Fischer: «Je ne comprends pas l’attitude de certains Servettiens»

FootballLe président du Servette FC est allé dire sa déception et sa colère aux joueurs qui s’égarent. Réaction jeudi soir?

Depuis quelques matches, les Servettiens ont perdu leurs repères.

Depuis quelques matches, les Servettiens ont perdu leurs repères. Image: ERIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le malaise devient crise. Si Servette est encore une institution, il est surtout un monument en péril. Le quatrième et dernier tour de la saison a commencé comme le troisième s’était terminé: après la mascarade à Rapperswil, des efforts vains à Chiasso, un trop-plein de vide dans les deux cas. Le club n’a sans doute pas de soucis financiers et c’est suffisamment important pour être souligné, mais au moment du bilan, le constat est saisissant.

Sportivement, Servette (21 points de retard sur Xamax!) est à des années-lumière de ses ambitions de promotion. Pire: il renvoie l’image d’une équipe qui prépare l’avenir en s’écroulant misérablement. Pas du goût de Didier Fischer. Le président grenat est extrêmement déçu de ce qu’il voit depuis quelques semaines.

«Oui, cela fait mal, explique Didier Fischer. Je ne comprends pas l’attitude de certains joueurs. Personnellement, j’assume mes obligations contractuelles à leur égard. J’attends d’eux qu’ils en fassent autant en tant que joueurs professionnels. Or ce qui se passe n’est pas respectueux vis-à-vis des jeunes de l’académie, du staff, qui a accepté une mission compliquée, du public, qui suit l’équipe, en Suisse et à Genève, et, surtout, ce n’est pas respectueux du maillot grenat.»

Le coup de colère est compréhensible. Tout cela, le président Fischer est d’ailleurs allé le dire à l’équipe, afin que le message passe clairement avant la venue de Schaffhouse à la Praille, ce jeudi (20 heures).

Pas d’excuses

«Je suis présent, disponible, lance-t-il. Je suis allé voir les joueurs pour leur rappeler leurs devoirs. Je soutiens le staff et les jeunes, et j’attends une réaction d’orgueil ainsi qu’une attitude respectueuse du maillot. On peut bien parler du flou qui existe actuellement, dans l’attente du nouvel entraîneur ou autre. Je pense surtout que quand on cherche une excuse à un comportement irrespectueux, on la trouve. Ce que je veux, c’est que chacun respecte son engagement et se donne à 100%, et non pas à 50%. C’est une question de conscience professionnelle.»

Sa propre autocritique

Le président servettien ne manque pas pour autant son propre examen de conscience. «Je balaie aussi devant ma porte, assure Didier Fischer. Oui, nous n’avons sans doute pas fait tout juste. Il y a un an de cela, nous étions les champions du monde, nous avions le bon entraîneur, un buteur et tout allait bien. Nous en sommes loin aujourd’hui. Tout est complexe, c’est sûr. Mais enfin, si l’objectif promotion n’est pas atteint, il me semble qu’un joueur professionnel doit s’en fixer un autre, comme terminer à la deuxième place au moins, non?»

Il est vrai qu’en cas de victoire, ce Schaffhouse qui a perdu cette saison son meilleur défenseur, son meilleur milieu, son meilleur attaquant et son entraîneur miracle passerait devant Servette.

Autant dire que le président attend une sérieuse réaction de son groupe. «Actuellement, je me félicite de voir des jeunes comme Busset, Imeri, Antunes ou Souare faire leur apparition, précise Fischer. Mais j’aimerais que les joueurs expérimentés prennent leurs responsabilités et les accompagnent, qu’ils soient à la hauteur pour les encadrer.»

On verra jeudi si le message est passé. Pour le reste: à quand le nouvel entraîneur et autre directeur sportif, voire d’autres restructurations? «Les choses seront clarifiées pendant le mois de mai, promet le président. Nous n’arrêtons pas d’y travailler, nous rencontrons des gens dans le cadre de ce que nous recherchons.» En attendant, les Grenat ont intérêt à relever la tête.

(TDG)

Créé: 17.04.2018, 22h51

Le Pogam en direction de Xamax

Un Servettien promu en Super League? C’est possible: selon nos informations, William Le Pogam serait sur le point de s’engager avec Neuchâtel Xamax. Le latéral gauche devrait changer de maillot, faute d’avoir pu trouver un terrain d’entente avec Servette. Disposé à rester avec un nouveau contrat revu un peu à la hausse, le joueur était en négociation avec les dirigeants genevois. Il faut croire que le club n’a pas voulu consentir à cet effort, malgré les ambitions de promotion pour la saison prochaine. C’est bien dommage. Les Grenat perdent là le meilleur latéral de la ligue, qui devrait donc faire le bonheur de Xamax dans le futur. Idéalement, c’est Le Pogam qui aurait dû encadrer l’éclosion du jeune Busset à ce poste. De Ceglie a sans doute été engagé cet hiver pour pallier un possible départ du Français. Mais depuis, l’Italien, qui n’avait presque plus joué depuis deux ans, a déjà été blessé à trois reprises, la dernière à Chiasso. Il manquera d’ailleurs à l’appel jeudi soir. D.V.

Challenge League

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...