Des certitudes prennent forme pour Servette à l’heure de la reprise

FootballLes Grenat se sont offerts samedi une belle victoire sur Lyon (1-2) pour conclure leur préparation.

Vincent Sasso s'est montré précieux en défense, même si son entente avec Steve Rouiller doit être encore peaufinée.

Vincent Sasso s'est montré précieux en défense, même si son entente avec Steve Rouiller doit être encore peaufinée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Peut-être le temps a-t-il filé plus vite pour Servette que pour les autres. Parce qu’en deux mois, tout s’est accéléré, furieusement, dans une euphorie trempée de doutes. Parce qu’entre une promotion inéluctable et sa réalité, c’est tout un monde qui s’est mis en mouvement. Faire face, être à la hauteur, ne pas se tromper, opérer des choix: quitter le confort pour l’insécurité, fût-elle celle de l’élite, n’est jamais chose simple. C’est ce Servette-là, le néo-promu en Super League, qui doit être observé sous toutes les coutures à une semaine de la reprise, dimanche prochain à Berne contre le champion Young Boys.

L'OL sans ses stars

C’est cette équipe qui s’est présentée samedi à Bourgoin-Jallieu, face à un Olympique Lyonnais privé de plusieurs de ses stars (Memphis, Aouar, Dembélé, Nabil Fekir notamment), un OL en début de préparation là où les Grenat achevaient la leur. Ce qui n’enlevait rien à la valeur du test. On sait bien qu’Alain Geiger n’attache que peu d’importance aux résultats de ces matches amicaux, mais on a bien cru voir un sourire éclairer très tôt son visage, quand Stevanovic a caressé la balle en direction de Kone, dont la tête a laissé Lopes pantois.

Moins de deux minutes de jeu, une action limpide, un jeu simple, vertical, efficace, tout ce que l’entraîneur martèle avec la foi du charbonnier depuis plusieurs semaines. Et plus encore dans la foulée: une discipline collective dans le replacement défensif. Le Servette de la saison passée pouvait se permettre toutes les absences sans que cela ne porte vraiment à conséquence, c’était le privilège pervers de sa supériorité; celui de cette saison sait bien qu’il devra s’appuyer sur une rigueur sans faille pour s’éviter des écueils. Il y a encore du travail, c’est une évidence. Mais le 4-2-3-1 en place contre Lyon a offert des réponses. Il ne signifie pas que Geiger a abandonné l’idée de jouer à deux attaquants. Musique d’avenir.

Cognat décisif

Reste que ce système avec un duo au milieu a ses avantages pour boucler les espaces. Surtout avec la présence physique de Gaël Ondoua combinée aux élans de Cognat, recentré à son poste de prédilection: un N° 8 percutant.

C’est grâce à l’ex-Lyonnais que Servette a doublé la mise. Après avoir «gratté» un ballon dans l’axe, Cognat décalait parfaitement Tasar, dont la balle piquée mystifiait Lopes. L’ex-Argovien, prompt à faire valoir sa rapidité, doit encore se montrer plus précis dans des replis défensifs, mais il sera précieux.

Racioppi aligné avec Lyon

Tout comme Sasso derrière, dont l’entente avec le patron Rouiller suppose encore des automatismes à peaufiner. Pendant 60 minutes (avant plusieurs changements), Servette a contrôlé sans être inquiété, mis à part un tir de Tete sur la latte. Il aura fallu un penalty généreux pour que Lyon inscrive un but. Servette aura eu le tact d’en passer deux à Lopes et aucun à Anthony Racioppi, le portier genevois de l’OL aligné en seconde période.

Ce succès de prestige ne veut pas dire que Servette est prêt. Il lui faut encore le rythme de la compétition et un attaquant («j’attends un élément offensif de plus», s’impatiente Geiger). En attendant, si sa course contre le temps n’est pas terminée, Servette a au moins certaines certitudes, qui seront sans doute ébranlées, mais qui ont le mérite d’exister.

Créé: 14.07.2019, 16h58

Lyon - Servette 1-2 (0-2)

Stade Pierre Rajon (Bourgoin).
Buts: 2e Kone 0-1; 33e Tasar 0-2; 78e Terrier 1-2 (pen.).

Lyon: Lopes; Tete, Marcelo, Denayer, Marçal; Thomas; Cherki, Y. Fekir, Pape Diop, Pintor; Kitala (25e Griffiths).
Lyon 2e période: Racioppi; Augarreau, Drame, Yanga Mbiwa, Deyonge; Thiago Mendes; Fofana (76e Kitala), Jean Lucas, Ndiaye; Terrier, Gouiri.

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso (60e Routis), Séverin (83e Gonçalves); Ondoua (79e Imeri), Cognat (85e Mfuyi); Stevanovic, Wüthrich (61e Schalk), Tasar (69e Cespedes); Kone (85e Antunes).

Avertissement: 55e Ondoua (antijeu).

Note: Lyon sans Memphis, Aouar, Dembélé, Nabil Fékir, Traore, Cornet, Dubois.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.