Une médaille éternelle pour Holdener, une championne en or

Ski alpinLa Schwytzoise a conservé son titre de championne du monde de combiné. Elle restera la dernière lauréate dans la discipline.

Wendy Holdener a conservé son titre mondial du combiné, une épreuve historique en disgrâce auprès de la FIS.

Wendy Holdener a conservé son titre mondial du combiné, une épreuve historique en disgrâce auprès de la FIS. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À croire que le poids des attentes glisse comme le vent sur le spandex de Wendy Holdener. Une combinaison saillante, parfaitement imperméable aux affres de la pression comme aux emballements de la foule. La voilà qui enfile un dossard doré double épaisseur: elle a conservé à Åre son titre de championne du monde de combiné, deux ans après son triomphe à Saint-Moritz. «C’est un soulagement incroyable, lançait la Schwytzoise, rayonnante d’un bonheur sincère. C’est bon, je l’ai fait, j’ai gagné. Mais c’était dur, je vous assure. Encore jeudi soir et puis vendredi matin, j’avais un mauvais sentiment. Et puis dès que la machine s’est mise en route, j’ai pu me concentrer sur mon plan.»

Comme si c’était une formalité, la Suisse du ski voyait son enfant chéri embrasser l’or avant même le départ. C’est vrai qu’elle n’avait jamais déçu les espoirs placés en elle, au grand jamais, toujours à l’heure de ses rendez-vous avec les médailles. Et qu’en l’absence de Mikaela Shiffrin comme de la championne olympique Michelle Gisin, la brindille d’Unteriberg voyait s’ouvrir une voie royale. «Je savais que j’étais dans le coup, que j’avais toutes les cartes en main pour bien figurer, confirmait Holdener. Je n’avais plus qu’à livrer la marchandise.»

Une lutte incroyable

Mais c’était un peu vite oublier la progression stratosphérique de Petra Vlhova (23 ans), aux avant-postes toute la saison et dauphine de Holdener vendredi. Les deux femmes se sont livré une lutte incroyable d’intensité: des virages tronçonnés, des velléités acharnées, des élans bichonnés. Et finalement trois centièmes d’avance en faveur d’«Unser Wendy», au bout d’un suspense digne des thrillers de Stieg Larsson, natif du coin. «Après la descente, je me suis dit que j’aurais pu faire mieux, je n’étais pas totalement satisfaite, expliquait la championne. Alors mon serviceman m’a dit: «Maintenant tu n’as plus le choix, tu vas devoir prendre tous les risques en slalom». Et finalement c’était peut-être plus simple comme ça, je n’avais pas à me poser de questions.»

«C’est une très belle sensation que de rejoindre ces géantes de notre sport»

Et toujours cette solidité stupéfiante, ce relâchement quasi caribéen. Comme Marielle Goitschel, comme Erika Hess, comme Janica Kostelic, Holdener conserve son titre en combiné. «C’est une très belle sensation que de rejoindre ces géantes de notre sport, savourait-elle. À vrai dire c’est un peu surréaliste. Dans le portillon de départ, j’étais fière de porter ce dossard de championne du monde. Et je suis encore plus fière de lui avoir fait honneur.» Un panthéon qu’elle habitera pour l’éternité: vendredi à Åre, c’est sans doute le dernier titre mondial féminin dans la discipline polyvalente qui a été décerné. En disgrâce auprès de la FIS, l’épreuve historique du ski alpin ne devrait plus être au programme à Cortina en 2021. «C’est vraiment triste, parce que c’est une épreuve où tout peut se passer et que je trouve intéressante pour le public, regrettait Holdener. Mais peut-être que la FIS pourrait trouver une solution intermédiaire, en ne programmant le combiné que lors des grands événements, et pas pendant la saison de Coupe du monde.» Un vœu pieux, au cœur de la nuit polaire. Reste que si la Fédération faîtière du sport roi de nos hivers prêtait oreille attentive au ressenti de ses athlètes, ça se saurait. (TDG)

Créé: 08.02.2019, 22h21

Pour Feuz, la longueur a son importance

Ce serait une première au XXIe siècle. Une nation qui décroche trois fois consécutivement le titre mondial en descente: après Patrick Küng en 2015, Beat Feuz est-il prêt à se succéder à lui-même samedi à Åre, deux ans après avoir décroché l’or à Saint-Moritz? L’homme reste sur cinq podiums consécutifs dans la discipline reine, les attentes sont logiquement à la hauteur de sa réputation. «C’est une belle piste, très bien préparée, explique le Bernois. Mais c’est un peu dommage qu’elle soit sans doute raccourcie. Sur une descente d’une minute et vingt secondes environ, le cercle des favoris est bien plus large que si elle avait fait deux minutes.»

La faute à la météo vendredi à Åre, le dernier entraînement n’a en effet pas pu partir du sommet, comme la veille déjà. Et le règlement est formel: la course ne peut se disputer que sur les secteurs du tracé qui ont été parcourus lors des essais. Si la possibilité d’un bref entraînement sur le haut de la piste samedi matin subsiste encore, Beat Feuz et son style économe, qui font des merveilles dès que les courses tirent en longueur, ne voient donc logiquement pas d’un bon œil l’arrivée très probable d’un parcours raccourci. «En temps normal, je développe un avantage sur la concurrence sur le bas des pistes, confirme le champion du monde en titre. Reste que ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas compter sur moi. Lors des finales de l’année passée ici, je ne suis pas passé loin de la victoire alors que la descente avait aussi été raccourcie.»

Articles en relation

Des larmes de bonheur qui effacent un été de souffrance

Ski alpin Corinne Suter, victime d’une grave infection pendant sa préparation, a décroché le bronze du super-G des Mondiaux. Plus...

La Suisse compte sur Lara Gut-Behrami pour la mettre d’emblée sur les bons rails

Ski alpin Il manque toujours un titre à la Tessinoise, qui sera au départ du super-G ce mardi pour le coup d’envoi des Mondiaux d'Are. Plus...

À Åre, les skieurs suisses joueront cartes sur table

Ski alpin Les athlètes qui défendront les couleurs de la Suisse lors des 45es Championnats du monde sont attendus au tournant Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Trump décrète l'urgence nationale pour construire son mur
Plus...