Passer au contenu principal

FootballGeiger: «Xhaka méritait de prendre un rouge direct»

Le joueur bâlois s'en est pris à Tasar, puis Wüthrich, puis Cognat. Mais l'arbitre ne l'a pas expulsé.

Après s'être essuyé les crampons sur Varol Tasar, Taulant Xhaka s'en est pris à Sébastien Wüthrich.
Après s'être essuyé les crampons sur Varol Tasar, Taulant Xhaka s'en est pris à Sébastien Wüthrich.
Keystone
Après Varol Tasar et Sébastien Wüthrich, Taulant Xhaka s'en est pris à Timothé Cognat.
Après Varol Tasar et Sébastien Wüthrich, Taulant Xhaka s'en est pris à Timothé Cognat.
Keystone
L'arbitre M. Dudic est venu mettre de l'ordre au milieu de (de g. à dr.) Stocker, Xhaka, Balanta, Wüthrich et Cognat. Mais il n'a pas sorti son carton rouge.
L'arbitre M. Dudic est venu mettre de l'ordre au milieu de (de g. à dr.) Stocker, Xhaka, Balanta, Wüthrich et Cognat. Mais il n'a pas sorti son carton rouge.
Eric Lafargue
1 / 5

On entame la 25e minute de jeu au Parc Saint-Jacques samedi soir lorsque les esprits s’échauffent. Dominés par le néo-promu, les Bâlois craquent nerveusement face à l’insolence servettienne.

Le premier à venir chercher des noises est évidemment Taulant Xhaka, coutumier du fait. Le frère de Granit écrase d’abord la cheville d’un Varol Tasar, alors au sol, avant de s’en prendre à Sébastien Wüthrich, puis Timothé Cognat. Ce dernier se voit même infliger un coup de poing au menton.

Interrogés sur la question, les deux coaches ont livré des versions différentes. «Je n’ai rien vu, avançait timidement Marcel Koller. J’ai vu qu’il y avait eu une bousculade, rien de grave à mon avis.»

Fidèle à son franc parler, Alain Geiger n’y est, lui, pas allé par quatre chemins. «Ce que j’ai vu et ce que j’ai entendu, c’était un coup au visage, aucune discussion, fulminait l’homme fort servettien. Xhaka méritait de prendre un rouge direct. L’arbitre n’a pas vu, ou n’a pas voulu voir, il faut accepter sa décision. Cela aurait peut-être changé le cours du match (ndlr: il y avait 1-1 à ce moment-là), ou peut-être pas. Ça ne sert à rien de refaire l’histoire.»

M. Dudic a pourtant longuement discuté avec son assistant vidéo depuis le rond central. Que se sont-ils dit? Il semble étonnant que leur conciliabule n’ait pas au moins débouché sur le visionnement des images par l’arbitre principal au bord de la pelouse. A croire que, tant que ces communications resteront opaques, les doutes raisonnables ou autres théories du complot fleuriront encore.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.