Passer au contenu principal

FootballPas d’entraînement pour Servette avant juin

Les Grenat avaient prévu de retrouver le terrain dès lundi. Ce ne sera pas le cas. Le président Pascal Besnard s’explique.

Pascal Besnard explique pourquoi Servette ne reprendra les entraînements qu'en juin, alors que c'était prévu pour lundi.
Pascal Besnard explique pourquoi Servette ne reprendra les entraînements qu'en juin, alors que c'était prévu pour lundi.
Eric Lafargue

Le Servette FC ne le cache pas: il veut terminer la saison. Fort de cette prise de position, l’équipe professionnelle était attendue sur le terrain ce lundi, pour la reprise des entraînements. Mais le flou qui règne autour du foot suisse et de son avenir immédiat aura eu raison de ces bonnes volontés. Les Grenat attendront le mois de juin pour s’entraîner. Soit après l’assemblée générale extraordinaire de la SFL du 29 mai qui doit décider de tout.

Trois raisons

Trois raisons pour cela, disséquées par Pascal Besnard, le président du club depuis le 1er janvier. «D’abord, la raison sportive, explique-t-il. Recommencer maintenant, alors que le championnat ne reprendrait que vers le 20 juin, c’est se donner une très longue préparation. Elle pourrait être justifiée si les joueurs avaient été à l’arrêt total, mais ce n’est pas le cas. Nous sommes en contact avec le staff technique et le staff médical, les joueurs ont beaucoup bossé sur le plan individuel. Nous avons les données, ils sont en forme. Rien ne remplace l’entraînement et les matches, mais le niveau physique est resté élevé.» Comme la plupart des clubs, Servette se contentera donc de trois semaines de préparation.

La deuxième raison est logistique. «La SFL, donc nous les clubs, doit voter la reprise ou pas de la saison le 29 mai, poursuit Besnard. Imaginons que le championnat ne reprenne pas, nous aurions mobilisé le groupe pour rien, cela ne ferait pas sens.» Enfin, la troisième raison, et sans doute pas la moindre, est d’ordre financier. «Nous savons maintenant, avec l’avis de la SECO, que le chômage partiel n’est plus pris en compte dès lors que l’entraînement reprend, rappelle Pascal Besnard. Nous n’allons pas jeter de l’argent par les fenêtres alors que l’on ne sait pas encore de quoi sera fait l’avenir.»

«Nullement abattu»

La volonté de Servette de terminer la saison 2019-2020 demeure inchangée. Le club s’est seulement adapté aux circonstances. Comme Pascal Besnard qui ne s’attendait évidemment pas à tout ça.

«Mais je ne suis nullement abattu, s’exclame-t-il. Au contraire, je prends cela comme une opportunité de faire un arrêt sur image. Pour voir ce qui fonctionne bien, ce qui doit être amélioré aussi. Cela me permet d’avoir une vue globale du club et de mettre en place les choses comme je l’entends et comme j’ai déjà commencé à le faire. En concertation. Notamment avec la commission sportive formée par Geiger, Lombardo et Bonneau. Ainsi que tout le reste. Comme pour tous les clubs et pour toute entreprise en fait, la situation est complexe. Mais je suis confiant dans l’avenir sportif.»

Daniel Visentini

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.