Au-delà du cas Kone, c’est tout un système qu’il faut peut-être revoir

FootballLe buteur ivoirien du Servette FC attend depuis trois mois de pouvoir rejouer. Le sport professionnel est-il mal traité?

Koro Kone ronge son frein depuis trois mois, victime d’une situation complexe.

Koro Kone ronge son frein depuis trois mois, victime d’une situation complexe. Image: Éric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans les faits, les choses sont limpides: le Servette FC, en bravant les règlements et donc la loi, s’est mis hors jeu. En décidant unilatéralement de faire jouer Koro Kone deux fois sans permis de travail, Didier Fischer a commis une erreur. Il y avait une procédure en cours, que le président a voulu court-circuiter.

En tant qu’étranger extracommunautaire, Kone doit d’abord passer devant la commission tripartite (syndicats, employeurs, État) de l’Ocirt (Office cantonal de l’inspection et des relations du travail). Après avoir reçu un préavis favorable de sa commission, l’Ocirt transmet le dossier au Service des étrangers, à Berne, qui délivre le permis de travail. Ce processus s’est arrêté au stade cantonal pour Servette et Kone. Pas question de jeter la pierre sur l’Ocirt, qui fait son travail et qui a rendu finalement une décision négative devant l’empressement et la faute du club. Ni de faire la leçon à Servette (l’Ocirt s’en est chargé), même s’il a voulu aller plus vite que la musique.

Une solution bientôt?

C’est désormais le Tribunal administratif de première instance qui est en charge du cas Kone, les dirigeants grenat ayant fait recours. Il se dit que le tribunal a vivement invité les deux parties à discuter pour trouver une issue. Elle pourrait intervenir bientôt (la semaine prochaine?), trois mois plus tard que prévu pour le pauvre Koro Kone, qui est condamné au rôle de spectateur depuis le 31 août. La décision négative de l’Ocirt, c’est la punition que celui-ci inflige à Servette pour avoir fait jouer l’Ivoirien sans permis de travail, contre sa recommandation ferme. Dans cette période délicate, ni l’Ocirt ni le club ne souhaitent commenter le cas, on peut le comprendre.

Pour l’autre club phare du canton, le Genève-Servette Hockey Club, cela se passe mieux. Christophe Stucki, le directeur général, explique: «Nous n’avons jamais pris le risque d’aligner un de nos joueurs sans permis de travail. Même si pour d’autres clubs concurrents, cela va plus vite. L’Ocirt fait son travail, je ne critique pas du tout. Mais il y a une masse de dossiers bien plus importante ici, à Genève, qu’ailleurs.» Cela signifie qu’il faut parfois attendre le sésame une semaine au mieux, dix jours, voire plus. Quand c’est réglé parfois en quarante-huit heures ailleurs.

Une réflexion sur le fond

Mais il y a une réflexion de fond qui mérite d’être abordée. Christophe Stucki le fait. «La commission tripartite a un rôle compréhensible à jouer pour protéger le travail sur le marché local, développe-t-il. Mais dans nos statuts de club de hockey, et cela vaut pour le football aussi, il y a des quotas prévus pour des joueurs étrangers. On ne vole donc pas un poste de travail en demandant le permis pour un tel joueur.» Corollaire: sans parler de passe-droit, la commission tripartite doit-elle nécessairement traiter de ces cas particuliers liés au sport professionnel? Pourrait-on envisager une procédure accélérée? «On devrait une fois avoir une réunion sur le fond avec les autorités cantonales et le département concerné pour évoquer ces particularités liées au sport professionnel, oui.»

En attendant, Koro Kone est toujours en tribunes.

(TDG)

Créé: 21.11.2018, 09h44

Retour sur une affaire qui a commencé en août

Petit rappel des faits dans cet imbroglio qui fait une victime: Koro Kone lui-même.

14 août
Servette annonce l’engagement de Koro Kone, un attaquant ivoirien de 29 ans qui était à l’US Boulogne. Le SFC paie une clause de sortie, tout se déroule dans les règles. Dans la foulée, il reçoit la qualification de la Swiss Football League pour évoluer dans le championnat suisse: sur le plan sportif, pas de souci.

Mi-août
Les dirigeants servettiens entreprennent les démarches pour obtenir le permis de travail. Pour ce faire, ils préparent un dossier. Celui-ci doit être avalisé par l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (Ocirt), après avis favorable de la commission tripartite. Ensuite le dossier est transmis à Berne à l’Office des étrangers, Kone étant extracommunautaire, qui valide et délivre le permis de travail. La procédure est courante.

24 août
Sans nouvelle de l'Ocirt, mais persuadé de la bonne issue du cas, le président de Servette Didier Fischer décide de ne plus attendre et permet à Kone de jouer contre Winterthour. Le buteur inscrit les deux réussites de la victoire 2-0.

31 août
C’est Servette-Lausanne. L'Ocirt, qui ne s’est toujours pas prononcé sur le cas…, voit que Kone a joué sans permis de travail contre Winterthour. Et affirme avoir rappelé Servette à l’ordre entre les deux matches en interdisant aux Grenat de faire jouer leur buteur. Le club décide pourtant d’aligner à nouveau Koro Kone.

14 septembre
Juste avant le match de Coupe contre Lucerne, l'Ocirt communique enfin. Pour annoncer sa décision négative, eu égard aux circonstances, Servette ayant bravé sa mise en garde.

18 septembre
Le club fait recours contre la décision de l'Ocirt auprès du Tribunal administratif de première instance (TAPI). Il va lui falloir s’armer de patience, pas de passe-droit pour le dossier Kone.

Début novembre
Le TAPI invite les deux parties à se revoir et à rediscuter du cas. On en est là depuis. Cela fait bientôt trois mois que Kone ronge son frein. D.V.

Articles en relation

Servette et Kone prient pour un épilogue rapide

Football Les Grenat ont rendez-vous à Kriens ce samedi. Sans leur buteur, qui patiente. Plus...

Les raisons qui interdisent à Servette de faire jouer Koro Kone

Football Le buteur ivoirien voit son dossier bloqué à Genève. Il avait pourtant déjà disputé deux rencontres. Nos explications. Plus...

Avec Koro Kone devant, Servette tient peut-être son arme fatale

Derby SFC-LS J-2 Premier match en grenat, deux buts pour un succès 2-0: le buteur ivoirien a fait fort. Mais c’est vendredi soir qu’il doit confirmer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...