Les Lions de Genève rêvaient de triplé, ils ont dû déchanter

BasketballMalgré un troisième quart du tonnerre, les Genevois n’ont pas pu empêcher Fribourg Olympic de remporter une 9e Coupe de Suisse.

Les Genevois n'ont pas pu empêcher les Fribourgeois de remporter la 9e Coupe de Suisse d'Olympic à la Tissot Arena de Bienne où aura lieu encore la prochaine édition l'an prochain.

Les Genevois n'ont pas pu empêcher les Fribourgeois de remporter la 9e Coupe de Suisse d'Olympic à la Tissot Arena de Bienne où aura lieu encore la prochaine édition l'an prochain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Alors, alors…» que sur ce parquet de fortune de la Tissot Arena, les Fribourgeois d’Olympic savourent un nouveau triomphe un an après leur sacre des Vernets, le groupe rap de Bigflo & Oli fait danser la patinoire en enchaînant les tubes. «Alors, alors…» le public, qui a assisté à un beau spectacle lors des finales de Coupe, vibre, «sur la lune», en chantant avec les deux Français, récompensés par une victoire de la musique ce printemps. «Il aurait dû y aller, il aurait dû le faire», poursuivent les deux compères, comme tous ces héros de cette belle journée qui ont tout donné dans cette patinoire transformée en magnifique salle de basket.

Et nos deux trublions virevoltants de s’adresser aux Genevois, qui sont de beaux vaincus. C’est vrai que «c’est dommage» pour ces Lions revenus de nulle part au troisième quart (de 43-57 à la 25e à 62-58 à la 31e) qu’ils aient craqué physiquement sur la fin d’un somptueux chassé-croisé. On aurait voulu d’ailleurs qu’il ne s’arrête jamais avant que la réussite ne choisisse définitivement son camp aux alentours de la 36e (de 66-64 à 66-73) en deux minutes. «Mais c’était la dernière fois».

«Mieux vaut des remords que des regrets…»

Comme le chante encore ce duo de choc, «vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets». C’est aussi le sentiment du président du club du Pommier, un Imad Fattal qui a apprécié cette ambiance festive à Bienne, pour honorer la mémoire de Patrick Baumann, décédé l’an passé. «On n’avait malheureusement pas les armes ce samedi, constate le dirigeant genevois. Face à cette grande équipe de Fribourg, il aurait fallu que nos sept joueurs soient au top et certains sont un peu passés à côté.» Surtout au début… Si le patron des Lions est fier de la force de caractère que ses garçons ont montré lors de leur «remontada», il leur aura manqué la lucidité nécessaire pour aller chercher le deuxième trophée de la saison après la Coupe de la Ligue. «Mais cette fois-ci, avec sept joueurs seulement, on n’avait pas les moyens physiques de tenir jusqu’au bout…» souligne l’avocat genevois.

«Alors, alors…» Arnaud Cotture et ses copains ont fini par payer leurs efforts consentis dans le 3e quart pour recoller au score. «On a dû tous donner un peu plus, parfois un peu trop et on n’a pas réussi à remettre la tête à l’endroit assez vite, estime le No 10 du Grand-Saconnex. Nous aurions dû réagir bien avant, lors de la deuxième période, pour retrouver cette mentalité de killer. Malheureusement on a un peu lâché.» Juraj Kozic, blessé en semaine, aura en effet beaucoup manqué aux Genevois contre l’ogre fribourgeois qui possédait quatre cartouches supplémentaires sur son banc.

Steinmann est soulagé

«C’est vraiment un plus pour nous quand cela se joue comme ici sur des détails, reconnaît Florian Steinmann, venu l’été dernier de Lugano pour étoffer le contingent d’Olympic en vue de la Coupe d’Europe. Dans l’équipe, chacun a son rôle. En ce qui me concerne, j’amène de l’intensité, mes tripes et cela a vraiment payé ce soir.» S’il n’a joué que 6’34’’, la présence du Meyrinois a largement contribué au succès du champion en titre. L’ancien joueur des Lions, qui n’avait plus gagné un trophée depuis son départ du Pommier en 2014, est heureux de savoir qu’il n’est plus un chat noir après avoir échoué trois fois en finale avec Monthey, Union Neuchâtel et Lugano. «C’est un soulagement, sourit celui qui attendait ce moment-là depuis cinq ans. L’odeur de cette victoire en finale me manquait…»

Florian Steinmann, mais également Dusan Mladjan, Jérémy Jaunin, Paul Gravet et Babacar Touré, qui ont tous porté un jour le maillot des Lions, espèrent bien maintenant retrouver leur ancien club dans quelques semaines, en finale des play-off. «Mais il reste encore six matches avant, on en est encore loin», sourit Jérémy Jaunin, une bière à la main.

Soigner les blessés

C’est aussi l’avis d’Arnaud Cotture, conscient que sa formation n’a pas été à la hauteur de l’événement dans le Seeland. Elle rêvait de triplé, elle a dû déchanter. «Connaissant nos capacités, on doit rester calme et serein en corrigeant nos erreurs. C’est encore très très long les play-off avec un quart de finale contre Lugano qui s’annonce déjà très ardu. Il va falloir déjà digérer cette défaite si on veut aller jusqu’au bout.» Et récupérer des éléments qui ont quitté le parquet en serrant les dents, en claudiquant. «On va voir dans quel état on va récupérer l’effectif, soupire Imad Fattal. Mais si on sait que ça va être dur contre Lugano, on veut obtenir une revanche contre Fribourg, qui reste clairement le favori pour le titre. Mais on n’a rien à perdre, à Genève on n’aime pas être les faire-valoir, on va donc revenir.» Des paroles aux actes? «Alors, alors, comme diraient Bigflo & Oli, il va falloir y aller…» (nxp)

Créé: 28.04.2019, 20h36

Lions de GE - FR Olympic 73-82 (36-48)

Tissot Arena (Bienne), 6090 spectateurs.

Arbitres:
MM. Clivaz, Novakovic et Marmy.

Lions de Genève:
Humphrey 19, Colter 14, M. Mladjan 13, Kovac 9, Padgett 2; Cotture 5, Smith 11.

Fribourg Olympic:
D. Mladjan 6, Touré 15, Derksen 19, Williamson 7, Jurkovitz 14; Jaunin 3, Steinmann, Gravet 3, Roberson 3.

Notes:
Lions de Genève sans Kozic (blessé). Sorti pour cinq fautes: Smith (38’34’’).

C’est Winterthour qui a remporté la finale de Coupe de Suisse féminine en battant Elfic Fribourg 58-56 (27-31). La décision s’est faite dans les ultimes secondes du match.

Avec l’Europe, Fribourg a découvert l’excellence

Quand il est devenu, en 2013, «un peu par hasard», président de Fribourg Olympic alors que personne ne voulait ce poste, Philippe de Gottrau n’imaginait pas connaître un tel succès avec cette équipe. «Après avoir sauvé le club de la faillite, notre but était d’arriver une fois en demi-finale», rappelle cet ophtalmologue qui depuis sa nomination a remporté deux titres (2016 et 2018), une Coupe de la Ligue (2018) et désormais trois Coupe de Suisse (2016, 2018 et 2019)! Ce Fribourgeois qui a vécu quarante ans à Genève est surtout heureux de pouvoir compter, à la tête de sa première équipe, Petar Aleksic, 158 victoires en six ans. «En 2017, on m’avait demandé changer le coach, mais j’ai pris le risque de continuer avec lui et on a réussi le triplé, une belle campagne européenne et là encore cette Coupe!»

Pour Philippe de Gottrau, cette stabilité est l’une des grandes forces de la famille d’Olympic. «Il y a une énorme pression du passé qu’on essaie d’entretenir parce qu’on est fier de cette histoire mais le fait d’avoir 17 titres, c’est du passé. Par contre, c’est lourd sur des épaules, on ne peut pas faire moins bien que les autres. Chez nous, il y a quatre valeurs: Fribourg, la formation, la modestie et l’excellence.»

Si elle a un prix, l’excellence, les Fribourgeois l’ont surtout découverte cette saison en Coupe d’Europe. «Au début de février, on avait déjà joué 45 matches, raison pour laquelle nous avons connu une baisse de régime, explique le président. Mais on ne s’est pas inquiété, nous savions qu’on ne pourrait pas être au top toute l’année. On a eu deux mois pour se reconstruire physiquement et psychiquement pour préparer la fin de la saison avec l’expérience acquise durant cette période. Nous sommes allés crescendo et c’est au Pommier samedi avant la finale, que nous avons gagné moralement la Coupe. On a ouvert une porte. Venez derrière, c’est super l’Europe. J’espère que Genève la connaîtra bientôt!» L’an prochain?

C.MA.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

CH: une femme sur cinq a subi des violences sexuelles
Plus...