Geiger: «Servette ne doit pas se voir trop grand»

FootballL’entraîneur des Grenat évoque la reprise contre Vaduz, ce samedi et la deuxième phase du championnat qui attend son équipe.

Alain Geiger: «Je ne sais pas ce que cela veut vraiment dire, favori.»

Alain Geiger: «Je ne sais pas ce que cela veut vraiment dire, favori.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est la rentrée des classes. Pour Alain Geiger et Servette, il s’agira de confirmer les bonnes notes qui ont placé les Grenat en tête du classement. Avec un regard porté vers ce retour en Super League tant espéré. L’entraîneur, expérimenté, a déjà transmis son message au groupe qui s’apprête à affronter Vaduz au Stade de Genève, ce samedi à 19 heures. Pelouse chauffée, la neige ne lui fait pas peur.

Alain Geiger, quel pourrait être le danger pour Servette, leader du classement avant cette deuxième phase du championnat?

Qu’on oublie nos valeurs. C’est la solidarité, l’esprit de groupe. Bien sûr que nous avons pratiqué un beau jeu jusque-là. Mais il faut accepter aussi les contraintes, le boulot. Servette ne doit pas se voir trop grand. Il faut travailler pour avoir le droit de rêver.

Mais avec six points d’avance sur Winterthour et sept sur Lausanne, Servette est le favori à la promotion directe en Super League, non?

Favori? Je ne sais pas ce que cela veut vraiment dire, favori. Si Servette l’était vraiment, il n’aurait pas le passé chaotique qui est le sien depuis quinze ans, avec des faillites et des relégations. Non, je ne veux pas de pensées trop légères autour du mot favori. L’important, c’est de retrouver la dynamique qui était la nôtre avant la pause hivernale.

Craignez-vous que cette trêve ait pu «casser» quelque chose, justement cette dynamique?

Je ne sais pas. Bien sûr que la pause nous a ralentis. Il va falloir retrouver le rythme de croisière qui existait en fin d’année dernière. Enchaîner des victoires. Mon équipe va bien, la préparation a été très bonne. Ici en Suisse et au Portugal, où les conditions étaient idéales. Nous avons fait de bons matches amicaux. Mais rien ne remplace la compétition. L’entraînement ou les matches de préparation, c’est bien, mais ce n’est pas la même chose. Nous avons besoin de jouer maintenant. (nxp)

Créé: 01.02.2019, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Trump décrète l'urgence nationale pour construire son mur
Plus...