Malgré l’esprit de Noël, Servette n’est pas à la fête

FootballDes difficultés d’ordre financier cerneraient le club, qui se débat pour trouver des solutions. Pas rassurant.

Lugano, qui vise aussi la promotion, a des vues sur Jocelyn Roux, l’un des rares attaquants du Servette FC.?

Lugano, qui vise aussi la promotion, a des vues sur Jocelyn Roux, l’un des rares attaquants du Servette FC.? Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De ce Servette qui gesticule en silence, pantomime acharnée d’une lutte quotidienne, on ne sait qu’une chose, martelée en musique de fond par son président Hugh Quennec: les finances sont fragiles. Cela semble plus que jamais être le cas pour le club grenat à la veille de ce Noël 2014.

Il n’est pas question de peindre le diable sur la muraille ni de verser dans l’alarmisme, mais juste de relever les inquiétudes qui enflent en coulisses, caisses de résonance d’une sorte de malaise qui grossit.

Le club est-il réellement cerné par de vrais problèmes financiers, de nature à couper les élans de cette reconstruction initiée il y a plus de deux ans déjà? C’est en tout cas ce qui transpire, selon les informations qui remontent, souvent concordantes. Elles soulignent toutes les difficultés éprouvées par le Servette FC, depuis cet automne déjà voire avant, à s’acquitter de certaines factures en souffrance.

Deux mois sans recettes

Ces informations ont suivi une vague de licenciements (directeur sportif, directrice du stade, société Genève-Sport, jardinier), rien de rassurant puisque c’est là un moyen de s’éviter des coûts, dans un premier temps au moins.

Elles se sont installées plus encore depuis quelques semaines, avec certaines sociétés, toutes en relation professionnelle avec le club, qui déplorent des retards devenus crispants, davantage encore avec ces deux mois de pause hivernale dénués de recettes pour le SFC. Ces sociétés ou personnes préfèrent encore ne pas s’afficher, espérant sans doute voir la situation s’améliorer. Mais s’il devait exister un seul cri pour résumer leurs inquiétudes communes, alors ce serait celui-ci: «Servette a des sérieux problèmes d’argent!»

Par exemple, selon nos informations, le Barcelone-Naples qui remonte déjà au 6 août aurait bien failli capoter au dernier moment, Servette ayant attendu la dernière minute et une menace de refus de jouer des Napolitains pour verser le cachet prévu pour les Italiens.

Par ailleurs, Servette aurait aussi refusé d’organiser un match amical international cet automne, durant la pause internationale (dont l’un avec l’Argentine?). Manque de moyens financiers pour avancer un cachet avant retour sur investissement? Ou déficit de personnel pour «monter» l’événement depuis la liquidation de Genève-Sport? Heureusement pour eux, les joueurs grenat ne semblent pas touchés par ces difficultés de trésorerie apparentes. En fait, tout se passe comme si le club assurait l’essentiel – les salaires des joueurs et du staff, les charges sociales afférentes et le secteur administratif –, afin de satisfaire au contrôle trimestriel de la ligue, mais qu’il se retrouverait considérablement limité, pour le reste.

Un stage dans l’urgence

D’autres indices ne sont guère rassurants. On pense notamment à la mise sur pied d’un stage de préparation en vue de la deuxième phase du championnat. Pour une équipe qui est troisième du classement, à quatre points du leader, c’est une nécessité qui assoit les ambitions de promotion toujours affichées jusque-là. Il aura finalement bien lieu, en Turquie (Antalya). Ouf! Mais il s’est organisé dans l’urgence et, vraisemblablement grâce à l’aide d’un sponsor à en croire ce que Julian Jenkins relevait il y a quelques semaines seulement. La preuve que rien n’est simple et que Servette cherche des solutions.

Roux courtisé par Lugano

Concernant l’équipe proprement dite? Les rumeurs d’un départ de Jocelyn Roux pour Lugano sont fondées, les Tessinois sont intéressés. Tout comme Zurich l’est par Dominguez. A priori, cela ne rentre pas dans les plans de Kevin Cooper de laisser partir l’un de ses seuls attaquants. Mais allez savoir, si le club a un besoin urgent d’argent… Quid du renfort offensif espéré, aussi? Cela sera-t-il seulement possible? Servette va donc passer les Fêtes en suscitant interrogations et inquiétudes autour de lui. Mais sans s’exprimer sur ces sujets: nos appels sont restés sans réponse. De la possibilité pour les dirigeants de régler les problèmes qui apparaissent, de leur aptitude à trouver des solutions financières plus stables, de leur propension à rassurer en gardant un groupe compétitif et en le renforçant dépendra la suite de la saison. C’est tout le mal que l’on peut souhaiter aux Grenat en cette veille de Noël.

Créé: 23.12.2014, 09h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.