A gagner chichement, Servette respire sans vraiment se rassurer

Football Les Grenat battent sans convaincre le néo-promu Rapperswil-Jona (0-1). C’est Sauthier qui les sort d’un mauvais pas.

Sauthier (au centre) a libéré Servette en trouvant la faille dans la défense de Rapperswil.

Sauthier (au centre) a libéré Servette en trouvant la faille dans la défense de Rapperswil. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si Servette s’en tient à ces petits bonheurs fragiles qui forgent des illusions douteuses, il aura quitté Rapperswil gonflé d’insouciances coupables. Bien sûr, l’impérieuse nécessité de victoire ne laissait guère de choix et pour avoir empoché les trois points du succès si convoité, les Grenat pourraient couver le vague sentiment du devoir accompli. Comptablement, c’est vrai. Mais pour le reste, il faudra bien qu’ils ouvrent les yeux sur leur début de saison poussif, si loin des standards, dans le contenu, d’un candidat à la promotion.

Le minimum syndical

Il est peut-être dans l’ordre des choses que ce Servette qui voit loin n’exploite pas encore le maximum de son potentiel. Sauf que Meho Kodro est là depuis huit mois, qu’il prépare depuis le premier jour cette saison-ci, celle qui doit permettre aux Genevois de retrouver la Super League. Alors revenir de Rapperswil avec trois points en poche, c’est peut-être bien – en réalité c’est le minimum syndical –, mais rafler la mise dans la douleur, face à un néo-promu qui a volé en éclats face à Schaffhouse (6-0), cela relativise infiniment la portée de l’exploit. D’autant plus quand c’est le brave Anthony Sauthier qui sauve les meubles après un corner. Tout le monde a évidemment le droit de marquer et le capitaine peut donner l’exemple. Mais enfin, qu’un latéral profite d’une balle arrêtée pour le seul but de la partie, cela raconte aussi les soucis de Servette dans la production du jeu.

En l’absence de centre-avant depuis le départ de Nsame, départ qui ne faisait que peu de doute depuis plusieurs semaines, et avec un Alphonse légèrement blessé, ce sont tous les problèmes offensifs qui ont resurgi notamment lors de la première période. Berisha n’y est pour rien, pas plus que Lungoyi ensuite: Servette se cherche un point d’ancrage devant et comme Pak refuse apparemment de venir jouer en Challenge League, le vide se fait paradoxalement pesant. Dans l’absolu, l’intention de Meho Kodro transpire le bon sens: n’être dépendant que d’un seul buteur, «c’est dangereux» a-t-il déjà affirmé. Il préfère répartir les réussites d’un seul sur l’ensemble des joueurs offensifs. Il faut parfois se méfier des bonnes idées, quand elles sont trop belles pour être vraies.

Les équipes qui jouent la promotion ont très souvent un ou deux métronomes devant, qui enquillent les buts sans sourciller. Et pour tentante qu’elle soit, la perspective d’un collectif qui remplace ces individualités est encore loin d’être une réalité pour le Servette de Kodro. Dans son immuable 4-2-3-1, les problèmes dans les transitions se sont accumulés en première période, toute de lenteurs et de balbutiements. Après, la volonté de jouer plus vertical et surtout plus vite dans cette verticalité, a porté plus de poids. Mais pour combien d’efficacité? Peu, si peu. Dans ce schéma, Lang est oublié sur son côté gauche, Miroslav Stevanovic n’est pas celui qui déborde en puissance et les impulsions du duo Fabry-Cespedes sont trop rares à trouver un Wüthrich qui alterne encore le bon et le moins bon.

«Ce succès fait du bien»

Porter le danger dans les trente derniers mètres devient alors vite compliqué, jamais fluide en tout cas, on parle là du passage de la zone 2 médiane à la zone 3 offensive, l’espace de vérité. Cela ne veut pas dire que demain, ou plus sûrement dans quelque temps, Servette n’y parviendra pas. Mais que pour l’heure c’est compliqué, même face à un néo-promu qui ne peut compter que sur quelques individualités. Comme Chagas, par exemple, lui qui ajustait le poteau extérieur de Frick à la 82e, le rappel cinglant de la fragilité de cette victoire servettienne.

«Ce succès fait du bien, nous l’attendions, soufflait le buteur Sauthier. C’est vrai que nous avons de la peine à produire du jeu. Il faudrait maintenant que le contenu accompagne l’aspect comptable, contre Wil mercredi prochain à domicile.» Oui, ce serait bien pour enfin lancer une dynamique collective, sur le terrain, qui fait encore défaut.

(TDG)

Créé: 04.08.2017, 23h02

Rapperswil - Servette 0-1 (0-0)

Grünfeld, 3111 spectateurs.

Arbitre: M. Supercinszky.

But: 64e Sauthier 0-1.

Rapperswil-Jona: Yanz; Gütensberger, Sülüngöz, Simani, Elmer; Rohrbach; Ramadani, Kubli (71e Salanovic), Jaggy (77e Helbling), Shabani (65e Wicht); Chagas.

Servette: Frick; Sauthier, Sarr, Mfuyi, Le Pogam; Cespedes (93e Imeri), Fabry; M. Stevanovic, Wüthrich, Lang; Berisha (70e Lungoyi).

Avertissements: 31e Le Pogam (jeu dangereux), 55e Fabry (antijeu), 90e Chagas (jeu dangereux),
91e Cespedes (jeu dur).





























































Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.