Avant Servette - Lausanne, les pronostics des légendes

FootballLe match contre Lausanne, vendredi soir à la Praille, permettra de fêter les 40 ans de la saison historique 1978-1979.

En 1978, l’équipe des Bizzini, Barberis et consorts remportait la Coupe de Suisse.

En 1978, l’équipe des Bizzini, Barberis et consorts remportait la Coupe de Suisse. Image: Éric Lafargue / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les signes se multiplient. Mardi matin au Stade de Genève, Lionel Pizzinat avait le souvenir à fleur de peau, pendant que Geiger est les siens s’entraînaient. Désormais team manager, Lionel repensait au dernier titre de Servette, remporté à Lausanne le 2 juin 1999 sur un 5-2 ravageur, il y a vingt ans. Il songeait au précédent, ce succès 4-1 au Wankdorf synonyme de titre aussi, face à Young Boys: il avait fait le déplacement en spectateur, c’était il y a vingt-cinq ans, précisément le 10 mai 1994, date en 2019 de ce Servette - Lausanne qui se profile. Il sait aussi que ce mois de mai coïncide avec l’extraordinaire sacre de la saison 1978-1979, la plus incroyable du club. C’était il y a quarante ans, elle est entrée dans l’histoire et c’est cette histoire-là dont les Servettiens de maintenant sont les héritiers.

Vendredi soir, les légendes de l’époque les auront précédés sur la pelouse de la Praille, pour un hommage légitime. Tous n’ont pas pu se libérer, mais il y aura notamment Gilbert Guyot, Marc Schnyder, Didi Andrey, Bertine Barberis, Lucio Bizzini, Serge Trinchero, Jean-Pierre Weber, Franz Peterhans, Gérald Coutaz, Franco Seramondi, Guy Dutoit, Yves Mauron ou Jean-Claude Milani. Des hommes qui ont écrit l’histoire en étant les seuls à tout rafler durant une saison. Tout: le championnat en alignant dix victoires en dix matches dans le tour final, la Coupe de Suisse, la Coupe de la Ligue et la Coupe des Alpes.

Le mythique maillot Admiral n’est plus, les Charmilles ont été rasées, les Grenat d’aujourd’hui n’étaient bien sûr pas nés quand leurs légendaires prédécesseurs brillaient, mais ils sont les dépositaires de cette histoire. Ils se sont entraînés ce mardi à la Praille, concentrés sur l’événement. Stevanovic, Wüthrich et Imeri ont été ménagés. Un point suffit à une promotion officielle, une victoire serait la cerise sur le gâteau. Il y aura du monde: près de 10 000 billets ont déjà trouvé preneur.

Oui, les signes se multiplient, ils se donnent la main dans l’antichambre du derby attendu. Et ce n’est pas Lionel Pizzinat qui dira le contraire: «Au début de cette saison, lors du premier entraînement, au moment même où l’aventure commençait, une coccinelle est venue se poser sur mon bras: je me suis dit que cela nous porterait bonheur et que nous serions promus.»

En attendant cette soirée, lors de laquelle il faudra se montrer à la hauteur, quatre légendes vivantes de l’époque racontent leur Servette, celui d’hier et celui d’aujourd’hui.


Quatre légendes du club racontent leur grand Servette

Gilbert Guyot

«Nous avions une telle confiance»

À 70 ans, l’ex-défenseur central et capitaine de l’équipe de rêve suit de près Servette et l’équipe de Suisse. Il est à la retraite, il était imprimeur après sa carrière, il garde évidemment un souvenir précis de cette saison 1978-1979.

«C’était une équipe extraordinaire, explique-t-il. Nous avions une telle confiance, que nous ne pouvions pas perdre. Le groupe, c’était notre force. Tiens: j’ai un peu l’impression que comme nous à l’époque, le groupe d’aujourd’hui vit bien ensemble. Sinon, il n’aurait pas été capable de renverser des situations comme il l’a fait cette saison. Je constate aussi que cette fois, bien plus que par le passé récent, les choses se construisent sainement. Il faut maintenant redoubler d’efforts, parce que le saut vers la Super League est important. Il faut plusieurs renforts pour que cette équipe puisse faire quelque chose de bien dans l’élite. Des joueurs d’expérience par exemple, au minimum un par ligne. Et des ajustements aussi.»

Pronostic
Victoire de Servette 2-0


Lucio Bizzini

«Un grand club ne meurt pas»

Il était l’intraitable latéral gauche, à l’époque. Après le foot, il est devenu un psychologue du sport réputé, qui officie toujours. À 70 ans lui aussi, il ne manquera pas ce Servette - Lausanne au programme. «Voir Servette aux portes de la promotion, c’est la preuve qu’un grand club ne meurt pas, qu’il peut traverser toutes sortes de vicissitudes, comme c'est le cas depuis quinze ans, mais qu’il revient au plus haut niveau. Je dirais même que la légende se nourrit de ces périodes de disette. Servette ne peut pas mourir parce que son histoire le porte, le pousse à se relever quand il tombe. C’est pour cela que je suis heureux d’avoir pu vivre cette saison 1978-1979 avec cette équipe exceptionnelle. Même si le foot d’aujourd’hui va plus vite, elle a contribué à la légende, techniquement, tactiquement et aussi humainement, pour les personnes qui la composaient. J’ai justement une pensée pour ceux que nous avons perdus en route, notre entraîneur Peter Pazmandy, mais aussi, Jean-Yves Valentini, Jean-Luc Martin ou le président Cohannier.»

Pronostic
Victoire de Servette 2-1


Marc Schnyder

«Tout passait par le jeu»

Sa chevelure abondante était moins sa marque de fabrique que son toucher de balle. L’élégant milieu droit de cette volée de rêve a aujourd’hui 66 ans et a travaillé dans les assurances. Lui aussi se souvient. «Avec Peter Pazmandy comme entraîneur, tout passait par le jeu. À l’entraînement déjà. Après, cela se retrouvait sur le terrain, tout se mettait en place. Il y avait l’amalgame du jeu et de la complémentarité, nous avions le sentiment d’être imbattables. Les Servettiens qui joueront vendredi ne peuvent pas se rappeler de nous, le football a de toute façon évolué, disons que nous faisons partie de l’histoire, oui. Je suis surtout heureux de voir que les dirigeants actuels gardent les pieds sur terre. Il y a une forme de sagesse dans le fait de savoir ce qui les attend en Super League. Il n’y a pas d’annonces fracassantes. Et puis avec Geiger, que je connais bien, il y a aussi cette volonté de jeu. Son sens technique aide pour aller de l’avant. Et j’espère que cela sera encore le cas vendredi soir pour fêter le retour en Super League.»

Pronostic
Victoire de Servette 3-0


Karl Engel

«C’est le présent qui me réjouit»

C’était le dernier rempart, le portier qui, quand cela était nécessaire, mettait son veto. À 66 ans, il vit au Tessin, lui qui a entraîné Lugano et Bâle après sa carrière. Il devait être présent vendredi soir, mais un problème de dos lui interdit le voyage. Mais la mémoire, elle, ne fait pas défaut. «Des individualités techniques, un collectif, des personnalités: c’était ça notre force. Tout ensemble. Mais c’est le passé, je n’aime pas vivre dans le passé. Ce n’est d’ailleurs plus le même foot, tout va tellement plus vite maintenant. Pour m’endormir, je peux bien mettre un match de notre époque: je roupille de suite (ndlr: il en rit). Non, c’est le présent qui me réjouit. Servette est en tête du classement et va retrouver la Super League. Il le mérite. Et c’est bien pour le football suisse. Les Romands ont toujours apporté quelque chose de plus, une autre approche, une autre philosophie. Je ne pourrai malheureusement pas être à Genève, mais je suis de tout cœur avec Servette. Il y a là une belle équipe, très forte, qui mérite de jouer devant un public nombreux.»

Pronostic
Victoire de Servette 3-1

Créé: 08.05.2019, 09h11

Articles en relation

Chagas, l’homme qui vaut un but par heure à Servette

Football Le Brésilien est un «supersub», un super remplaçant. Le meilleur buteur des Grenat entre et marque. Vocation et frustration? Plus...

Réservez votre vendredi soir, Servette prépare une finale

Football Un nul à la Praille vendredi contre Lausanne suffit aux Grenat pour être officiellement promus. Un derby de feu se dessine Plus...

Servette toujours plus près de la Super League

Football Victorieux à Schaffhouse, les Grenat tiennent leur finale de promotion contre Lausanne, vendredi soir à Genève. Une première balle de match. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.