«Il nous a manqué du mental et de la cohésion»

BasketballLes Lions ont été mis en cage par un Fribourg Olympic supérieur au niveau collectif. Le point avec le président Imad Fattal.

Malgré les derniers conseils de Vedran Bosnic avec les Lions, les Genevois ont encore buté sur Fribourg Olympic.

Malgré les derniers conseils de Vedran Bosnic avec les Lions, les Genevois ont encore buté sur Fribourg Olympic. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Assis sur le banc des Lions, Roberto Kovac, zéro à son compteur (un de moins que mercredi!), se cache le visage derrière une serviette pour masquer une immense déception. Il a raté ses deux derniers matches, sa finale. 79-77 pour Olympic, la saison se termine déjà pour les Genevois, et ce sentiment désagréable d’inachevé, qu’il y avait un autre coup à jouer. Alors que les Fribourgeois fêtent au Pommier, devant près de 2000 personnes, leur dix-huitième titre de champion au milieu des confettis et du champagne, le président Imad Fattal revient sur ce match, cette série et une saison qui s’achève avec quatre finales et deux trophées, la Supercoupe et la Coupe de la Ligue. Mais surtout des regrets.

La finale

«On perd 3-0 dans cette série, mais cela ne reflète pas la différence entre les deux équipes. Mes joueurs n’ont pas démérité. C’était une belle finale. On a eu une chance de gagner dans chaque match, comme ce samedi où on a fait la course en tête durant la majorité de la rencontre. C’est un regret, comme lors du match No 2 qu’on aurait dû plier dans le troisième quart. N’avions-nous pas un avantage de seize points avant qu’on ne flanche nerveusement? Il nous a manqué du mental et de la cohésion pour continuer. On avait mis Fribourg dans les cordes. On pouvait le mettre K.-O. et on le laisse revenir bêtement dans le match. Croyez-moi que si nous avions égalisé à 1-1 dans la série mercredi, l’état d’esprit aurait été complètement différent et la série aussi.»

La différence

«Je pense qu’Olympic a pris l’ascendant sur nous au mois d’avril, quand il est venu nous battre ici la première fois avant d’enchaîner en finale de Coupe de Suisse. Notre adversaire s’est présenté lors de ces play-off avec une expérience et un jeu d’équipe qui font qu’aujourd’hui il nous est mentalement supérieur. Si on a fait illusion durant quelques matches, c’est l’équipe qui avait le meilleur collectif qui l’a emporté.»

L’alchimie

«Je regrette également qu’on n’ait pas cherché à améliorer notre équipe plus tôt. Si Popov et Kazadi nous avaient rejoints avant, peut-être bien que nous aurions aussi remporté la finale de la Coupe de Suisse. L’alchimie se construit au mois d’août, pas en avril. Alors quand on n’atteint pas les objectifs, le premier fautif dans tout cela, c’est le président et j’assume.»

Le sacre de Fribourg

«Je tire un grand coup de chapeau au champion. La formation qui s’est imposée avait la plus grande cohésion, le meilleur jeu d’équipe. C’est difficile de vivre une ère où Fribourg Olympic est aussi dominant. C’est une formation hargneuse, avec un bel état esprit. Autant je «les» déteste parce que depuis dix ans, c’est compliqué de les affronter, autant je les respecte pour tout le travail que ce club fournit avec intelligence. Que ce soit dans son recrutement ou dans sa préparation année après année. Fribourg nous pousse, moi et les Lions, à être meilleurs, ce qui fait la beauté du sport. C’est un antagonisme positif pour la Suisse d’avoir ces deux clubs qui se tirent vers le haut saison après saison.»

Le bilan de la saison

«Les Lions de Genève jouent toujours pour gagner, à la recherche de l’excellence en permanence. On a été premiers pendant six mois avec tous nos adversaires derrière nous. On a remporté la Supercoupe, la Coupe de la Ligue et on a disputé la finale de la Coupe de Suisse et du championnat. Je crois qu’il y a beaucoup de clubs en SBL qui adoreraient avoir le même bilan que nous. Il reste donc positif, même si on ne joue pas pour des médailles en argent. On ne les conserve pas dans notre armoire à trophées.»

Quels Lions à la reprise?

«Ça va être un été très studieux pour moi. Notre but est de construire l’équipe la plus compétitive possible pour offrir de grands moments de basket à notre canton et nous donner le plus de chances de gagner des titres. Je n’aime pas forcément bouleverser mon contingent, mais plusieurs joueurs sont en fin de contrat. Certains qui sont là depuis très longtemps ont le sentiment d’une fin de cycle et des velléités de changement. Il va falloir parler avec chacun. C’est comme les lunes de miel dans un mariage. Au bout d’un moment, la routine s’installe et il est bon parfois de faire autrement. Dans l’absolu, il y a des éléments que j’aimerais garder à Genève et on va discuter tranquillement avec ceux qui veulent rester. Tout dépend aussi du coach choisi.»

Vedran Bosnic va partir

«Vedran Bosnic m’a averti la semaine passée qu’il était en discussions presque abouties avec le club belge de Mont-Hainaut. Il a fini par signer. Après deux magnifiques saisons avec lui, je n’aurais pas été contre son maintien, mais c’est son choix. J’ai le sentiment qu’il n’a pas pu démontrer tout son talent. Il est tombé dans une ère où Fribourg Olympic était dominateur et européen. Ce n’était pas facile. Je lui souhaite le meilleur pour son avenir.»

Partira-t-il avec des joueurs? Possible. Imad Fattal lui cherche un successeur. Et si c’était Manu Schmitt?

Créé: 10.06.2019, 17h35

Articles en relation

Vedran Bosnic n'est plus le coach des Lions de Genève

BASKETBALL Après deux saisons au Pommier, le coach suédois va poursuivre son travail en Belgique avec le club de Mons-Hainaut. Plus...

Fribourg Olympic encore champion!

Basketball Les Fribourgeois ont remporté le troisième match de la finale de SB League face aux Lions de Genève et décrochent le titre. Plus...

L’Europe, c’est non!

La belle expérience de FR Olympic en Ligue des champions va-t-elle inciter les Lions à monter dans le train européen? Imad Fattal est catégorique, la réponse est non: «J’aimerais bien jouer en Europe un jour, quand l’équipe l’aura mérité. Comme Fribourg. Et pas sur le tapis vert parce que la FIBA nous laisse une 2e équipe en championnat européen. Sommes-nous légitimes? Les conditions ne sont pas réunies aujourd’hui.»

C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...