Avec deux attaquants, tout est plus simple pour Servette

FootballMenés à la pause par Aarau, les Grenat modifient leur système et font la différence (3-1). Geiger en tire des enseignements.

Fixée par la présence d’Alphonse et de Chagas en pointe, la défense argovienne n’a pas pu stopper la montée de Séverin.

Fixée par la présence d’Alphonse et de Chagas en pointe, la défense argovienne n’a pas pu stopper la montée de Séverin. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À marée basse, échoué sur les écueils de son immobilisme, Servette est un océan de stéréotypes. Les mêmes schémas, ressacs attendus d’un débordement rive droite, là où Stevanovic et Sauthier attirent le ballon sans surprise, pour un centre sans embruns. C’est la première période contre Aarau, c’est un navire grenat qui souque trop souvent dans le vide, sans exploiter le potentiel de sa voilure.

À marée haute, le cœur en écume, Servette devient pourtant puissante tempête, capable d’engloutir toute résistance, érodant les rochers érigés en obstacles. Les déferlantes grenat n’ont plus le vague à l’âme, elles se font lames de fond. C’est la seconde période face à des Argoviens vite noyés dans ce flot de bonnes intentions.

Depuis le début de la saison, Servette est donc cette équipe qui oscille entre fausse houle et vrai tumulte. Tropisme malsain d’une météo mal maîtrisée ou choix de gréement inadéquat? À la lumière des derniers matches, fort de ce succès sur Aarau, alors que la lanterne rouge menait 1-0 à la pause des enseignements surnagent.

Retour sur la première mi-temps. Dans sa sorte de 4-2-3-1, Servette laisse donc Schalk seul devant. Bien sûr, Alphonse est appelé à plonger depuis la gauche pour l’épauler. Mais le Français part de plus loin et le schéma est sans surprise. Le plus souvent, ce système penche violemment à droite, vers le duo Sauthier-Stevanovic.

Des adversaires avertis

Tous les adversaires le savent. Aarau aussi. Les hommes de Rahmen défendaient donc sur des centres servettiens venus de tribord, avec à la réception, un attaquant qui jouait des coudes pour s’imposer du haut de ses 171 centimètres. Servette n’a été dangereux, durant ces 45 premières minutes, que sur des frappes: Wüthrich sur un coup franc, Cognat de volée. Trop maigre. Frustrant. Et surtout rassurant pour l’adversaire. C’est justement sur sa seule occasion qu’Aarau allait trouver l’ouverture: grâce à son géant Maierhofer (202 centimètres) et à la passivité genevoise.

À la pause, Geiger a revu ses plans. Alphonse grimpait pour de bon au côté de Schalk en deuxième attaquant. Maccoppi s’installait à la place de Cespedes en libero du milieu et Cognat se décalait sur la gauche pour un 4-1-3-2. Les Grenat ont alors asphyxié Aarau et après plusieurs occasions manquées, Cognat servait depuis la gauche Stevanovic pour le 1-1. Avant que la poussée nimpose le 2-1: un superbe rush, de la gauche, de Séverin, Follonier enfoncera le clou dans les arrêts de jeu.

Des espaces libérés

Cela raconte plusieurs choses. Comme la force de frappe de Servette quand il évolue à deux attaquants nominatifs. C’est Stevanovic, un milieu, et Séverin, un latéral, qui marquent les buts? Sans doute, mais avoir deux «pointes», cela permet de fixer les défenseurs centraux adverses. Cela permet au milieu gauche, Cognat, de se retrouver en un-contre-un sur le côté, de faire la différence et de centrer pour Stevanovic, le milieu droit, qui trouve de l’espace dans les seize mètres. Cela permet aussi à Séverin de s’infiltrer jusqu’aux seize mètres, pour profiter d’une remise géniale de Chagas, l’arrière-garde argovienne étant sous pression du nombre. Enfin, cela offre des possibilités dans la verticalité ou dans les diagonales, Wüthrich aura eu ces idées-là.

Avec deux attaquants pour mobiliser la défense adverse, Servette est logiquement plus percutant, plus dangereux. Et dans cette Challenge League qui fait le lit de l’efficacité, c’est sûrement une idée qui peut faire la différence.


Geiger: «Deux devant, c’est intéressant»

L’idée s’impose d’elle-même. Quand Servette se donne les moyens de son potentiel, en plaçant deux joueurs en pointe, il peut être renversant. Forcément, avec deux attaquants, un Stevanovic offensif, un Wüthrich qui regarde devant et un Cognat percutant à gauche, il y a une prise de risque.

«Deux devant, c’est très intéressant, oui, souriait Alain Geiger. C’est quelque chose que je vais sans doute appliquer systématiquement à la maison. J’aime bien l’idée d’avoir un libero du milieu de terrain, pas besoin d’être deux sur ce poste à domicile. C’est une bonne opportunité de mettre de la pression sur la défense adverse. Il faut de la cohérence sur les côtés, au milieu, pour évoluer avec ce système qui reste très offensif. Alors peut-être qu’à l’extérieur, il faudra parfois préserver les équilibres en prenant moins de risques.»

Servette vient de signer sa deuxième victoire consécutive. Samedi prochain, il ira affronter le néo-promu Kriens. C’est avec deux attaquants que les Grenat ont fait tomber Wil, c’est quand ils sont passés à deux pointes qu’ils ont étouffé Aarau: pourquoi ne pas faire à l’extérieur ce que les Servettiens font à domicile? Servette a le potentiel d’imposer son style et de se fixer enfin autour d’un système type. Cela favoriserait des automatismes qui font encore défaut, en raison des multiples schémas explorés jusque-là, souvent par nécessité.

De quoi libérer les Grenat, qui n’ont plus qu’un nuage dans leur ciel: le cas Koro Kone. Le buteur Ivoirien subit, dans les tribunes depuis le 31 août, les conséquences de la décision des dirigeants d’aller contre la loi deux fois de suite (face à Winterthour et Lausanne), en l’alignant sans permis de travail. Le recours contre l’avis défavorable de l’OCIRT est en attente de jugement, au Tribunal administratif de première instance. Cela fait cher payé, sportivement, la bravade. Sans même parler d’une possible amende salée. Espérons que les autorités permettront à Kone de jouer, pour tourner la page. (nxp)

Créé: 21.10.2018, 15h33

Servette - Aarau 3-1 (0-1)

Stade de Genève, 2158 spectateurs.

Arbitre: M. Horisberger.

Buts: 34e Maierhofer 0-1; 58e Stevanovic 1-1; 83e Séverin 2-1; 94e Follonier 3-1.

Servette: Frick; Sauthier, Routis, Rouiller, Séverin; Cespedes (46e Maccoppi), Cognat (81e Imeri); Stevannovic, Wüthrich (76e Follonier), Alphonse; Schalk (76e Chagas).

Aarau: Nikolic; Peralta, Leo, Bürgy, Obexer (45e Mehidic); Liechti (62e Giger), Zverotic, Perrier, Misic (62e Peyretti); Almeida (78e Pepsi), Maierhofer.

Avertissements: 11e Obexer (jeu dur), 13e Schalk (jeu dur), 90e Alphonse (jeu dur).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...