Federer: «Je joue bien, je suis reposé, frais. Confiant aussi»

TennisSorti du piège Milos Raonic, le Bâlois déboule en demi-finales avec plus que jamais les faveurs de la cote. Mais en dépit de sa grande forme, il reste prudent.

Son corps le laissant en paix après les soucis de 2016, Roger Federer a retrouvé toute son énergie, tout son plaisir et tout son tennis.

Son corps le laissant en paix après les soucis de 2016, Roger Federer a retrouvé toute son énergie, tout son plaisir et tout son tennis. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tous les regards pèsent désormais sur lui, mais Roger Federer ne veut pas se mettre trop de pression. En trois jours, les éliminations de Rafael Nadal, Andy Murray puis Novak Djokovic ont beau l’avoir définitivement érigé en grand favori de Wimbledon, le Bâlois refuse de se projeter. Il sait trop bien que le plus dur reste à faire. Cela commence par Tomas Berdych vendredi, puis, si tout se passe bien, par Marin Cilic dimanche. Il y a du pain sur la planche, mais la décontraction reste de mise. Car la confiance est là. Il ne s’en cache pas devant les micros.

– Après son élimination, Milos Raonic a dit que la différence entre le Federer de 2016 et celui d’aujourd’hui est que vous êtes plus fort mentalement et que vous bougez bien mieux. Qu’en pensez-vous?

– Eh bien, il est clair que je suis mieux préparé pour ce Wimbledon que je ne l’étais l’an dernier. En 2016, j’ai eu beaucoup de moments difficiles. La saison sur gazon avait été compliquée par mes problèmes dorsaux et mon souci au genou. J’étais réellement en manque d’entraînement, en manque de compétition. Je ne pouvais d’ailleurs pas disputer mes matches l’esprit complètement libre. J’étais davantage focalisé sur mon genou, sur la manière de me comporter, plutôt que sur comment frapper mes coups droits ou mes revers. Cette année, tout est normal. Je suis redevenu un joueur de tennis, qui peut se focaliser sur ses tactiques. Je crois que c’est principalement cela, la différence. Je joue bien, oui, je suis reposé, frais, confiant aussi. Ainsi, les meilleures choses peuvent venir. La confiance est si importante dans ce sport…! Je crois que Milos Raonic était exactement dans cette «zone» l’an dernier. Depuis, il n’a pas non plus connu les meilleurs moments. On pouvait le sentir dans son tennis. Il ne jouait pas aussi bien que voici douze mois.

– Quelle est votre réaction sur les sorties de route d’Andy Murray et de Novak Djokovic?

– Avant toute chose, je leur souhaite un bon et prompt rétablissement. Ce sont des rivaux, oui, mais aussi des amis. J’ai vraiment envie qu’ils reviennent vite en pleine santé. Novak n’a pas manqué beaucoup de tournois majeurs, mais il est clair qu’un jour ou l’autre, cela doit arriver, malheureusement. Il a énormément joué ces dernières années. Quant à Andy, j’espère que son mal n’a pas empiré en jouant ce tournoi. Cela a été quelque chose de beau, de sa part, d’aller sur le court en sachant, comme moi l’an dernier, que les chances de réaliser quelque chose étaient très minces. J’ai beaucoup de respect pour cela et j’espère qu’il ne manquera pas trop longtemps au circuit. Mais au-delà de leurs pépins, je suis bien sûr surpris que tous deux ne soient plus en course, idem pour Rafa (ndlr: Nadal). Cela prouve bien que tous les autres gars jouent bien au tennis. Sur gazon, les marges sont infimes.

– Rétrospectivement, on ne peut que penser que votre décision de faire un break en 2016 a été la bonne…

– C’est normal. Une fois que tu as passé les 30 ans, tu dois regarder dans le rétroviseur et te demander combien de tennis tu as joué, combien de temps de repos tu as donné à ton corps au fil des années, combien d’entraînements tu as fait. As-tu fait suffisamment d’un côté, en as-tu trop fait de l’autre? Il faut savoir faire les choses avec modération. Pour moi, cela a fonctionné, mais ça ne signifie pas pour autant que ça fonctionne pour tout le monde. Il est toutefois clair que le corps et l’esprit ont parfois besoin de repos.

– On dit maintenant de vous que vous êtes «le» grand favori de ce tournoi…

– Être ou non le favori m’importe peu. Tous les autres mecs encore en lice sont tous de gros frappeurs. Ils ont de gros services, de gros coups droits… Tous les trois sont plus grands et plus puissants que moi. Je crois que nous avons tous notre mot à dire, désormais, mais il va falloir que j’utilise d’autres armes que les leurs...

– Tous les autres joueurs affirment que vous jouez encore mieux que par le passé, que vous êtes plus rapide, plus agile. Qui l’aurait pensé alors que vous allez fêter vos 36 ans dans moins d'un mois?

– Honnêtement, je ne crois pas que je joue mieux au tennis qu’il y a quelques années en arrière, mais je cherche toujours à améliorer, c’est clair. Je crois que ce qui arrive aujourd’hui est complètement différent depuis ma blessure, mais j’avais déjà de superbes parcours à Wimbledon en 2014 et 2015. J’avais juste échoué contre Djokovic, qui était chaud bouillant. Maintenant, je suis juste heureux de réaliser de belles choses. Si je suis surpris? Oui, un peu. Mais c’était l’idée que de pouvoir être fort même tardivement dans ma carrière.

– Beaucoup disent que vous avez aussi changé en conférence de presse, que vous utilisez des mots différents, que c’est plus varié, plus frais…

(Il sourit, gêné…)– Je ne crois pas. Mais peut-être qu’à force d’entendre toujours les mêmes questions depuis si longtemps, j’ai eu besoin de mettre un peu de variété dans mes réponses. Cela vous donne de bonnes phrases, de bons échanges, plutôt que cela ne soit qu’une sorte de ping-pong…

Créé: 13.07.2017, 13h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...