Geiger fait revivre l’esprit des Charmilles

FootballServette a repris sa marche en avant en balayant Vaduz. Son coach entend promouvoir les valeurs historiques du club.

Alex Schalk se joue du gardien Benjamin Büchel pour inscrire le 3-1 à la 83e minute.

Alex Schalk se joue du gardien Benjamin Büchel pour inscrire le 3-1 à la 83e minute. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Du jeu, des buts (meilleure attaque) et des points (18 lors des six derniers matches): Servette, qui semble avoir trouvé la recette du succès jusqu’à l’équilibre parfait, n’est pas prêt à déroger à ses généreux principes. Il gagne mais n’en oublie pas de séduire pour autant. Surtout, cela correspond autant à la volonté du groupe d’exprimer son engagement offensif qu’à la philosophie d’Alain Geiger, conscient de la nécessité de renouer avec les flamboyances du passé, quand Servette incarnait le beau jeu en sanctifiant l’élégance de ses artistes à travers toute la Suisse. Ce qui revient aussi à faire renaître la nostalgie des Charmilles, lorsque le public se pressait pour savourer ce qu’on lui offrait de mieux.

Le nouveau coach n’a certes jamais évolué à la Praille, où les travées sont beaucoup plus clairsemées, mais il a conservé des cinq saisons (entre 1981 et 1986) passées avec le maillot grenat sur les épaules quelques convictions qu’il s’efforce de mettre en pratique. À commencer par la victoire du jeu, ce besoin, devenu primordial chez lui, de constamment soigner le ballon.

La souriante métamorphose du Servette est d’abord celle de son entraîneur, assez vite persuadé du chemin à tracer. Et suffisamment malin, après avoir appris de ses échecs autant qu’il a mûri, pour offrir une approche moins cadenassée et surtout plus libre. «Quand on s’appelle Servette, relève Geiger, on ne peut pas se permettre de ne pas jouer. Il faut être dans la tradition du club.»

Depuis son retour à Genève, l’ancien défenseur a senti la renaissance d’une institution, la force et l’émergence d’un passé dont il importe de se montrer digne. «J’ai trouvé dans ce club une harmonie. On sent une énergie, une histoire qui vous porte et dont les joueurs eux-mêmes sont imbibés.»

Un seul credo: attaquer

Contre Vaduz, le leader de Challenge League ne s’est pas contenté de signer un sixième succès de rang lui permettant de maintenir ses distances avec Lausanne. Ses joueurs ont aussi répondu présent mentalement dans un contexte plus difficile que le score ne le laisse supposer. Car quand Tadic a jailli pour exploiter un oubli défensif (66e), d’autres auraient peut-être craqué ou se seraient posé des questions. Mais pas ce Servette-là, suffisamment confiant en ses moyens pour aller chercher le salaire de son investissement. Et lorsque le 2-1 est tombé, fruit d’une combinaison entre ses défenseurs Rouiller et Severin, Servette n’eut alors d’autre idée que d’aller chercher le 3-1, puis le 4-1, signe de sa nouvelle obsession.

La preuve sans doute aussi que cette équipe ne sait pas gérer un résultat, ou craint de devoir le faire. Fort de l’assurance qui la caractérise, elle préfère y aller au panache, mue par l’envie d’en jeter. Et cela fonctionne, en dépit des inévitables imperfections et, dans le cas présent, d’un plus grand déchet technique qu’à l’accoutumée.

Si aucun but ne fera cette fois le tour du monde sur les réseaux sociaux, contrairement à celui que Wüthrich avait réussi contre Schaffhouse à la conclusion d’une action lumineuse, Servette a pour la première fois de la saison frappé quatre fois, ce week-end. Cela a notamment permis à Alex Schalk de signer un doublé bienvenu.

Un nouveau record de tirs

À 26 ans, l’ancien attaquant de Ross County (2e division écossaise) a autant fait valoir son sens du but que son élévation alors qu’il ne mesure que 1,71 m. «Ses buts sont importants pour moi mais la victoire l’est encore plus pour nous tous. Ce match revêtait la forme d’un véritable test et on l’a réussi.»

Curieusement pourtant, aucun Servettien ne figure parmi les meilleurs buteurs de la Ligue, peut-être simplement parce que le danger peut venir de partout. Samedi soir, le leader a débloqué la situation consécutivement à deux balles arrêtées. Ses joueurs ont surtout adressé 25 tirs – dont 12 cadrés – et frappé 12 corners pour établir un nouveau déluge de feu cette saison.

Avec les réceptions de Chiasso et de Rapperswil, entrecoupées par un voyage à la Pontaise, il reste trois matches à Servette pour asseoir sa domination. «On veut tous les gagner», promet Schalk. Gagner pour séduire. Gagner pour retrouver le parfum enivrant des Charmilles d’antan. Entre remontées du passé et fulgurances du présent, Servette contient déjà, à ce rythme-là, les promesses d’un avenir enchanteur. (nxp)

Créé: 25.11.2018, 22h25

Servette - Vaduz 4-1 (0-0)

Stade de Genève. 2742 spectateurs.

Arbitre: M. Horisberger.

Buts: 57e Schalk 1-0, 66e Tadic 1-1, 73e Severin 2-1, 83e Schalk 3-1, 90e Chagas 4-1.

Servette: Frick; Imeri, Routis, Rouiller, Severin; Cespedes (69e Maccoppi); Stevanovic, Wüthrich, Cognat (76e Follonier); Schalk (88e Kwadwo), Alphonse (73e Chagas).

Vaduz: Büchel; Von Niederhäusern (85e Vitija), Muntwiler, Wieser, Göppel; Gagic; Dossou, N. Frick (74e Blasucci), Lüchinger (81e Brunner), Coulibaly; Babic (44e Tadic).

Avertissements: 34e Dossou (jeu dur), 53e Cespedes (jeu dur).

Notes: Servette sans Busset, Lang, Sarr, Souare (blessés), Kone (pas convoqué/permis de travail), ni Sauthier, qui doit renoncer après l’échauffement. 30e: Lüchinger sauve sur la ligne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...