Égaré entre ombre et lumière, Servette laisse passer un premier train…

FootballUn Chiasso sans relief suffit pour faire le dépit des Grenat (1-1). Et dire que Servette aurait pu reprendre deux points à Xamax…

Une tête de Wüthrich à la 85e minute aurait pu changer le résultat mais pas le fond du problème (le jeu) qui mine Servette.

Une tête de Wüthrich à la 85e minute aurait pu changer le résultat mais pas le fond du problème (le jeu) qui mine Servette. Image: Éric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Forcément, on est toujours plus intelligent après. Évidemment, si Wüthrich avait placé sa tête hors de portée de Russo à la 85e, Servette aurait chanté fort sa joie, sans doute les perspectives seraient-elles différentes, dans la forme au moins, le fond posant toujours problème. Mais au sortir d’un insuffisant et vilain 1-1 contre un Chiasso sans relief, le vestiaire grenat est resté muet. Le nul miraculeux de Xamax à Vaduz, vendredi soir, avait malgré tout laissé une opportunité en or de grappiller deux points sur les Neuchâtelois: pour s’être montré incapable de saisir cette chance, Servette a lancé un message désastreux en guise de reprise.

Personne ne sait encore le poids que pèseront ces deux points égarés dans quelques semaines, mais certaines certitudes affleurent déjà, qui cernent des Servettiens toujours englués dans les mêmes schémas. Leur monde n’est ni tout noir ni tout blanc. Il est gris et c’est tout le problème. Il y a dans ce jeu grenat beaucoup de promesses. Non tenues. Plein d’assurances aussi. En devenir. C’est dans ce clair-obscur que se meut le groupe de Kodro. Entre ombre et lumière, la part de l’une chassant l’autre en permanence.

Le credo de Kodro

Servette est capable de commencer idéalement la rencontre, avec un corner parfait de Wüthrich pour Chagas. Cinq minutes de jeu, 1-0, match à domicile face à une équipe largement inférieure dans tous les secteurs de jeu: ce match aurait dû asseoir un succès facile. Au lieu de cela, un engourdissement et un vague sursaut de Chiasso qui aura suffi pour égaliser sans que les Grenat ne trouvent la faille ensuite, malgré l’ultradomination en seconde période.

«Les occasions sont là, il n’a manqué que les buts», soufflait Meho Kodro après être longuement resté dans son bureau. Non, ce constat ne suffit pas. Parce que pour être récurrent depuis trop longtemps, ce discours-là n’est pas une excuse magique.

Cette théorie répète à l’envi une vérité, sûrement: Servette a de la peine à la conclusion. La solution passera peut-être par Mychell Chagas: le Brésilien a le sens du jeu, dos au but, en déviation, il sait aussi marquer. Il pourrait même former une paire magique avec Wüthrich à l’avenir.

Mais le souci est ailleurs. Il transpire des schémas de jeu où la vraie prise de risque est si rare, pour tout dire. Cela touche non seulement les joueurs, dont il faut bien attendre plus pour créer les déséquilibres. Mais cela n’épargne pas Meho Kodro lui-même.

Intentions louables, mais…

Prenez ce Servette-Chiasso. L’intention est louable: Kodro veut favoriser le jeu. Dans son traditionnel 4-2-3-1, il opère un choix fort en titularisant dans la cage David Gonzalez à la place de Jeremy Frick. Objectif: le jeu au pied, la relance depuis derrière, avec un Dalibor Stevanovic qui recule entre les deux défenseurs centraux, qui eux s’écartent de l’axe tandis que les latéraux montent d’un cran. La géométrie variable est là. Mais elle demeure souvent stérile. Parce que la profondeur se trouve presque toujours sur la droite, où le duo Sauthier-Micha Stevanovic combine bien, mais rarement sur la gauche, avec un Lang orphelin d’un Sarr en dépannage à gauche et peu enclin au soutien offensif. Or c’est logiquement de ce flanc droit que tous les adversaires se méfient…

Cela se poursuit après la pause. Belles intentions là encore, avec la détermination de jouer haut dans le camp tessinois. Mais avec l’efficacité que l’on sait, aucun but ne tombant. Et pour quelle réaction de Kodro face à cela? Vitkieviez n’entrera qu’à la 75e minute et pour Lang. Aucune prise de risque en sortant un milieu défensif. Mieux: à la 85e, c’est le duo Imeri-Hasanovic qui entrait pour Cespedes et Wüthrich. On aurait aimé voir Antunes, si créatif, avoir la chance de débloquer la situation. Et plus tôt, face à ce Chiasso arc-bouté en défense.

Bref, pour qui vise une promotion, Servette est encore loin du compte. Il a maintenant deux déplacements capitaux à Schaffhouse et à Neuchâtel. Il lui faut considérer ces deux rencontres-là comme une chance: pour effacer ce faux départ par deux victoires, seul horizon des Grenat bien sûr. Les Genevois ont largement le potentiel de leurs ambitions. Et c’est bien là tout le mystère d’une équipe qui souffle le chaud et le froid, mais qui doit désormais se décider à prendre son destin en mains. Même s’il y a toujours onze points de retard sur Xamax au classement…


«Être plus nombreux devant…»

À 33 ans, il a le regard lucide des gens d’expérience. Dalibor Stevanovic est sorti de ce Servette-Chiasso avec une analyse sans concession des problèmes grenat, sans s’en s’exclure d’ailleurs.

L’international slovène a vu depuis son poste de No 6 les difficultés servettiennes dans les mouvements, certaines manières stéréotypées d’animer le schéma, notamment en zone 3, soit dans les trente derniers mètres.

«Bien sûr que nous devons tous nous montrer plus créatifs, soufflait-il. Et bien sûr aussi que je me pose des questions sur le moyen d’y parvenir. Je crois que nous ne sommes pas assez dans la zone de vérité, dans les seize mètres. Nous réussissons à passer par les côtés, à adresser des centres, mais je crois que nous ne sommes pas assez nombreux à la réception pour être dangereux.»

Il est vrai que Chagas a souvent été seul, ou alors seulement accompagné de Wüthrich. Les centres venant de la droite le plus souvent, Lang tente lui aussi de plonger dans l’axe, mais la chose est compliquée en partant de la gauche et parfois de loin. C’est là où un trou existait entre les deux demi-défensifs (Cespedes et Dalibor Stevanovic) et les autres. Combien de fois a-t-on vu l’un des deux venir prendre position dans les seize mètres tessinois à la veille d’un centre? Presque jamais.

Servette va maintenant récupérer Willie et Fabry (suspendus samedi). Espère aussi avoir à disposition Alphonse et De Ceglie (retour de blessure). Mais surtout, les Grenat doivent très vite se trouver un latéral gauche. On sait la rencontre entre Vincent Rüfli (30 ans, Dijon) et les dirigeant grenat. Le joueur attend toujours une réponse. D’autres possibilités sont à l’étude aussi semble-t-il. «Mais de toute façon, nous n’avons plus d’excuses à mettre en avant: nous devons gagner ces deux prochains matches», lance «Dado» Stevanovic. D.V. (TDG)

Créé: 05.02.2018, 16h00

Servette - Chiasso 1-1 (1-1)

Stade de Genève
1880 spectateurs

Arbitre:
M. Jancevski.

Buts:
5e Chagas 1-0; 33e Ceesay 1-1.

Servette:
Gonzalez; Sauthier, Mfuyi, Nathan, Sarr; D. Stevanovic (85e Imeri), Cespedes; M. Stevanovic, Wüthrich (85e Hasanovic), Lang (75e Vitkieviez); Chagas.

Chiasso:
Russo; Soumare, Delli Carri, Urbano, Belometti; Abedini; Kabacalman (57e Rey), Said, Fatkic (85e Xaysensourinthone); Josipovic (71e Charlier), Ceesay.

Avertissements:
20e Delli Carri (antijeu), 21e Chagas (jeu dur), 25e Urbano (jeu dur), 75e Charlier (jeu dur), 72e Lang (réclamation), 86e Imeri (jeu dur).

Notes:
Servette a joué sans Fabry et Willie, suspendus, et sans Le Pogam, De Ceglie, Alphonse et Busset, tous blessés.

Sponsorisé

«Paris Saint-Germain - Olympique de Marseille, c'est toujours chaud!»
Laurent Paganelli (55 ans) est depuis deux décennies la figure emblématique de Canal+ pour qui il officie en tant que consultant dans tous les stades de France.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assurance: les spécialistes sont-ils trop payés?
Plus...