Le chauffeur de taxi était-il déjà à Nagano?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

J’aurais pu lui demander la lune, il aurait essayé de m’y emmener, sauf qu’il n’avait pas d’échelle pour monter au ciel. Il a fait celui qui avait tout compris en démarrant au quart de tour. Mais à peine cent mètres plus loin, le temps d’arriver à un premier feu, il se tourne vers moi, l’air inquiet, et ânonne plusieurs fois un nom différent de la destination où je désirais me rendre…

Cela vous est-il déjà arrivé, vous, d’avoir l’impression de revivre la même scène à un endroit qui vous semble familier alors que c’est la première fois que vous mettez les pieds dans cette ville ou ce pays? Lorsque le chauffeur a éructé à de nombreuses reprises «Leki Leki Leki», je me suis revu dans ce taxi à Nagano, mort de rire, avec l’ami Manu, pendant que l’homme sur le siège du conducteur épelait péniblement «Ya-na-ga-ma-shi» sans savoir ce qu’il prononçait. Je me souviens qu’il avait souri, parce qu’il était contrarié, le nez collé à un plan de la ville qu’il tournait dans tous les sens. Après avoir, en vain, sollicité l’aide d’un collègue dans son talkie-walkie, il s’était mis alors à se taper violemment la tête contre le volant. Il avait fini par perdre la face, on avait eu peur qu’il se fasse hara-kiri. On n’a jamais su ce qu’il lui était arrivé…

Et si c’était lui qui se trouvait dans ce taxi coréen ce vendredi, il lui ressemblait tellement. Lui non plus ne connaissait pas ce cinq-étoiles. Ou alors si, mais comme notre copain de Nagano, pour lui l’anglais était également du chinois. Sans 4G ni wi-fi, impossible de choisir une application pour traduire dans sa langue. Le feu étant passé au vert, il a continué un moment sa route au petit bonheur la chance sans savoir où il allait avant d’appeler un ami qui se débrouillait dans la langue de Shakespeare pour le remettre sur le droit chemin. Il m’a alors passé son smartphone pour que je répète à notre «sauveur» l’adresse. L’endroit où j’avais rendez-vous avec René Fasel était le Lakai Sandpine Resort, à Gangneung, à cinq kilomètres du Village des médias. C’est ici, en bord de mer, qu’est installée la Fédération internationale de hockey sur glace. Vous savez quoi? On a fini par arriver à bon port. Et il a souri, comme s’il venait de décrocher la lune…

Gomabseubnida. Cela signifie merci…

(TDG)

Créé: 23.02.2018, 21h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...