Frick, Gonzalez: une cage pour deux…

FootballServette doit gagner ce lundi soir à Schaffhouse. En marge, il y a aussi la concurrence à gérer, notamment pour le poste de gardien.

Jeremy Frick a commencé la deuxième phase du championnat sur le banc. Kodro a choisi de titulariser David Gonzalez.

Jeremy Frick a commencé la deuxième phase du championnat sur le banc. Kodro a choisi de titulariser David Gonzalez. Image: E. LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À la veille d’un Schaffhouse-Servette forcément capital, d’autant plus après la victoire de Xamax sur Aarau (3-1), les Grenat n’ont plus de questions à se poser. Ils doivent jouer et gagner pour ne pas être définitivement décrochés par des Neuchâtelois qui gardent le cap. C’est simple et compliqué à la fois. Et c’est dans ces moments que la gestion d’un groupe doit s’opérer sans heurts. Parce qu’il y a des choix de l’entraîneur, des titulaires, des remplaçants qui veulent une place et parce qu’un contingent qui souffrirait de désunion dans ces moments-là n’en serait que fragilisé.

Il est un poste encore différent des autres: celui de gardien de but. Souvent, il y a un No 1 indiscutable et au Servette FC, c’était jusqu’à présent Jeremy Frick. Sauf que lors du premier match de la seconde phase du championnat, contre Chiasso, Meho Kodro a surpris tout le monde en titularisant David Gonzalez, l’habituel No 2. L’entraîneur servettien a annoncé son onze de base aux siens dans les heures qui précédaient la partie, comme toujours. Et c’est donc à cet instant précis que Jeremy Frick a compris qu’il passait de titulaire à remplaçant.

Frick surpris et déçu

«J’ai été complètement surpris, dit-il sans détour. Extrêmement surpris. Et puis déçu, oui. Très très déçu.» L’explication avec Kodro n’a eu lieu que le lendemain. Le technicien avait déjà argumenté après le match: un choix tactique, la relance au pied, rien à reprocher à Frick.

«Ouais, on a discuté…, souffle le portier. Il a ses raisons. Je lui ai dit que je ne les acceptais pas. Mais que je respectais son choix. Il m’a effectivement dit qu’il n’avait rien à me reprocher. Alors c’est sûr, on peut toujours faire mieux, je ne suis pas parfait, sinon je ne serais pas en Challenge League. Mais voilà, c’est le foot comme on dit. Je vais tout faire pour reprendre ma place, bosser encore plus dur. Je reste fier de ce que j’ai apporté à l’équipe jusqu’ici et je veux montrer à l’entraîneur qu’il a commis une erreur. Je ne digère pas ce qui s’est passé, non. Mais soit je me morfonds, soit je mets les bouchées doubles. J’ai opté pour la deuxième proposition.»

C’est là l’histoire d’une concurrence interne et d’un choix. Derrière cette décision, il ne faut pas oublier qu’il y a un autre homme, David Gonzalez, irréprochable sur le banc depuis le début du championnat. Et que si le malheur de l’un fait donc le bonheur de l’autre, Kodro doit gérer les émotions des deux.

Gonzalez concentré

«Moi, j’ai toujours travaillé à l’entraînement pour jouer, explique Gonzalez. Une décision a été prise, je m’y tiens et je crois surtout que, dans la situation actuelle, personne ne doit se focaliser sur ses intérêts personnels. On veut tous jouer, mais au-delà, c’est Servette qui doit gagner. Ce genre de situation, cela fait partie du boulot, le foot, c’est la concurrence.»

Meho Kodro se garde bien de dévoiler ses plans pour lundi soir. Il a tenté plusieurs schémas, osé différentes variations sur le même thème (4-2-3-1). Mais il annoncera son onze de base peu avant le match à Schaffhouse. C’est à ce moment que Gonzalez ou Frick sauront qui jouera. À considérer le choix fort effectué contre Chiasso, on pourrait miser sur Gonzalez. Mais dans tous les cas et quels que soient les onze titulaires désignés, il faudra passer par-delà les frustrations personnelles.

Dans sa course folle derrière un Xamax si soudé, Servette ne peut faire l’économie de la cohésion. Ni de son ciment: les victoires.

Ce serait bien que les Grenat s’y attellent dès ce lundi soir, histoire d’entretenir la flamme. (nxp)

Créé: 11.02.2018, 16h56

En direct du vestiaire

Le match Schaffhouse - Servette, Lipo Park, coup d’envoi à 20 h.

Les absents A Servette, Chagas et Willie sont suspendus. Le Pogam, Mfuyi et Busset sont blessés. Alphonse est convalescent et ne devrait pas commencer. À Schaffhouse, Mikari est incertain.

Le contexte Servette stagne dans une spirale médiocre pour qui veut rattraper Xamax: 7 points inscrits seulement sur les six derniers matches, une seule victoire, justement contre Schaffhouse avec le but de la victoire peu avant la fin. Les Grenat sortent d’un vilain 1-1 contre Chiasso à domicile. Les Schaffhousois, eux, viennent de perdre à Aarau (2-1) et ont aussi vu Noah Loosli quitter le navire pour Lausanne.

Le message de Kodro «Pensons à Schaffhouse d’abord, pas à Xamax, qui nous attend après. Et oui, difficile de penser à autre chose qu’à une victoire…» D.V.

Sponsorisé

«Paris Saint-Germain - Olympique de Marseille, c'est toujours chaud!»
Laurent Paganelli (55 ans) est depuis deux décennies la figure emblématique de Canal+ pour qui il officie en tant que consultant dans tous les stades de France.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Federer redevient Numéro 1 mondial
Plus...