Passer au contenu principal

Pourquoi les Lions de Genève doivent encore y croire...

Les Genevois, qui ont commis trop d’erreurs samedi, savent ce qu’ils doivent corriger, dès ce mercredi soir à Fribourg.

Markel Humphrey, ici face au Fribourgeois Paul Gravet, et les Lions ont soif de revanche.
Markel Humphrey, ici face au Fribourgeois Paul Gravet, et les Lions ont soif de revanche.
KEYSTONE

Dix-huit ballons qui glissent bêtement entre les doigts, onze rebonds de moins que Fribourg Olympic (33 contre 44) avec, au final, onze points d’écart mais surtout beaucoup de regrets. Les Lions de Genève avaient de quoi ruminer après leur défaite, samedi, lors du premier acte de la finale. Ils le savent, les joueurs du Pommier, qu’ils sont passés à côté de ce premier match face à ce champion plutôt opportuniste et réaliste, profitant au maximum de tous ces cadeaux tombés du ciel. Les hommes du Grand-Saconnex, pas vraiment inférieurs au grand favori, ont donc toutes les raisons d’y croire ce mercredi soir à Saint-Léonard.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.