Passer au contenu principal

Peter Sagan fait bande à part et agace

Le Slovaque se déplace de course en course à bord de son propre camping-car. Une singularité qui divise.

Peter Sagan ici lors de sa vicoire à Gand-Wevelgem, vagabonde de compétition en compétition à bord de son camping-car privé.
Peter Sagan ici lors de sa vicoire à Gand-Wevelgem, vagabonde de compétition en compétition à bord de son camping-car privé.
AP

Pêle-mêle, parmi le paddock du World Tour, un véhicule fait mouche. «Ils rient de moi, parce que je suis différent. Je ris d’eux parce qu’ils sont tous les mêmes», est-il écrit au sommet de l’habitacle. La maxime dit tout de l’occupant: Peter Sagan, triple champion du monde, ne peut se fondre dans la masse. Depuis moins d’une année, le Slovaque choisit de vagabonder de compétition en compétition à bord de son camping-car privé.

Dimanche 25 mars. Dans la bourgade flamande de Wevelgem, l’engin trône fièrement derrière le bus de Bora-Hansgrohe, l’équipe de Peter Sagan. Il attise la curiosité des fans, nombreux à l’immortaliser. En le contournant, on découvre un gaillard d’une trentaine d’années, rasé de près et portant un pull avec la mention «Peter Sagan Fan Club». L’anonyme personnage nous renvoie vers le responsable communication de Bora. Lequel refuse notre demande d’interview. Le champion du monde Peter Sagan se protège. Plus exactement: il s’isole.

Interdit sur le Tour de France

Si le manager de l’équipe, Ralph Denk, ne pipe mot sur le cas, d’autres voix s’élèvent contre cette différence de traitement. «S’il est le leader sur le vélo, alors il doit l’être dans son comportement, fustige Jean-René Bernaudeau, le manager de Direct Energie. Peter Sagan doit être une personne difficile à gérer. Mais, même s’il est la star des stars, ce régime particulier n’est pas normal!»

«Je pense au contraire que Sagan est quelqu’un d’«hyper-corporate», le défend le professionnel valaisan Steve Morabito. Si cette solution marche pour lui, alors il faut qu’il continue.» Encore une fois, l’équipe Sky fut l’une des précurseurs dans l’idée: Richie Porte avait dormi dans un camping-car après certaines étapes du Giro 2015. Par la suite, la formation britannique s’était vue refuser ce privilège pour son leader Chris Froome sur le Tour de France. Question d’«équité» pour l’UCI.

En réalité, l’instance internationale impose une condition: loger dans un hôtel la veille de course. Cela afin de faciliter les contrôles antidopage. «Et également pour faire fonctionner le tourisme local», rappelle Steve Morabito.

«Peter garde ses rituels fixes en étant seul», plaide pour sa part Marie Lanners, psychologue du sport. Certains coureurs ont aussi besoin de s’enfermer pour éviter la pression.» Si elle divise, l’attitude de Sagan sur les classiques porte ses fruits, puisque le Slovaque vient de remporter Gand-Wevelgem pour la troisième fois. Dimanche, il visera la victoire sur le Tour des Flandres. Avant de filer en douce dans son cocon bien gardé.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.