Il n’y a pas encore le feu dans la maison, mais Servette doit réagir

FootballLes Grenat se contentent d’un nul sans relief face à un mauvais Wil (0-0). Il manque des idées, du mouvement, du jeu depuis la reprise.

Stevanovic et Sauthier ne se trouvent plus aussi facilement. Pas simple pour Servette.

Stevanovic et Sauthier ne se trouvent plus aussi facilement. Pas simple pour Servette. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ton sonne faux, il fait écho aux harmonies bancales qui s’échappent du terrain, là où le Servette d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier. Au sortir d’un nul sans relief face à un mauvais Wil, ils serinent tous le même refrain, joueurs comme entraîneur, où il est question de manque de rythme, de détails qui n’en sont plus, de tir qu’il faudra bien corriger, de travail à accomplir. La réalité est plus crue: Servette a raté sa reprise et file du mauvais coton.

Cela n’augure pas de ce que sera la suite de la saison. Peut-être les Grenat vont-ils rapidement retrouver leurs ailes d’avant-trêve pour briller à nouveau, mais enfin, pour l’heure, il s’agit surtout de regarder la vérité en face.

Sans affolement, mais sans angélisme, les Grenat peuvent faire le bilan de leurs trois premiers matches en 2019: succès chiche contre un Vaduz qui termine à neuf, défaite à Chiasso après avoir ouvert la marque par accident, nul 0-0 samedi soir contre un Wil très médiocre. Trois fois le même mal qui rongeait un équilibre perdu: c’est en zone 3, dans les trente derniers mètres, que tout se complique, que la légèreté d’avant est devenue lourdeur. Reste à savoir pourquoi.

Des cadres peu inspirés

Les regards se tournent vers les cadres de l’équipe. Dans ces moments sombres, ce sont eux qui doivent éclairer la route. Or, le constat est sans appel. Wüthrich n’est plus aussi décisif, Stevanovic plus aussi tranchant (à témoin son énorme raté de la 21e minute), Alphonse plus aussi inspiré, Kone est blessé, Schalk brouillon dans ses choix malgré son grand cœur, Rouiller trop discret pour réveiller les siens et Sauthier pas au niveau des dernières semaines de 2018. Bien sûr, «c’est la reprise, il faut du temps pour que tout se remette en place, comme en début de saison», se plaît à le rappeler Alain Geiger. Pourquoi pas. Sauf que l’été dernier, Servette se cherchait, avant de se trouver avec le brio que l’on sait l’automne venu. Et qu’il est bien plus dur d’avoir le sentiment de se perdre quand on avait le bonheur de s’être trouvé.

Les cadres ne sont pas les seuls à faire grise mine en février. La qualité générale fait défaut. On parle de tous ces gestes accomplis dans la facilité avant. Depuis la reprise, il y a trop de déchet dans les passes, dans les centres. Il n’y a plus assez de mouvement et ce qui faisait la force des Grenat, ce liant, vire à la désunion.

Contre un Wil massé en défense, qui avait à peine l’idée de tenter des contres, Maccoppi a ainsi passé une bonne partie de la rencontre très bas, entre ses deux défenseurs centraux, sans apporter ni surnombre ni créativité au milieu.

Réaction générale attendue

C’est maintenant à Alain Geiger de trouver des solutions. Cet automne, il décalait Cognat sur la gauche, au milieu. C’est toujours le cas aujourd’hui. Le Français est un catalyseur de jeu: à l’heure où tous les adversaires resserrent leur défense contre Servette, se méfiant de la droite surtout, la présence de Cognat comme No 8 percutant, plein axe, pourrait être une option. Quitte à retrouver parfois un 4-2-3-1 qui pourrait rester très offensif, notamment à l’extérieur dans les transitions. Le reste se joue dans la tête, dans la capacité à réagir mentalement aussi à ce coup d’arrêt dans les performances.

Il n’y a pas le feu dans la maison grenat, Servette demeure en tête du classement. Mais avec un Lausanne revenu miraculeusement à quatre longueurs, nécessité fait loi: les Genevois doivent réagir. À Kriens samedi prochain. Puis à Aarau.
Daniel Visentini (nxp)

Créé: 18.02.2019, 10h25

Servette - Wil 0-0

Stade de Genève, 2842 spectateurs.

Arbitre: M. Klossner.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Séverin; Maccoppi (74e Iapichino); Stevanovic, Wüthrich (81e Duah), Cognat; Alphonse (81e Chagas), Shalk (85e Follonier).
Entraîneur:
Alain Geiger.

Wil: Kostadinovic; Rahimi, Von Niederhäusern, Gasser; Lombardi (46e Schällibaum); Gonçalves, Schmid, Ze Eduardo, Hefti (71e Hermann); Breitenmoser (29e Audino); Cortelezzi. Entraîneur: Konrad Fünfstück.

Avertissements: 24e Von Niederhäusern (jeu dur), 30e Rouiller (jeu dur), 69e Routis (antijeu), 91e Gonçalves (antijeu), 94e Audino (antijeu).

Notes: Koro Kone blessé au SFC.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le président du Kazakhstan part, la capitale prend son prénom
Plus...