Passer au contenu principal

Un fragile Servette fait illusion avant de s’égarer

Les Grenat menaient 2-0 à Xamax avant d’être rattrapés par de vieux démons. Et par la simulation de Nuzzolo, pour un nul étrange.

Nuzzolo vient de plonger en simulant un penalty. Cela suffit pour abuser un arbitre dépassé. Xamax méritait d’égaliser, mais pas comme cela...
Nuzzolo vient de plonger en simulant un penalty. Cela suffit pour abuser un arbitre dépassé. Xamax méritait d’égaliser, mais pas comme cela...
Keystone

Il y a un peu de Janus dans ce Servette-là, capable du meilleur comme du pire, deux visages pour un même rictus où le sourire le dispute aux larmes. N’est pas le dieu des commencements et des fins qui veut, d’ailleurs les Grenat s’en passeraient bien.

Ils ont d’abord regardé vers l’avenir, bien placés, agressifs, pour prendre la mesure d’un Xamax qui suffoquait: deux buts marqués, une mi-temps terminée en contrôle, de quoi se projeter vers des jours meilleurs. Et puis ces mêmes Servettiens ont été rattrapés par le passé: fragilité des assurances, gestion précaire des espaces, repli sur soi, perte de maîtrise. Xamax aurait mérité autre chose que cette mascarade de penalty pour égaliser, sur une simulation (une de plus…) de Nuzzolo. Mais c’est une autre histoire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.