A l’énergie, Servette prend son destin en mains

FootballLes Grenat passent l’épaule à Köniz, à onze contre dix pour garder la tête. Mais dans la douleur et avec des frayeurs.

But de Gazzetta (SFC), qui subtilise le ballon à Ruiz (KON).

But de Gazzetta (SFC), qui subtilise le ballon à Ruiz (KON). Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est à Köniz, dans la banlieue de Berne, que Servette projetait d’asseoir sa domination sur la Promotion League ce samedi après-midi. Après le succès intéressant à Tuggen, ce nouveau déplacement face à un adversaire direct du haut du classement constituait un test encore plus sérieux, tant Köniz constitue sans doute l’un des plus sérieux contradicteurs des Grenat cette saison.

Tout a bien commencé pour les Servettiens. Lancé par Pont après onze petites minutes de jeu, Pacar s’essayait à un tir qui devait se transformer en centre écrasé pour… un Gazzetta qui avait bien flairé le coup. S’il se heurtait une première fois à Ruiz, le portier bernois s’inclinait sur la reprise. Début de match idéal.

Sauf que cela n’a pas duré longtemps. Intenable, trop souvent oublié par la défense servettienne, Wellington avait aussitôt après le but alerté une première fois Guedes. Le gardien grenat avait sorti le grand jeu. Mais sur sa deuxième chance, dès la 20e, pas de miracle: Wellington, à nouveau seul, fusillait Guedes pour égaliser. Un coup d’arrêt pour les Grenat, mais qui voyaient le ciel se dégager avec l’expulsion, dès la 32e de Pfründer pour deux jaunes reçus en 32 minutes. Pour la cinquième fois de la saison déjà, Servette se retrouvait donc en supériorité numérique. Un avantage à capitaliser. Eh bien tout fut compliqué, en fait. Et c’est peu après l’heure de jeu que le tournant du match devait avoir lieu, en trois minuscules minutes. Cela a d’abord commencé dans le désarroi pour un Servette pourtant à onze contre dix, quand Miani s’essayait au tir et voyait son envoi trouver la… main de Mfuyi. Penalty! Et cette idée peu reluisante de voir Köniz passer devant. C’était compter sans un Guedes époustouflant, qui mettait son veto sur la tentative d’Osmani. Superbe arrêt et cri de rage.

Un cri de rage qui sera suivi trois minutes plus tard par un cri de joie cette fois, quand Pacar, servi par Vitkieviez, décalait Gazzetta: maître tir qui faisait mouche! Au lieu de se retrouver mener au score, Servette reprenait l’avantage et pouvait envisager la fin de rencontre en contrôlant, fort de sa supériorité numérique.

Ce ne fut pas fait sans mal. On pense à cet incroyable oubli de la défense genevoise (l’absence de Sauthier…?), qui laissait Osmani tout seul. Heureusement, ce n’était pas son jour et la sortie de Guedes, irréprochable, sauvait Servette du pire. Les Grenat en sont quittes pour une victoire qui, à défaut d’être belle, est diablement importante pour le moral, avant une série de matches à domiciles. Un bémol, mais de taille: la blessure de Doumbia, sorti à la 85e. Servette croise les doigts pour que ce souci ne soit pas grave…

Créé: 03.10.2015, 18h25

Infobox

Köniz - Servette 1-2 (1-1)
Liebefeld stadion, 850 spectateurs.

Arbitre: M. Kever.
Buts: 11e Gazzetta 0-1; 20e Wellington 1-1; 68e Gazzetta 1-2.
Köniz: Ruiz; Pfründer, Portillo, Tugal, Carrasco; Miani, Schubert, Rebronja (90e Balvis), Wellington; Osmani, Gigic (46e Rizzo).

Servette: Guedes; Yagan, Rodriguez, Mfuyi, Sabaly; Pont, Doumbia (85e Hasanovic); Fargues (64e Kutesa), Gazzetta (80e Besnard), Vitkieviez; Pacar.

Avertissements: 21e Pfründer (jeu dur), 45e Yagan (jeu dur), 74e Schubert (jeu dur). Expulsion: 32e Pfründer (2e jaune, jeu dur).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...