après la fin du match un t-shirt marqué: "Servette, Super League". (Photo: E. Lafargue / Vidéo: A. Dejardin-V.)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis heureux: avec cette équipe nous avons réveillé le volcan qui dormait à Genève.»

La voix cassée, Alain Geiger crie des mots de bonheur. Servette est officiellement de retour en Super League, il a dominé la saison de la tête et des épaules et il a fait le désespoir d’un Lausanne qui était très loin de soutenir la comparaison dans un match pourtant décisif pour les Vaudois, battus 3-1. Si Aarau s’impose samedi à Schaffhouse, le LS sera troisième et même plus barragiste. Tout cela est loin des préoccupations des Grenat. Sortis en trombe de leur vestiaire, où ils ont d’abord communié à l’unisson autour de ce sacre (le premier en Challenge League pour Servette), ils ont hurlé leur joie. Elle avait beau se dessiner depuis plusieurs semaines, il manquait encore cette cerise sur le gâteau qu’ils ont déposée délicatement dans un Stade de Genève grassement rempli.

Il y avait 20 055 spectateurs, une affluence folle pour un désir de promotion contenu depuis longtemps. Trop longtemps? Disons que la meilleure chose à faire n’était en tout cas pas d’envahir le terrain trois minutes avant la fin. Il faut croire que ce bonheur en attente, ce volcan endormi, bouillonnait trop. Tout le monde est plus ou moins rapidement retourné à sa place avant que l’arbitre ne poursuive et mette un terme au calvaire des Vaudois.

Dans le coup d’entrée

Une victoire méritée qui s’est dessinée dès le début. Étouffante, suffocante, asphyxiante pour un Lausanne saisi à la gorge dès les premières secondes, la pression exercée par les Servettiens a immédiatement donné le ton. Les Grenat, très haut placés, bouclaient tous les espaces et combinaient avec une intensité folle les transitions. Les Vaudois avaient le souffle court après deux minutes déjà, quand une tête de Rouiller filait à droite de la cage de Castella. Ils l’ont eu coupé dès la 4e minute, sur un corner de Wüthrich, qui trouvait à nouveau la tête de Rouiller, puis celle de Stevanovic pour l’ouverture du score.

Groggy, Lausanne aurait pu s’évanouir dans la foulée, sur une tête de Kone mal ajustée, sur un but annulé (Kone hors-jeu de justesse) ou sur ces ballons chauds qui s’égaraient dans les derniers mètres seulement. Ce deuxième but pour Servette, qui aurait pu suivre le premier, pendait au nez des Vaudois. Mais c’est précisément là que cet élan fou, porté par les quelque 20 000 spectateurs, s’est brisé net.

Il aura fallu un gros couac de Frick sur un corner pour que Servette soit surpris. Une sortie complètement ratée: en voulant boxer la balle au loin, il la propulsait dans sa propre cage. Immédiatement, Sauthier s’est précipité vers son gardien pour le réconforter. Un groupe, c’est aussi ces moments de solidarité, ceux qui ont fait la force de Servette durant toute la saison.

La première mi-temps se terminait sur un faux rythme. Et sur un coup dur: un tête à tête involontaire entre Rouiller et Oliveira laissait le Lausannois sur le carreau, K.-O. Mais en rentrant au vestiaire, peu après, les Vaudois avaient l’essentiel en poche, ce nul qui préservait leur deuxième place au classement. Avec ce 1-1, Servette pouvait fêter sa promotion officielle, puisqu’il ne lui manquait qu’un point. Mais l’équipe de Geiger a montré depuis longtemps qu’elle n’était pas du genre à dormir sur ses acquis. Alors il y a eu cette seconde période.

Quelques minutes sans contenu, pour recommencer, mais sans danger non plus, Lausanne étant inoffensif. Puis une victoire pliée en trois minutes. Un bijou de centre coup franc de Stevanovic pour une tête d’Alphonse; un centre de Follonier pour Imeri, qui venait de remplacer Wüthrich et qui devançait Loosli au premier poteau: deux buts pour ce succès 3-1, sans appel. La fête pouvait commencer. Servette le mérite pour sa saison exemplaire.


Réactions

Didier Fischer: «C’est une immense satisfaction, souriait le président. Pour l’entraîneur et son staff, pour les joueurs, pour tous ceux qui travaillent pour ce club. C’est beau. Mais si je pense à demain, je me dis que dès lundi nous allons appuyer sur les boutons pour que ce qui se préparait déjà puisse être validé. La reprise de l’entraînement, c’est le 18 juin déjà. Nous n’avons pas le temps, il faut aller de l’avant. Continuer à travailler dans la bonne direction.» Cela se fera avec un budget au minimum doublé (soit 12 millions assurés), voire proche des 15 millions.

Alain Geiger: «Je suis heureux pour Genève, pour le bonheur que nous avons apporté à cette ville. C’est extraordinaire», s’exclame l’entraîneur.

Koro Kone: «Je suis venu à Servette pour cela. C’est un grand jour pour le club. Mais c’était mon objectif: retrouver l’élite avec Servette. Il y a un groupe uni, une ambiance folle, un public qui était présent. Nous avons récolté les fruits de notre travail et maintenant nous pouvons fêter ça comme il se doit.»

Miroslav Stevanovic: «La place de Servette, c’est dans l’élite. Et pour toujours! Place à la Super League maintenant.»

Anthony Sauthier: «Être sacré champion de Challenge League et promu en Super League en battant Lausanne à domicile, c’est une forme d’apothéose.» D.V. (nxp)

Créé: 11.05.2019, 10h02

Galerie photo

Folle ambiance pour le match Servette FC- Lausanne Sport

Folle ambiance pour le match Servette FC- Lausanne Sport Hier soir, les Grenat ont gagné 3-1 contre Lausanne Sport. Retour sur l'ambiance du match.

Servette - Lausanne 3-1 (1-1)

Stade de Genève, 20 055 spectateurs.

Arbitre: M. San.

Buts: 4e Stevanovic 1-0, 15e Frick (autogoal) 1-1, 74e Alphonse 2-1, 76e Imeri 3-1.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Iapichino; Maccoppi; Stevanovic, Wüthrich (69e Imeri), Cognat (90e Sarr); Kone (83e Chagas), Alphonse (76e Follonier).

Lausanne: Castella; Nganga, Loosli, Brandao, Flo; Kukuruzovic; Puertas, Dominguez (65e Cabral), Pasche (70e Ndoye); Margiotta, Oliveira (45e Koura).

Notes: Servette sans Lang, Severin, Schalk (blessés), Lausanne sans Pos, Geissmann (blessés) ni Buess (pas convoqué). 10e: but de Kone annulé pour hors-jeu. 43e: sortie sur blessure d’Oliveira suite à un violent choc à la tête avec Rouiller.

Avertissements: 28e Nganga, 36e Loosli, 56e Koura, 64e Wüthrich, 73e Cabral.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des soins pour Vincent Lambert
Plus...