De Carouge à Servette: pour Thierry Cotting c’est renversant

FootballLe directeur de l’académie des Grenat a quitté la Fontenette à la dernière place. A la Praille, le voilà en tête de la première!

Thierry Cotting et William Niederhauser se partagent les rôles à la tête du Servette FC.

Thierry Cotting et William Niederhauser se partagent les rôles à la tête du Servette FC. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il avait quitté Etoile-Carouge avec beaucoup d’émotions, sur la pointe des pieds. Le club de son cœur se trouvait alors, en ce soir du 3 octobre, à la dernière place du classement, malgré un ultime succès face à la réserve de Saint-Gall. Le voilà propulsé, un mois plus tard, à la tête du Servette FC, leader de cette Promotion League, cette fois-ci sur le chemin de la promotion. Ainsi va la vie d’un footballeur ou d’un entraîneur. Vraiment renversant!

Directeur de l’académie du club grenat, Thierry Cotting se retrouve aujourd’hui dans la peau d’un coach par intérim, en compagnie de William Niederhauser, en attendant que les dirigeants de la Praille dégotent la perle rare. «On a tous été pris de vitesse par la décision de Kevin Cooper avec lequel nous avions une bonne collaboration pour gérer nos talents», remarque l’ex-mentor carougeois. Surpris, lui aussi.

Après le départ éclair, mardi, de l’Anglais, l’ancien junior du FC Grand-Lancy associé à l’entraîneur des M21 ont donc la mission de «donner un coup de main» et de diriger l’équipe première jusqu’à la pause. Au programme: trois parties au Stade de Genève. Et neuf points? «On va déjà se concentrer sur le premier match, sourit l’ex-druide des Stelliens. Après, on verra si les joueurs parviennent à se lâcher, même si on connaît leur énorme potentiel…»

«Une équipe dynamique»

Ironie du sport, c’est face à la réserve du FC Sion d’un certain Sébastien Fournier que commence leur mission. Comme le monde est petit. «C’est vrai qu’avec Etoile Carouge, nous avions entamé notre saison contre ce FC Sion, se marre Cotting. C’est une bonne équipe, dynamique, avec, en plus, un nouvel entraîneur qui connaît bien Servette. Cela fait aussi partie de la beauté de ce sport!»

Alors que William Niederhauser, qui avait déjà effectué une opération commando lors de la saison 2008-2009, donne de la voix au milieu du stade d’entraînement de Balexert, Thierry Cotting semble plus en retrait. Mais qui est vraiment le chef?

Diviser les compétences

«On est un binôme, précise le patron de l’académie. On est même trois puisqu’Adam Owen est resté et continuera la préparation physique. Ou quatre avec José Sinval qui s’occupe des attaquants sans oublier Daniel Blanco, l’entraîneur des gardiens. On ne va pas tout bousculer la méthode d’entraînement en deux semaines et demie. Je pense qu’il est surtout important de diviser les compétences et d’être cohérent vis-à-vis des joueurs, ce qu’on a fait rapidement en allant manger avec les leaders du groupe.» Cotting et Niederhauser leur ont expliqué ce qu’ils attendaient d’eux en ce mois de novembre. «Qu’ils se responsabilisent et qu’ils soient plus ensemble dans la réflexion pour être le plus performants et efficaces sur le terrain.»

Aucune hiérarchie

Autrement dit, en attendant l’arrivée du successeur de Cooper, il n’y a aucune hiérarchie au niveau du staff technique. «Que ce soit William qui mette en place les exercices et qui les commente et que moi, plus en retrait, je donne mon avis de temps en temps ou avant l’entraînement, peu importe finalement. Cependant, lâche Cotting, si j’interviens, il est capital que je ne donne pas une autre info que Niederhauser ou qu’elle soit différente de celle d’Owen. Les joueurs ne doivent pas se demander qui fait quoi, on a été très clair là-dessus et cela se passe bien.»

S’ils hésitent encore sur deux ou trois points dans l’élaboration du onze de départ, il n’y aura pas trop de chamboulement non plus. «La structure de l’équipe devrait rester sensiblement la même» renchérit un Thierry Cotting qui a déjà averti les dirigeants du Servette FC que si les Grenat devaient comptabiliser neuf points en trois matches, «avec William, on retournera à la formation». Ils s’en iront avec beaucoup d’émotions, sur la pointe des pieds…


Les regrets de Sauthier

Il aurait pu revenir ce samedi soir au Stade de Genève avec le tricot du FC Sion sur les épaules. Comme le 5 août à la Fontenette, en début de championnat de Promotion League, face à l’Etoile Carouge d’un certain Thierry Cotting. Le destin a voulu qu’Anthony Sauthier, qui avait commencé la saison avec l’équipe réserve de Tourbillon, retrouve plus vite que prévu ce maillot grenat qui lui colle tant à la peau. «J’avais déjà eu Cotting comme entraîneur quand j’étais au cycle d’orientation, au sport étude, explique ce Valaisan de 24 ans, formé à Genève. Et là, c’est marrant, on se retrouve les deux avec la une du SFC pour défier Sion II!»

Le défenseur se réjouissait d’affronter ses anciens coéquipiers. Mais une déchirure musculaire l’en empêche. «Pour ma santé, il est préférable que je fasse l’impasse», regrette le Servettien.

«Un gars comme lui manque beaucoup aux M21 du FC Sion, constate Sébastien Fournier, entraîneur par intérim (lui aussi) des Valaisans. Durant son bref passage à Tourbillon, malgré le fait que la première équipe ne l’avait pas conservé, il s’est montré exemplaire avec les jeunes. Rien que pour lui, j’espère que Servette va remonter en Challenge League!»

C’est donc dans les tribunes que le défenseur des Grenat va suivre ce derby. «En face, il y a de bons joueurs, des jeunes talentueux, mais on ne doit pas avoir peur, poursuit Sauthier. Sur le papier on est bien meilleurs, on est leaders. A nous de jouer notre rôle de favori à fond.» C.MA. (TDG)

Créé: 06.11.2015, 21h37

En direct du vestiaire

Le match Servette - Sion M21, coup d’envoi samedi à 19 heures au Stade de Genève.

Les absents Ils sont toujours nombreux à être blessé à Servette: Gazzetta, Sauthier, Cespedes, Infante, Vonlanthen, Maouche et Kursner. De plus, Müller est parti avec la sélection philippine. En revanche, Mfuyi est de retour en défense centrale.

Le mot de Niederhauser «Avec Thierry Cotting, nous avons voulu travailler dans la continuité, ne pas tout bouleverser. Nous avons apporté des idées tactiques, par le biais de courtes séquences. Sinon, je me réjouis de retrouver Sébastien Fournier: c’est lui qui m’avait fait venir à Servette en 2008.» D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...