Chez lui, manège et méninges font bon ménage

HippismeÀ 19 ans, le Genevois Édouard Schmitz marie équitation et études à l’EPFZ avec talent. À découvrir dès ce jeudi sur la piste de Palexpo.

Édouard Schmitz ne veut surtout pas brûler les étapes malgré un talent évident.

Édouard Schmitz ne veut surtout pas brûler les étapes malgré un talent évident. Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Édouard Schmitz a une vie de fou. Trépidante. Bondissante. Cavalier talentueux, le Genevois marie sport et études avec une désarmante facilité. Il brille sur les deux tableaux. Il cartonne sur les bancs de l’EPFL. Et il performe avec ses chevaux. On pourrait presque inventer un verbe qui lui collerait si bien à la peau: «carformer», la fusion de cartonner et performer.

Alors qu’il n’a que 19 ans, Édouard Schmitz est pourtant sur les radars des spécialistes depuis plusieurs années. Chacun s’accorde à dire que le garçon est l’un des plus solides espoirs de l’équitation suisse. Son truc à lui, c’est le saut. Il a suffi d’un premier bond, avec un poney, pour qu’il tombe en amour. «Ce que j’aime, c’est le côté instinctif qu’il y a dans notre sport, dit-il. C’est le seul où deux êtres vivants dépendent autant l’un de l’autre. On ne pourra jamais mécaniser ou informatiser l’équitation.»

Depuis ses débuts, il rêve de suivre les traces des meilleurs. Comme Jeroen Dubbeldam et Steve Guerdat, deux champions olympiques individuels qu’il érige volontiers en modèles à suivre. Deux champions qui fouleront la piste aux étoiles de Palexpo à l’occasion du 58e CHI de Genève.

Chez Martin Fuchs

Pour l’ancien pensionnaire du manège de Crête, cette cuvée 2018 du plus beau concours du monde (selon le choix des cavaliers eux-mêmes) aura des airs de retour au bercail. «Cela fait un an et demi que j’ai quitté Genève pour m’installer à Zurich, explique-t-il. J’habite un petit appartement en ville. J’étudie l’informatique, et en particulier la programmation, à l’EPFZ et mes chevaux sont dans les installations de Martin Fuchs. Ma vie est là-bas et c’est vrai que je n’ai plus très souvent l’occasion de revenir à Genève. Je me réjouis donc de revoir plusieurs de mes amis.»

Pour obtenir le droit de fouler la plus grande piste indoor du monde, Édouard Schmitz a obtenu une wild card lors du concours de Chenevez. «Comme il y a trois ans pour ce qui avait constitué ma première participation au CHI, sourit-il. Et c’est à nouveau avec le même cheval, Cortino, que j’ai décroché un podium qui me permet de concourir une fois encore dans la cour des grands.»

Encore un peu tendre sans doute, il ne participera pas aux épreuves qualificatives en vue du Rolex Grand Chelem dominical. «Un choix logique que je ne conteste pas, dit-il avec sagesse. J’ai encore le temps. Et puis la beauté du concours de Genève, c’est aussi l’incroyable diversité et la qualité des nombreuses épreuves secondaires.»

Ne pas brûler les étapes

Intelligent, patient, Édouard Schmitz ne veut surtout pas brûler les étapes malgré un talent évident. Il pourrait être tenté d’aller plus vite que la musique. «Mais avec le choix que j’ai fait de poursuivre des études secondaires, je ne peux pas faire n’importe quoi. L’EPFZ, c’est du solide. Dans mon esprit, je vais continuer mes deux activités en parallèle et lorsque j’aurai terminé mon cursus universitaire, je choisirai alors ma priorité.»

Manège et méninges feront toujours bon ménage chez Édouard Schmitz, qui vit des jours heureux. «J’ai la chance de pouvoir concilier mes deux activités, dit-il. C’est un luxe, même si cela implique de bien savoir ce que l’on veut.»

Une vie de fou, ça s’organise.

(TDG)

Créé: 06.12.2018, 09h09

Les temps forts du 58e CHI de Genève

Top 10
C’est une épreuve qui est née à Genève en 2001 sur une idée du formidable directeur sportif du CHI de Genève, Alban Poudret. Les dix meilleurs cavaliers de la Coupe du monde s’affrontent le vendredi soir dans un barème A, en deux manches, lors de la finale du Top 10 Rolex IJRC. À chaque fois un spectacle à couper le souffle. Deux Suisses (une première) seront en lice: les excellents Steve Guerdat et Martin Fuchs.

Grand Chelem
Puisque Genève aime être toujours à la pointe de l’innovation, c’est presque logiquement que les organisateurs ont participé activement à la création du Grand Chelem qui réunit quatre des plus grands événements mondiaux. La levée genevoise a lieu à l’occasion du Grand Prix dominical.

Pluralité
Le CHI, c’est la fête du cheval. Depuis de nombreuses années, toutes les disciplines y sont mises en valeur. Dressage, attelage, cross indoor, épreuves pour les jeunes cavaliers, chacun y trouve son bonheur. Chaque jour possède également son lot d’épreuves spectaculaires et relevées. G.SZ

Infos et billetterie
www.chi-geneve.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...