Le meeting AtletiCAGenève se retrouve à la croisée des pistes

AthlétismeL’IAAF a modifié les critères de sélection pour les grands championnats. Une révolution qui impacte l’avenir de la réunion.

Lea Sprunger est une habituée du meeting organisé au stade du Bout-du-Monde.

Lea Sprunger est une habituée du meeting organisé au stade du Bout-du-Monde. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà trois décennies déjà qu’AtletiCAGenève sert la cause de l’athlétisme avec la foi du charbonnier et le savoir-faire d’un bricoleur. C’est ainsi, sans jamais sacrifier aux lois du sport business, que la réunion genevoise a acquis une belle réputation. «Loin de la chasse à la thune, en cherchant toujours à favoriser la promotion et la progression des jeunes athlètes», précise Pablo Cassina, son fondateur. Même sans argent à la clé, de nombreux champions ont découvert les charmes du Bout-du-Monde et les vertus de sa piste aux records. On y a vu Carolina Klüft, Christophe Lemaitre ou Lea Sprunger. Souvent, ils sont revenus. «Parce qu’ils savent où ils mettent les pieds», note Walter Zecca, l’actuel directeur du meeting.

Dans un monde sans artifices, AtletiCAGenève aurait pu poursuivre là son petit bonhomme de chemin. Seulement, l’univers de l’athlétisme bouge et l’IAAF, son organe faîtier, remue ciel et terre pour ne pas lui faire perdre son pouvoir d’attraction, surtout après la retraite d’Usain Bolt, son meilleur représentant de commerce. Sa dernière invention: ouvrir les grands championnats, non plus par la grâce de performances (les fameux minima de sélection) mais en vertu de classements et de quotas continentaux. La course aux points (à l’instar de l’ATP) sera ouverte en 2019 et seuls les meetings labellisés y donneront accès. Malheur aux autres…

Doubler le budget

C’est dans cette perspective que l’avenir d’AtletiCAGenève se retrouve chamboulé. Ses organisateurs s’en expliquent: «Par la voix de Christoph Seiler, le président de Swiss Athletics, on nous a demandé si on était d’accord d’intégrer le calendrier des meetings gérés par la fédération européenne. Pour nous, c’est un sacré dilemme. On a fait nos comptes. Pour cela, il faudrait multiplier notre budget par deux.» En d’autres termes, le calcul est simple: adhérer au système, c’est distribuer des points; y renoncer, c’est ne plus faire le poids (lire ci-contre). Le risque est aussi à double effet: perdre de l’argent ou perdre des athlètes, plus vraiment intéressés à venir à Genève.

Après mûre réflexion et parce que le temps presse, Walter Zecca donnera ce jeudi un accord de principe à Swiss Athletics. Met-il un pied dans l’engrenage? «On s’engage pour le bien de notre meeting mais en restant d’une extrême vigilance. Pas question de vendre notre âme au diable. On espère obtenir des concessions et préserver notre liberté d’action. Si ça tourne mal, on se désengagera», répond-il. «Quoi qu’il advienne, il y aura une 32e édition l’an prochain», ajoute Pablo Cassina.


Ce qui devrait changer

Jusqu’à présent 500 athlètes (pour 28 disciplines, dont plusieurs relais) ont participé, en juin, à la 31e édition. Membre du circuit indépendant Europe Athlétisme Promotion et classé meeting B en Suisse, AtletiCAGenève affiche un budget (subvention et sponsoring) de 97 000 francs. 280 nuitées payées, gratuité pour le public (entre 1000 et 2000 spectateurs estimés), 6400 francs de primes alloués aux 12 meilleures performances établies. Sur une piste aux normes internationales, 18% des engagés battent leur record personnel. Prisée des athlètes, la 5e réunion helvétique est bien cotée dans le ranking européen (28e sur 190) et mondial (36e sur 400).

À l’avenir En entrant au bas de l’échelle (catégorie «classic») dans la hiérarchie des meetings labellisés par la fédération européenne (EAA), la réunion du CAG sera soumise à un cahier des charges très contraignant. Sont exigés: des disciplines (et peut-être une date) imposées, 80% d’athlètes européens (ce qui est déjà le cas), un prize money de 35 000 euros, deux nuitées par athlète, une capacité d’accueil de 3000 personnes (tribunes temporaires à installer?), une sophistication du système de chronométrage, un encadrement sanitaire plus important, vingt minutes de highlight TV. Tout cela a un prix: le doublement du budget. P.B.

(TDG)

Créé: 17.10.2018, 20h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Claude Goretta
Plus...